Société

17 novembre 2023

La DJ Aïnhoa veut faire bouger les gens et les lignes

Le jeudi 23 novembre, la DJ nantaise Aïnhoa viendra mixer lors de notre première soirée « Are you Fragil ?#1 » à la Maison café. Fragil en a profité pour vous livrer le quotidien d’une artiste, tromboniste récemment devenue DJ, qui cherche à imposer son style et à faire danser les nantais·es !

LA SUITE...

16 novembre 2023

La musique pour tous·tes à la médiathèque Jacques Demy

À partir du 18 novembre, empruntez une guitare ou un djembé comme vous réservez un livre ou un DVD ! La médiathèque Jacques Demy s’associe au Conservatoire de Nantes et au magasin spécialisé Michenaud pour assurer le prêt d’instruments de musique aux abonné·es du réseau de bibliothèques de la cité des Ducs.

LA SUITE...

13 novembre 2023

L’actualité se conjugue au féminin au sein des cycles trimestriels animés par l’association Ciné Femmes au Cinématographe

Le 14 et le 20 novembre, l’association nantaise Ciné Femmes investira de nouveau la salle du Cinématographe pour deux nouvelles soirées autour du sujet “Femmes précaires : la double peine”, après un premier événement le 8 novembre. Fragil a échangé avec Martine Leroy, bénévole active chez Ciné Femmes, pour en apprendre plus sur l’organisation de ces cycles de projections et de rencontres engagées.

LA SUITE...

10 novembre 2023

La fragilité des ouvrières mise en lumière à travers la collaboration entre Le Cinématographe et Ciné Femmes

Ce mercredi 8 novembre à 20h, la projection du documentaire “Femmes précaires” (Marcel Trillat, 2005) au Cinématographe marquait l’ouverture du cycle “Femmes précaires : la double peine”. Orchestré par l’association Ciné Femmes, cet événement engagé allie visionnages et discussions autour de la précarité féminine pendant 3 soirées, jusqu’au 20 novembre.

LA SUITE...

10 novembre 2023

Nantes-Helsinki en Youth League…Un record d’affluence à la Beaujoire !

Dans la soirée du mercredi 8 novembre au stade de la Beaujoire, les U19 du FC Nantes ont remporté leur match de Youth League contre le HJK Helsinki. Chose inhabituelle, l'accès à la Beaujoire était gratuit ! L'occasion pour Fragil, d'aller après le match à la rencontre de deux supporters. Surpris par l'ambiance du stade et heureux d'avoir vu joué les pépites du centre de formation nantais, ces deux personnes trouvent l'initiative d'événement de ce genre bienvenue pour la ville de Nantes.

LA SUITE...

25 octobre 2023

« Les secrets du Puy du fou » : journalistes et public se rencontrent

Le reportage "Les secrets du Puy du fou" est le résultat de 9 mois de co-enquête entre deux journalistes de Médiacités et d’Hikari. Le complément d’enquête diffusé à la télévision en septembre, a été projeté mardi 3 octobre dernier, par le club de la presse nantais et le média d’investigation Médiacités dans une des salles du site Désiré-Colombe. Nous avons assisté à un temps d’échange palpitant ouvert à tous·tes, entre les co-auteurs et le public.

LA SUITE...

L'édito

Touche pas à mon info !

L’investigation vit-elle ses derniers mois sur l’audiovisuel public en France ? Contraints par une réduction budgétaire de 50 millions d’euros en 2018 par rapport au contrat d’objectifs et de moyens conclu avec l’ancien gouvernement, les magazines « Envoyé Spécial » et « Complément d’enquête » verront leurs effectifs drastiquement diminués et une réduction du temps de diffusion au point de ne plus pouvoir assurer correctement leur mission d’information. Depuis l’annonce, les soutiens s’accumulent, notamment sur Twitter avec le hashtag #Touchepasàmoninfo, pour tenter de peser sur les décisions de Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, déjà visée par une motion de défiance. L’association Fragil, défenseur d’une information indépendante et sociétale, se joint à ce mouvement de soutien.

Après la directive adoptée par le Parlement européen portant sur le secret des affaires en avril 2016, il s’agit d’un nouveau coup porté à l’investigation journalistique en France. Scandales de la dépakine, du levothyrox, du coton ouzbek (pour ne citer qu’eux), reportages en France ou à l’étranger sur des théâtres de guerre, à la découverte de cultures et de civilisations sont autant de sujets considérés d’utilité publique. Cela prend du temps et cela coûte évidemment de l’argent. Mais il s’agit bien d’éveiller les consciences, de susciter l’interrogation, l’émerveillement, l’étonnement ou l’indignation. Sortir des carcans d’une société de consommation en portant la contradiction, faire la lumière sur des pratiques, des actes que des citoyens pensaient impensables mais bien réels. Telle est « la première priorité du service public », comme le considère Yannick Letranchant, directeur de l’information.

En conclusion, nous ne pouvions passer à côté d’une citation d’Albert Londres ô combien au goût du jour, prix éponyme que des journalistes d' »Envoyé Spécial » ont déjà remporté : « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. »


Valentin Gaborieau – Décembre 2017