L’équipe

L’équipe de Fragil vous accueille à La Fabrique Dervallières 19 Rue Jean Marc Nattier, 44100 Nantes.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous rendre visite ou à nous téléphoner au 06 51 45 61 70.

A consulter également : la page Participer à Fragil.


L’association Fragil est composée d’une équipe salariée, à votre écoute pour tout projet ou demande d’information :

  • Merwann Abboud, coordinateur et rédacteur en chef du magazine
  • François-Xavier Josset, chargé de projets médiatiques et numériques
  • Romane Tirel, chargée de projets médiatiques et numériques

Le bureau du Conseil d’Administration est composé de :

  • Natalie Vrigneau, directrice de centre sportif : présidente
  • Virginie Boutin-Dupas, formatrice : vice-présidente
  • Tifenn Ezanno, chargée de production : trésorière
  • Jérôme Romain, responsable administratif et financier : trésorier adjoint
  • Mona Garreau, bibliothécaire : secrétaire
  • Valentin Gaborieau, responsable communication et marketing : secrétaire adjoint

Les membres fondateurs de Fragil sont :

  • Pascal Couffin
  • Mathieu Sonet

 

L'édito

Touche pas à mon info !

L’investigation vit-elle ses derniers mois sur l’audiovisuel public en France ? Contraints par une réduction budgétaire de 50 millions d’euros en 2018 par rapport au contrat d’objectifs et de moyens conclu avec l’ancien gouvernement, les magazines « Envoyé Spécial » et « Complément d’enquête » verront leurs effectifs drastiquement diminués et une réduction du temps de diffusion au point de ne plus pouvoir assurer correctement leur mission d’information. Depuis l’annonce, les soutiens s’accumulent, notamment sur Twitter avec le hashtag #Touchepasàmoninfo, pour tenter de peser sur les décisions de Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, déjà visée par une motion de défiance. L’association Fragil, défenseur d’une information indépendante et sociétale, se joint à ce mouvement de soutien.

Après la directive adoptée par le Parlement européen portant sur le secret des affaires en avril 2016, il s’agit d’un nouveau coup porté à l’investigation journalistique en France. Scandales de la dépakine, du levothyrox, du coton ouzbek (pour ne citer qu’eux), reportages en France ou à l’étranger sur des théâtres de guerre, à la découverte de cultures et de civilisations sont autant de sujets considérés d’utilité publique. Cela prend du temps et cela coûte évidemment de l’argent. Mais il s’agit bien d’éveiller les consciences, de susciter l’interrogation, l’émerveillement, l’étonnement ou l’indignation. Sortir des carcans d’une société de consommation en portant la contradiction, faire la lumière sur des pratiques, des actes que des citoyens pensaient impensables mais bien réels. Telle est « la première priorité du service public », comme le considère Yannick Letranchant, directeur de l’information.

En conclusion, nous ne pouvions passer à côté d’une citation d’Albert Londres ô combien au goût du jour, prix éponyme que des journalistes d' »Envoyé Spécial » ont déjà remporté : « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. »


Valentin Gaborieau – Décembre 2017