Léa Mviana

Léa, 19 ans, est étudiante en 3ème année de licence information-communication à Nantes. Journaliste en devenir, elle aime la création sous toutes ses formes, et possède surtout un réel attrait pour l’humain, ce qui l’a tout naturellement conduite à lancer le podcast Free Your Mind.

  • Lisa, co-fondatrice et membre du collectif Chaleur Tournante
28 mai 2024

Thermostat #03, un festival pour promouvoir la culture nantaise

Ce samedi 1er juin, le collectif culturel nantais Chaleur Tournantes organise la 3ème édition du festival Thermostat. Sont prévus ateliers de conception de BD, expositions, performances de danses, concerts et DJ sets, de 15h30 à 23h30 aux Ateliers Magellan. 200 personnes sont attendues à cet événement à prix libre.

LA SUITE...

  • Emmanuel Gibouleau à la projection du film "7 femmes" de Sara Rastegar dans le cadre du festival "Iran en Révolutions".
23 mai 2024

Le Cinématographe : engagé artistiquement et politiquement

Depuis le 9 avril, le festival “l’Iran en Révolutions” organisé par Cosmopolis, propose expositions, films, conférences et concerts à ceux qui s’intéressent aux révoltes iraniennes de 1979 à aujourd’hui. Emmanuel Gibouleau, directeur depuis 10 ans du Cinématographe à Nantes, nous éclaire sur la participation du plus vieux cinéma de la ville au festival. Celle-ci est une collaboration à la fois artistique et politique inscrite dans le contexte actuel.

LA SUITE...

16 mai 2024

À Pol-n, un atelier qui “fait du bien” aux aîné·es

Depuis début janvier, Pol-n réuni deux fois par mois une quinzaine de participant·es au projet « Les Regards des Aînés de la Madeleine ». Encadrés par 4 animatrices, les ateliers font travailler la mémoire à travers une initiation à la photographie. Au cœur de ce projet, également la volonté de créer des liens entres les aînés, résident·es du quartier de la Madeleine.

LA SUITE...

6 mai 2024

Le stand civique de Nantes, utile aux personnes âgées

Dans son cheminement vers les élections européennes qui auront le 9 juin prochain, la Mairie de Nantes a essayé de sensibiliser les Nantais⸱es au vote. Cette année, le bus qui parcours Nantes depuis 1991 s’est transformé en stand. C’est pourquoi depuis le 8 avril, deux binômes se passent le relais pour assurer les inscriptions au listes électorales.

LA SUITE...

16 avril 2024

Quand les étudiant·es réinventent le musée d’arts de Nantes

Jeudi 4 avril, le musée d'arts de Nantes est devenu pour une soirée le "Musée des étudiants". La programmation fut intégralement créée par des étudiant·es en arts : danses, créations en temps réel, représentations théâtrales, commentaires d'œuvres et dialogue avec les artistes. Cette initiative gratuite et ouverte à tous⸱tes a rencontré un franc succès.

LA SUITE...

  • Ali devant un logement nantais
1 février 2024

Jeunes et racisé·es, la recherche de logement à Nantes a été un combat

Alors que la recherche de logement dans les grandes villes est déjà complexe pour les jeunes en France, les témoignages d’Hamidou, Ali, Mélanie et Stanley, quatre jeunes racisés, nous mettent face à une autre réalité. Entre discriminations subtiles et préjugés tenaces, leurs recherches d’appartement à Nantes se sont avérées compliquées.

LA SUITE...

  • Deux membres du collectif “Bouge Ta Frip’” et la présidente (au milieu).
23 novembre 2023

Bouge Ta Frip’, un nouveau regard sur la friperie

Ce samedi 18 Novembre, l’association de friperie itinérante Bouge Ta Frip’ a organisé un évènement à OHM.Town destiné à faire rencontrer les client·es du bar et les amateurs et amatrices de friperie locale dans un esprit de solidarité.

LA SUITE...

9 novembre 2023

Florent à la conquête du bohneur

Philanthrope made in Saint-Nazaire n’hésitant pas à réinventer sa vie, Florent est prêt à défier les conventions pour une vie plus enrichissante. Et ce sont ses passions et son engagement social qui vont l’accompagner dans cette aventure.

LA SUITE...

L'édito

Touche pas à mon info !

L’investigation vit-elle ses derniers mois sur l’audiovisuel public en France ? Contraints par une réduction budgétaire de 50 millions d’euros en 2018 par rapport au contrat d’objectifs et de moyens conclu avec l’ancien gouvernement, les magazines « Envoyé Spécial » et « Complément d’enquête » verront leurs effectifs drastiquement diminués et une réduction du temps de diffusion au point de ne plus pouvoir assurer correctement leur mission d’information. Depuis l’annonce, les soutiens s’accumulent, notamment sur Twitter avec le hashtag #Touchepasàmoninfo, pour tenter de peser sur les décisions de Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, déjà visée par une motion de défiance. L’association Fragil, défenseur d’une information indépendante et sociétale, se joint à ce mouvement de soutien.

Après la directive adoptée par le Parlement européen portant sur le secret des affaires en avril 2016, il s’agit d’un nouveau coup porté à l’investigation journalistique en France. Scandales de la dépakine, du levothyrox, du coton ouzbek (pour ne citer qu’eux), reportages en France ou à l’étranger sur des théâtres de guerre, à la découverte de cultures et de civilisations sont autant de sujets considérés d’utilité publique. Cela prend du temps et cela coûte évidemment de l’argent. Mais il s’agit bien d’éveiller les consciences, de susciter l’interrogation, l’émerveillement, l’étonnement ou l’indignation. Sortir des carcans d’une société de consommation en portant la contradiction, faire la lumière sur des pratiques, des actes que des citoyens pensaient impensables mais bien réels. Telle est « la première priorité du service public », comme le considère Yannick Letranchant, directeur de l’information.

En conclusion, nous ne pouvions passer à côté d’une citation d’Albert Londres ô combien au goût du jour, prix éponyme que des journalistes d' »Envoyé Spécial » ont déjà remporté : « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. »


Valentin Gaborieau – Décembre 2017