Actualités

5 août 2016

La terreur sans visage

Suite aux attentas de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, plusieurs médias ont décidé de ne plus publier les visages des tueurs. L'idée divise chez les journalistes pris entre leur devoir d'information, leur rôle dans la mécanique terroriste et le risque de voir enfler les théories du complot. Revue de presse.

LA SUITE...

  • Yas
22 juillet 2016

Attentat de Nice : indécences et désintox

Entre dérapages de la télévision publique et mobilisation sur les réseaux sociaux, le traitement médiatique de l'attentat de Nice renforce les besoins en matière d'éducation aux médias. Retour à froid sur plusieurs aspects de ce triste épisode.

LA SUITE...

  • map
20 juin 2016

Nuages de mots, alternatives et antipodes…

Fragil propose une veille régulière autour des médias, de l'éducation, du journalisme web et du numérique. Cette semaine, zoom sur plusieurs outils numériques repérés sur les réseaux. Retrouvez aussi notre veille quotidienne sur Twitter : @EducMédias !

LA SUITE...

  • notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification
24 mai 2016

Sur le web, sortez couverts !

De Whatsapp à Signal, la confidentialité sur Internet est devenue un argument fort pour vanter les mérites de tel ou tel service. Mais encore faut-il s’y retrouver. Et encore faut-il prendre du recul. Fragil a fait appel au hacker nantais Datapulte pour y voir plus clair.

LA SUITE...

11 septembre 2015

GO leaks : le Wikileaks du Grand Ouest

Un journaliste et un hacker nantais s’associent pour mettre place une plate-forme web assurant la confidentialité des lanceurs d’alerte. Un modèle inspiré des systèmes Source Sure (Le Monde) et FrenchLeaks (Médiapart), adapté au tissus médiatique du Grand Ouest. Rencontre avec Datapulte, le hacker.

LA SUITE...

19 juin 2015

Médias : les entrepreneurs en mode start-up

L’échec patent de la concentration des médias traditionnels, qui n’arrive pas à enrayer les conséquences de l’effondrement des recettes publicitaires depuis 2008, laisse place à la création de nouveaux modèles économiques. Le festival Web2day à Nantes s’est fait l’écho de quatre innovations en la matière.

LA SUITE...

7 mai 2015

Les médiathèques tournent la page

Confrontées au web 2.0, aux nouveaux outils numériques et aux transformations radicales en matière de consommation culturelle, les médiathèques doivent être repensées. Du temple de la culture au lieu de convivialité, elles évoluent pour s’adapter aux besoins des usagers.

LA SUITE...

L'édito

Touche pas à mon info !

L’investigation vit-elle ses derniers mois sur l’audiovisuel public en France ? Contraints par une réduction budgétaire de 50 millions d’euros en 2018 par rapport au contrat d’objectifs et de moyens conclu avec l’ancien gouvernement, les magazines « Envoyé Spécial » et « Complément d’enquête » verront leurs effectifs drastiquement diminués et une réduction du temps de diffusion au point de ne plus pouvoir assurer correctement leur mission d’information. Depuis l’annonce, les soutiens s’accumulent, notamment sur Twitter avec le hashtag #Touchepasàmoninfo, pour tenter de peser sur les décisions de Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, déjà visée par une motion de défiance. L’association Fragil, défenseur d’une information indépendante et sociétale, se joint à ce mouvement de soutien.

Après la directive adoptée par le Parlement européen portant sur le secret des affaires en avril 2016, il s’agit d’un nouveau coup porté à l’investigation journalistique en France. Scandales de la dépakine, du levothyrox, du coton ouzbek (pour ne citer qu’eux), reportages en France ou à l’étranger sur des théâtres de guerre, à la découverte de cultures et de civilisations sont autant de sujets considérés d’utilité publique. Cela prend du temps et cela coûte évidemment de l’argent. Mais il s’agit bien d’éveiller les consciences, de susciter l’interrogation, l’émerveillement, l’étonnement ou l’indignation. Sortir des carcans d’une société de consommation en portant la contradiction, faire la lumière sur des pratiques, des actes que des citoyens pensaient impensables mais bien réels. Telle est « la première priorité du service public », comme le considère Yannick Letranchant, directeur de l’information.

En conclusion, nous ne pouvions passer à côté d’une citation d’Albert Londres ô combien au goût du jour, prix éponyme que des journalistes d' »Envoyé Spécial » ont déjà remporté : « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. »


Valentin Gaborieau – Décembre 2017