Sarah Bordes

Après un parcours de formation et un début de carrière l’ayant fait passer par Poitiers, Toulouse puis Paris, Sarah a déposé ses valises à Nantes depuis 5 ans. Entrepreneure en communication et événementiel, originaire d’Angoulême, elle apprécie beaucoup la capitale des Pays de la Loire et ne semble pas avoir dans l’idée d’en partir !

18 janvier 2024

Le Petit Lieu, un espace solidaire au cœur d’un quartier prioritaire nantais

Au cœur du quartier Chêne des anglais, l’association « Le Petit Lieu » lutte contre la précarité parentale et l’isolement social. On y trouve une recyclerie solidaire, avec de nombreux articles pour la petite enfance, mais aussi un lieu de rencontre, d’apprentissage de la parentalité, des ateliers… Fragil a rencontré Eugénie Brière, sa fondatrice.

LA SUITE...

21 novembre 2023

Mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles le 25 novembre à Nantes

Le 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences sexistes et sexuelles, Nous Toutes 44 et l’inter-collectif F.U.R.I se mobilisent en organisant à nouveau cette année une marche rassemblant les militant·es nantais·es. Nous avons rencontré l’association Nous Toutes 44 qui nous en a expliqué les enjeux, et l’organisation.

LA SUITE...

9 novembre 2023

Nicolas : la curiosité n’est pas un vilain défaut

Nicolas en est la preuve vivante. Multi-passionné, à l’écoute et touche à tout, il adore se nourrir des gens qu’il rencontre et partager ce qu’il pourra en retour, toujours avec ludicité. Ce fin connaisseur du hip-hop nantais – qui allait déjà à 16 ans seul à des concerts – et designer de métier affectionne sa ville natale et aime en faire découvrir de nombreuses facettes : laissez-vous embarquer par sa plume enthousiaste !

LA SUITE...

L'édito

Touche pas à mon info !

L’investigation vit-elle ses derniers mois sur l’audiovisuel public en France ? Contraints par une réduction budgétaire de 50 millions d’euros en 2018 par rapport au contrat d’objectifs et de moyens conclu avec l’ancien gouvernement, les magazines « Envoyé Spécial » et « Complément d’enquête » verront leurs effectifs drastiquement diminués et une réduction du temps de diffusion au point de ne plus pouvoir assurer correctement leur mission d’information. Depuis l’annonce, les soutiens s’accumulent, notamment sur Twitter avec le hashtag #Touchepasàmoninfo, pour tenter de peser sur les décisions de Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, déjà visée par une motion de défiance. L’association Fragil, défenseur d’une information indépendante et sociétale, se joint à ce mouvement de soutien.

Après la directive adoptée par le Parlement européen portant sur le secret des affaires en avril 2016, il s’agit d’un nouveau coup porté à l’investigation journalistique en France. Scandales de la dépakine, du levothyrox, du coton ouzbek (pour ne citer qu’eux), reportages en France ou à l’étranger sur des théâtres de guerre, à la découverte de cultures et de civilisations sont autant de sujets considérés d’utilité publique. Cela prend du temps et cela coûte évidemment de l’argent. Mais il s’agit bien d’éveiller les consciences, de susciter l’interrogation, l’émerveillement, l’étonnement ou l’indignation. Sortir des carcans d’une société de consommation en portant la contradiction, faire la lumière sur des pratiques, des actes que des citoyens pensaient impensables mais bien réels. Telle est « la première priorité du service public », comme le considère Yannick Letranchant, directeur de l’information.

En conclusion, nous ne pouvions passer à côté d’une citation d’Albert Londres ô combien au goût du jour, prix éponyme que des journalistes d' »Envoyé Spécial » ont déjà remporté : « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. »


Valentin Gaborieau – Décembre 2017