Arts visuels

15 mai 2017

« Aux origines du surréalisme » : les quatre cent coups

Fragil a visité l’exposition intitulée "Aux origines du surréalisme. Cendres de nos rêves", qui se déroule jusqu'au 28 mai 2017 au Château des Ducs de Bretagne. Une médiatrice nous a guidés sur les pas de quatre jeunes Nantais – Jacques Vaché, Eugène Hublet, Pierre Bisserié et Jean Sarment – qui furent par leur état d’esprit et leurs productions les précurseurs du surréalisme.

LA SUITE...

24 février 2017

Clément Pascaud et l’entre-deux mondes

Fragil a rencontré Clément Pascaud, jeune metteur en scène, à l'occasion de sa première création autour du texte « Juste la fin du monde » signé Jean Luc Lagarce. Présenté au TU Nantes du 1er au 4 février 2017, le spectacle a fait salle comble.

LA SUITE...

9 décembre 2016

Saïd Bouftass : de l’esthétisme au combat sociétal

Saïd Bouftass, plasticien, écrivain, enseignant-chercheur, philosophe et créateur de l’école de pensée de la phénomorphologie, était l’invité de l’Université de Nantes. En résidence à la maison de quartier des Dervallières, du 21 novembre au 4 décembre, il est allé à la rencontre des habitants, chercheurs et artistes. Nous en avons profité pour le rencontrer.    

LA SUITE...

  • René Magritte, La trahison des images, 1929, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016
2 décembre 2016

Magritte, la philosophie de l’invisible réalité

Une chose est sûre : la renommée du peintre belge, René Magritte, n'est plus à faire. Protagoniste reconnu du mouvement surréaliste, le Centre Pompidou lui consacre une rétrospective jusqu'au 23 janvier 2017. « La trahison des images » met en exergue l'étroitesse du lien entre ses œuvres et sa passion pour la philosophie. Immersion dans les méandres de l'inconscient poétique, d'un artiste à la pensée faussement simpliste.

LA SUITE...

  • René Magritte, Décalcomanie, 1966, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016
21 octobre 2016

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Arts visuels

Fragil fait sa rentrée : les flyers et programmes des événements culturels à venir créent un patchwork coloré face à nous - ils passent de mains en mains, un brouhaha se dissipe, on papote, on discute, on partage autour de nos attentes et envies, les agendas des uns et des autres commencent à se remplir et les choix deviennent compliqués à faire. Tiens, et si on mettait en lumière les événements les plus attendus par la rédac ? Cette semaine, place aux arts visuels.

LA SUITE...

  • La façade du Mékano à Rezé
14 octobre 2016

Le Mékano joue sa mécanique affable by Eskat & Korsé

Prenez un shaker. Remplissez-le d'un tiers de coworking et de deux tiers d’artistes. Ajoutez-y l’idée novatrice d’une famille. Saupoudrez le tout de partage. N’oubliez pas une pincée de convivialité. Mélangez. Vous obtenez un cocktail détonant : Le Mékano ! Situé au 7 rue Leschaud à Rezé, cet espace de coworking artistique a ouvert ses portes en décembre 2015. Après quelques mois d’activité, les talents s’y succèdent, à l’image d’Eskat et Korsé dont l’exposition « La mécanique affable » se déroule jusqu’au 29 octobre prochain.

LA SUITE...

  • Katherine Wolkoff - Deer beds (exposition à l'Atelier)
7 octobre 2016

Le huitième art attend son heure

En 1997, alors que les Rencontres photographiques d'Arles fêtent déjà leur 28ème année, un groupe de passionnés lance la première édition de la Quinzaine Photo Nantaise. 20 ans après, point d'étape sur le festival et le métier de photographe dans l'Ouest.

LA SUITE...

L'édito

Touche pas à mon info !

L’investigation vit-elle ses derniers mois sur l’audiovisuel public en France ? Contraints par une réduction budgétaire de 50 millions d’euros en 2018 par rapport au contrat d’objectifs et de moyens conclu avec l’ancien gouvernement, les magazines « Envoyé Spécial » et « Complément d’enquête » verront leurs effectifs drastiquement diminués et une réduction du temps de diffusion au point de ne plus pouvoir assurer correctement leur mission d’information. Depuis l’annonce, les soutiens s’accumulent, notamment sur Twitter avec le hashtag #Touchepasàmoninfo, pour tenter de peser sur les décisions de Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, déjà visée par une motion de défiance. L’association Fragil, défenseur d’une information indépendante et sociétale, se joint à ce mouvement de soutien.

Après la directive adoptée par le Parlement européen portant sur le secret des affaires en avril 2016, il s’agit d’un nouveau coup porté à l’investigation journalistique en France. Scandales de la dépakine, du levothyrox, du coton ouzbek (pour ne citer qu’eux), reportages en France ou à l’étranger sur des théâtres de guerre, à la découverte de cultures et de civilisations sont autant de sujets considérés d’utilité publique. Cela prend du temps et cela coûte évidemment de l’argent. Mais il s’agit bien d’éveiller les consciences, de susciter l’interrogation, l’émerveillement, l’étonnement ou l’indignation. Sortir des carcans d’une société de consommation en portant la contradiction, faire la lumière sur des pratiques, des actes que des citoyens pensaient impensables mais bien réels. Telle est « la première priorité du service public », comme le considère Yannick Letranchant, directeur de l’information.

En conclusion, nous ne pouvions passer à côté d’une citation d’Albert Londres ô combien au goût du jour, prix éponyme que des journalistes d' »Envoyé Spécial » ont déjà remporté : « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. »


Valentin Gaborieau – Décembre 2017