Spectacles

  • L'homme de théâtre Jorge Lavelli.
7 octobre 2016

Événement : Jorge Lavelli retrouve Copi à l’Opéra de Rennes

L’Opéra de Rennes affiche à partir du 12 octobre 2016 la création mondiale de « L’ombre de Venceslao » de Martin Matalon d’après une pièce de Copi. Le livret et la mise en scène sont signés par l’immense homme de théâtre Jorge Lavelli. Nous avons eu la chance de le rencontrer durant les répétitions.

LA SUITE...

  • La danseuse Elena Annovi lors de la soirée d'ouverture du festival Scopitone
7 octobre 2016

Et la lumière fut : ouverture du festival Scopitone

La quinzième édition du festival Scopitone, qui s’est déroulée à Nantes du 21 au 25 septembre 2016, nous invite à découvrir les cultures électroniques et les arts numériques. Mais avant d’aller se trémousser tout le weekend sur les dancefloors du Stéréolux, pourquoi ne pas commencer le festival en douceur avec une performance du collectif italien Fuse, mêlant musique électronique, vidéo et danse aérienne.

LA SUITE...

  • Traviata St Céré 2016
16 septembre 2016

Rencontre : Burcu Uyar et Julien Dran jouent « Traviata » à Saint-Céré

L’un des temps forts de l’édition 2016 du festival de Saint-Céré a été la mise en scène de « La Traviata » de Verdi par Olivier Desbordes. Dans une vision intime, Violetta revoit passer toute sa vie, juste avant de mourir. Nous avons rencontré Burcu Uyar et Julien Dran, bouleversants d’intensité en Violetta et Alfredo.

LA SUITE...

26 août 2016

« Roméo et Juliette » à la Comédie-Française : précipice amoureux

Eric Ruf, administrateur général de la Comédie-Française depuis 2014, a inscrit « Roméo et Juliette » à sa première programmation. Le spectacle, dont il signe la mise en scène, a été joué salle Richelieu du 5 décembre 2015 au 30 mai 2016, et sera repris, en alternance, du 30 septembre au 1er février prochains. La pièce mythique de Shakespeare n'y avait pas été représentée depuis 1954!

LA SUITE...

  • Les Maîtres chanteurs de Nuremberg
8 juillet 2016

« Les maîtres chanteurs » à l’Opéra Bastille : « Comment donner une mesure à l’infini… »

OPERA. L’un des temps forts de la saison de l’Opéra National de Paris a été la reprise, en mars 2016, des « Maîtres Chanteurs de Nuremberg » (1868) de Richard Wagner. On n’avait pas vu cet ouvrage, rarement représenté, en version scénique à Paris depuis les mises en scène d’Herbert Wernicke au Palais Garnier (1989) et de Claude Régy au Châtelet (1990). L’œuvre est très riche et le spectacle passionnant !

LA SUITE...

  • falstaff
17 juin 2016

« Le monde entier est une farce »

OPERA. Olivier Desbordes affiche régulièrement des partitions de Verdi au festival de Saint-Céré. Il mettra en scène cet été une nouvelle Traviata, après avoir présenté l’an dernier Falstaff, l’ultime opéra du compositeur. Retour sur un spectacle qui conclut l’itinéraire d’un artiste habité par le drame, sur un éclat de rire.

LA SUITE...

29 avril 2016

Fête suspendue au dessus d’un gouffre

OPERA. La comédie musicale de John Kander, « Cabaret » (1966), dans la vision perturbante d’Olivier Desbordes, a été l’un des temps forts de l’édition 2014 du festival de Saint-Céré. Le metteur en scène retrouvera cet été lors de ce même festival un contexte semblable avec « L’Opéra de Quat’sous » de Kurt Weill, créé à Berlin en 1928.

LA SUITE...

L'édito

Touche pas à mon info !

L’investigation vit-elle ses derniers mois sur l’audiovisuel public en France ? Contraints par une réduction budgétaire de 50 millions d’euros en 2018 par rapport au contrat d’objectifs et de moyens conclu avec l’ancien gouvernement, les magazines « Envoyé Spécial » et « Complément d’enquête » verront leurs effectifs drastiquement diminués et une réduction du temps de diffusion au point de ne plus pouvoir assurer correctement leur mission d’information. Depuis l’annonce, les soutiens s’accumulent, notamment sur Twitter avec le hashtag #Touchepasàmoninfo, pour tenter de peser sur les décisions de Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, déjà visée par une motion de défiance. L’association Fragil, défenseur d’une information indépendante et sociétale, se joint à ce mouvement de soutien.

Après la directive adoptée par le Parlement européen portant sur le secret des affaires en avril 2016, il s’agit d’un nouveau coup porté à l’investigation journalistique en France. Scandales de la dépakine, du levothyrox, du coton ouzbek (pour ne citer qu’eux), reportages en France ou à l’étranger sur des théâtres de guerre, à la découverte de cultures et de civilisations sont autant de sujets considérés d’utilité publique. Cela prend du temps et cela coûte évidemment de l’argent. Mais il s’agit bien d’éveiller les consciences, de susciter l’interrogation, l’émerveillement, l’étonnement ou l’indignation. Sortir des carcans d’une société de consommation en portant la contradiction, faire la lumière sur des pratiques, des actes que des citoyens pensaient impensables mais bien réels. Telle est « la première priorité du service public », comme le considère Yannick Letranchant, directeur de l’information.

En conclusion, nous ne pouvions passer à côté d’une citation d’Albert Londres ô combien au goût du jour, prix éponyme que des journalistes d' »Envoyé Spécial » ont déjà remporté : « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. »


Valentin Gaborieau – Décembre 2017