• erik-lhomme
25 novembre 2016

Au fond du roman, la magie – Entretien avec Erik L’Homme

Erik L’Homme, auteur de romans jeunesse et fantasy, fait son retour cet automne, après un an d’absence de la scène littéraire, à l’occasion des Utopiales. Fragil a tendu son micro à cet écrivain qui a fêté l’an dernier quinze années de créations littéraires. Un instant pour revenir sur la définition ce genre si particulier qu’est le roman d’imagination, ainsi que sur le parcours d’un homme qui n’a pas fini de faire rêver enfants, adolescents et plus si affinités.

Au fond du roman, la magie – Entretien avec Erik L’Homme

25 Nov 2016

Erik L’Homme, auteur de romans jeunesse et fantasy, fait son retour cet automne, après un an d’absence de la scène littéraire, à l’occasion des Utopiales. Fragil a tendu son micro à cet écrivain qui a fêté l’an dernier quinze années de créations littéraires. Un instant pour revenir sur la définition ce genre si particulier qu’est le roman d’imagination, ainsi que sur le parcours d’un homme qui n’a pas fini de faire rêver enfants, adolescents et plus si affinités.

Fragil : Vous avez essentiellement écrit des romans jeunesse, mais aujourd’hui à quoi correspond ce genre plutôt récent ?

Erik L’Homme : C’est vrai que les romans jeunesse, c’est récent, ou du moins leur catégorisation. Par exemple, Jules Verne écrivait pour la jeunesse, dans le but de l’édifier à travers les romans. Or, tout le monde s’est mis à les lire. Aujourd’hui, la jeunesse est une catégorisation et ce boum de la littérature jeunesse va de pair avec un côté marchand. Ce qui me rassure moi, c’est quand les frontières restent floues. Par exemple, Harry Potter est un roman jeunesse, mais il fut une des meilleures ventes, jeunesse et adultes confondus pendant plusieurs années. Cette absence de frontières caractérise pour moi la littérature anglo-saxonne, car ils ont une habitude du merveilleux très ancienne. En Angleterre, des gens comme Roald Dahl ou Pullman font figure d’écrivains à part entière, avec une notoriété aussi fameuse que les écrivains de littérature blanche. Donc, cette catégorisation de littérature jeunesse reste quelque chose de très français, on aime ranger les choses dans des cases, c’est toujours gênant quand on en sort. Quand on aime écrire des romans imaginaires, destinés à tout public, on rentre dans la catégorisation d’écrivain jeunesse. Donc oui, j’écris des romans jeunesse, mais c’est comme ça qu’on me définit de l’extérieur. Moi j’écris des romans et il se trouve que j’ai un large public de jeunes, mais pas seulement, il y a aussi pas mal d’adultes qui lisent. Après, nous pourrions rentrer dans le détail, voir si on écrit un roman jeunesse de la même façon qu’un roman adulte. Il y a évidemment des différences, ne serait-ce qu’en France : il y a une loi qui protège la jeunesse contre les excès de violence, entre autres, mais je ne pense pas qu’il y ait besoin de ça quand on écrit pour la jeunesse.

Je lis le monde. Je le lis à hauteur d’un regard d’adolescent ou d’enfantErik L'Homme

Agrandir

Erik L'Homme
Erik L'Homme

Catherine Hélie - Gallimard Jeunesse

Pour moi, ce qui fait que j’écris des romans pour la jeunesse c’est que mes héros, ce sont des jeunes, soit des enfants, soit des adolescents. Quand ce sont des enfants, mon public sera prioritairement de l’âge de mes personnages, quand ce sont des ados, même chose et pour qu’un roman tombe juste, je m’adapte, je lis le monde, qui est le même que celui dans lequel vivent les adultes, mais je le lis à hauteur d’un regard d’adolescent ou d’enfant. Ça peut être le même monde, la même histoire, seulement elle sera vue, interprétée, décodée et déchiffrée par le regard d’un enfant ou d’un adolescent. C’est ce qui fait que quand, dans le Livre des Étoiles, il y a une scène d’une sensualité extraordinaire quand deux de mes personnages, qui ont 13 ans tous les deux, se retrouvent dans un cinéma et dans la faible obscurité : les mains se frôlent, se touchent, c’est bien la seule scène du genre qu’on va trouver dans mon roman ! Pourquoi ? Parce que quand on a 12 ou 13 ans, c’est généralement tout ce qui se passe quand on flirte, quand on commence et surtout quand on est pris à côté de ça par toute une aventure fantastique, magique. Après, dans la série A comme Association, mon héros a 16 ans, c’est un petit peu différent : il est travaillé par ses hormones, par ce qui se passe à seize ans…

Agrandir

a-comme-association

Gallimard Jeunesse

Fragil : Vous parliez des enfants, est-ce que, pour vous, il faut avoir gardé son âme d’enfant pour pouvoir écrire des livres qui leur ressemblent ?

Erik L’Homme : Je ne sais pas s’il faut avoir gardé son âme d’enfant, c’est quelque chose de difficile à définir. Je dirais, de manière plus simple, qu’il ne faut pas oublier l’enfant et l’adolescent qu’on a été, c’est ça qui est important.

C’est ça qui est génial chez un écrivain, c’est qu’on peut mettre en scène des personnages désespérément comme tout le monde, et on arrive à un moment donné en lui disant « Toi, tu vas faire de la magie »Erik L'Homme

Fragil : Quelles sont les différences entre l’enfant que vous étiez et les enfants d’aujourd’hui, ceux à qui vous vous adressez ?

Erik L’Homme : Il y a à la fois des différences et à la fois aucune. C’est-à-dire que, et heureusement pour moi, sur le fond il n’y a aucune différence. Comme personnellement je n’ai pas d’enfants et que je ne travaille pas dans un milieu d’enfants, j’ai des rapports avec les enfants comme n’importe qui, j’ai des neveux, je fais des rencontres scolaires, mais tout ce qui fait la vie et le quotidien d’un enfant d’aujourd’hui m’est assez étranger et en réalité, ne m’intéresse pas trop. Je suis un adulte, je suis déjà occupé avec mes propres centres d’intérêts. Mais j’essaie de m’adresser à ce qui reste intemporel et éternel chez l’enfant : le désir de l’aventure, le besoin de trouver sa place dans son environnement, dans le monde dans lequel il vit, l’amitié, les premiers émois de cœur… Ce sont des fondamentaux et c’est là-dessus que je joue pour construire mes histoires. Et comme en plus je situe mes histoires – sauf bien sûr Phænomen qui est un peu particulière puisqu’elle se déroule dans notre monde, avec des personnages qui eux-mêmes (je triche un peu) sont trop bizarres pour correspondre vraiment à une réalité générique – , mes personnages vivent dans des contextes de fantasy, qui ne rendent pas nécessaire la maîtrise de l’univers des enfants d’aujourd’hui. Dans le Livre des Étoiles, les personnages ont 12-13 ans, mais ils s’enthousiasment à l’idée de devenir un jour chevaliers, car il y a de vrais chevaliers dans le monde où j’écris. Heureusement, je n’ai pas joué le jeu du « Ah, je rêve d’être joueur de foot », moi je trouve ça plus intéressant d’être chevalier ou de pouvoir lancer des sortilèges sur les monstres ! L’enfant d’aujourd’hui, c’est pareil, il aimerait qu’il y ait des chevaliers pour de vrai, il aimerait qu’il y ait des monstres, il aimerait pouvoir faire la preuve de sa valeur, de manière fantasmée, de manière héroïque, de manière qui montre qu’il n’est pas comme tout le monde.

Agrandir

Erik L'Homme
Erik L'Homme

Catherine Hélie - Gallimard Jeunesse

Fragil : Ça rappelle un peu Jasper (dans A comme Association, ndlr) qui, avant de rencontrer Walter, se sentait parfaitement médiocre, marginal, même avec son groupe d’amis qui forment un groupe de rock assez décalé.

Erik L’Homme : Oui, et c’est ça qui est génial chez un écrivain, c’est qu’on peut mettre en scène des personnages comme par exemple Jasper qui est désespérément comme tout le monde. Au lycée il a sa bande de potes, ils sont un groupe de rock, mais l’écrivain arrive à un moment donné en lui disant « Toi, tu vas faire de la magie ». Et d’un coup, tu as la possibilité de sortir du lot, ce qui n’est pas possible autrement. Et le lecteur va adhérer, parce qu’au fond de lui, il ressent ce besoin, il aimerait un jour découvrir son petit pouvoir, qui fait qu’il n’est pas comme tout le monde. Et, ne pas être comme tout le monde, même si au départ c’est un objectif, très vite, quand on se rend compte qu’on a des possibilités supérieures, [on se demande] à quoi ça va servir et là on débouche sur plein de problématiques très intéressantes à traiter.

Fragil : Vous avez parlé du merveilleux de la littérature anglo-saxonne, est-ce qu’on peut dire que la fantasy aujourd’hui se rapproche du conte contemporain, avec le même schéma du héros, du méchant, les péripéties et bien sûr la présence de la magie ? On pourrait par exemple citer Charles Perrault.

Erik L’Homme : Je remonterais encore plus loin, car, ces caractéristiques des légendes et des récits mythologiques fondateurs, on les retrouve déjà dans le premier roman, qui pour moi est L’Odyssée. On a un héros qui veut rentrer chez lui, qui va affronter des épreuves et qui, une fois rentré, doit encore régler les problèmes qui s’y sont installés depuis qu’il est parti. Et il doit remettre de l’ordre grâce à des « pouvoirs magiques » : c’est le seul à pouvoir bander son arc par exemple. Homère a fait très fort et depuis rien ne l’a dépassé. Pour moi, la fantasy, c’est l’actualisation, à chaque génération, de quelque chose d’ancien et de permanent. Pendant très longtemps ça a été l’apanage de l’oralité, et quand on a développé l’écrit, elle s’en est emparée, et notamment le roman.

Aujourd’hui les gens sont désemparés parce qu’on est dans un univers qui est bourré de paradoxesErik L'Homme

Agrandir

livre-etoiles

Gallimard Jeunesse

Fragil : A-t-on besoin encore aujourd’hui de magie dans notre quotidien ?

Erik L’Homme : Oui, je pense que de tout temps ça a été comme ça, avec quand même des caractéristiques propres à l’époque. Pendant très longtemps et jusqu’à l’époque moderne, c’est-à-dire jusqu’aux Lumières puis aux révolutions industrielles, l’univers quotidien des gens était baigné de surnaturel. On ne pensait pas « Ah ce serait bien que la magie existe », parce que ça existait ! Dans les campagnes, quand les vaches tombaient malades, la première chose qu’on faisait était de savoir qui avait pu jeter un sort aux vaches, on ne cherchait pas à savoir s’il y avait un virus ou si elles avaient mal mangé. Pourquoi est-ce qu’il y avait autant de pèlerinages, de culte des reliques ? Ce n’était pas pour faire semblant, c’est qu’en allant embrasser telle relique on allait peut-être guérir des yeux ou de ses maladies de peau ; il y a une pensée magique en permanence. Et aujourd’hui les gens sont désemparés parce qu’on est dans un univers qui est bourré de paradoxes : d’un côté on a la science qui se propose de tout expliquer et de l’autre on a la technologie, qui est quasiment magique. On nous dit que la magie n’existe pas mais à côté de ça, moi je travaille sur un ordinateur dont je suis incapable de conceptualiser le fonctionnement : je ne m’en sors que parce que je considère que c’est un objet magique. On nous dit que la magie n’existe pas, mais on nous propose des objets qui ont une fonction d’artefacts magiques. La science donc, qui se propose de tout expliquer, est confrontée à des limites qu’elle n’arrive pas à dépasser et sur ce qui intéresse en profondeur les gens comme : « Qu’est-ce qu’il y a après la mort ? Quelles sont les origines ? » Pour l’instant, la science ne peut apporter aucune réponse, elle nous dit qu’elle peut tout expliquer, mais pour les grandes questions fondamentales, elle nous dit « Débrouillez-vous ». C’est donc une modernité très paradoxale, qui fait que les gens sont encore plus perdus qu’avant, alors qu’on pourrait penser que c’est l’inverse. Aujourd’hui, on devrait avoir plus de points de repère, eh bien non, c’était beaucoup plus simple quand le surnaturel et le naturel étaient mêlés. Pour revenir au roman et au roman de fantasy, l’engouement qu’il suscite, c’est de resituer, de ramener le lecteur dans un univers où ce naturel et ce surnaturel sont toujours liés, et finalement où tout est plus simple.

Fragil : Tout est plus simple ?

Erik L’Homme : Oui, tout est plus simple : toujours dans le paradoxe, le lecteur va jubiler parce que des brigands vont attaquer une ferme et le gamin de la ferme va d’un seul coup révéler des pouvoirs magiques qui vont assommer ou carboniser les brigands. C’est le point de départ d’une aventure, tout le monde jubile mais aujourd’hui si on se fait cambrioler et qu’on se défend, c’est tout un drame ! Je dirais que le roman de fantasy propose des solutions qui rendent paradoxalement les choses plus simples, car à la fois plus violentes et qui emportent le lecteur qui se dit « Ce serait bien si on pouvait aller voir un sorcier du village » ou « Ce serait mieux si on pouvait abandonner sa vie pourrie puis partir à la recherche d’un joyau ».

Le roman de fantasy nous emporte loin, nous fait voyager ailleurs, dans des mondes alternatifs, dans des royaumes imaginairesErik L'Homme

Fragil : A propos des aventures, pour vous les romans sont-ils un moyen de découvrir un autre monde ou un autre moyen de découvrir le monde ?

Erik L’Homme : Je pense que le roman de fantasy est intéressant car, en un livre, on a la réponse aux deux. Parce que d’une part le roman de fantasy nous emporte loin, nous fait voyager ailleurs, dans des mondes alternatifs, dans des royaumes imaginaires, mais en même temps, il renvoie vers notre propre monde, il nous amène à le regarder différemment.

Agrandir

maitre-brisants

Gallimard Jeunesse

Fragil : Les voyages que vous avez faits influencent-ils les propres voyages de vos personnages ?

Erik L’Homme : Oui, bien sûr, mais ce sont des influences sédimentaires. Je ne voyage pas pour prendre des notes ou dans la perspective d’un roman ou de l’écriture. Je voyage et je laisse les choses affluer, travailler, les paysages, les sons, les odeurs, les rencontres que je peux faire. Tout ça vient se déposer, et c’est à partir de ça que ça pousse.

Fragil : Pensez-vous qu’il y a une plus grande liberté dans le roman jeunesse ou fantasy que dans les autres genres romanesques ?

Erik L’Homme : C’est difficile. Une plus grande liberté ?

Fragil : Une plus grande liberté de parole, une permission d’aller plus loin là où d’autres mettraient un point.

Erik L’Homme : Je dirais qu’il y a de la liberté partout et nulle part. Il y a simplement des contraintes différentes et des libertés différentes. Si j’écris un roman de littérature blanche – que je décide un jour de n’être lu que par quarante personnes – eh bien je vais prendre énormément de liberté avec le style. Ce serait quelque chose d’hyper difficile à lire mais stylistiquement, ce sera plein de recherches, avec même une intrigue minimaliste. Là, ça intéressera très peu de personnes, mais j’ai la liberté de le faire. Par contre, je sais que je ne serai lu par personne. Je parlais des contraintes que je m’imposais personnellement tout à l’heure à savoir, de coller juste. La contrainte là ça va être de rester plausible et vraisemblable : c’est-à-dire que même si par moments il y a des scènes que j’ai envie d’écrire d’une certaine manière, je ne vais pas le faire parce que c’est un personnage de 12 ans qui va les vivre et lui ne les vivra pas de la même manière que moi, un écrivain adulte, qui aurait envie de les décrire. Ce sont des contraintes positives parce qu’elles m’obligent à écrire un bon bouquin jeunesse. Mais je pense qu’il y a une plus grande liberté d’imagination, de thème et de propos en jeunesse fantasy que par exemple en littérature blanche.

Le problème de la littérature blanche, c’est qu’elle est très médiatisée Erik L'Homme

Agrandir

terre-dragon

Gallimard Jeunesse

Fragil : C’est vrai qu’on trouve peu d’elfique dans la littérature blanche.

Erik L’Homme : C’est vrai, mais je dirais quelque part que le problème de la littérature blanche c’est qu’elle est très médiatisée et que la plupart des journalistes ne comprendraient absolument pas si quelqu’un tout à coup mettait de l’elfique dans la littérature. Ça ne ferait pas sérieux. Je parlais des cases tout à l’heure, on aime beaucoup ça, les cases.

Fragil : Vous avez dit dans une précédente interview que quinze ans après le Livre des Étoiles, c’est la fin d’un cycle. Comment est-ce que vous envisagez un nouveau projet ?

Erik L’Homme : Faire des choses différentes de ce que j’ai fait. En quinze ans, j’ai abordé tout ce que je voulais aborder dans la littérature « classique » de l’imaginaire. De la fantasy, du fantastique, de l’urban fantasy, des contes, du spaceopera… Et d’ailleurs j’ai bouclé une boucle, j’ai commencé par le Livre des Étoiles, donc de la fantasy et j’ai terminé par Terre-Dragon, qui en est aussi. Et là, je ne sais pas de quoi le nouveau cycle sera fait, certainement de fantasy. J’essaye aussi d’écrire quelque chose en adulte, mais ça va être différent de ce que j’ai fait et j’avais besoin d’une année de rupture pour remettre tout ça à plat. Je sors tout juste d’une sabbatique.

Fragil : Est-ce que vous envisagez une nouvelle collaboration après A comme Association ?

Erik L’Homme : C’est possible, tout est possible et tout est a priori ouvert.

Agrandir

phaenomen

Gallimard Jeunesse

Fragil : Vous avez écrit beaucoup de romans, mais s’il ne fallait en garder qu’un ?

Erik L’Homme : C’est super dur ça ! Mon banquier dirait le Livre des Étoiles ! C’est très difficile, très confortable et à la fois très difficile de commencer sa « carrière » par un super gros succès. C’est super facile parce que du coup beaucoup de portes s’ouvrent et puis financièrement, on peut commencer à envisager les choses différemment. Et puis en même temps super difficile parce qu’on sait que tout ce qu’il y aura derrière, ce sera moins bien, enfin, en termes de succès. Donc, si je ne devais garder qu’un livre… J’aime beaucoup Phænomen , comme trilogie, c’est un peu comme dans les Rocky, il gagne, il se fait étaler, ensuite il s’entraîne, il revient et il gagne ! Parce qu’après le Livre des Étoiles, j’avais écrit mon space-opera, Les Maîtres des brisants, qui a marché, mais qui n’a eu qu’un succès relatif par rapport au Livre des Étoiles parce que les lecteurs ont été surpris. Ce fut ma première leçon, je me suis rendu compte qu’en fait les éditeurs ne sont pas les seuls à vouloir m’enfermer dans des cases, les lecteurs aussi aiment enfermer les écrivains dans des cases et eux, ce qu’ils voulaient lire, c’est un autre Livre des Étoiles. Et moi j’arrive avec de la science-fiction, du space-opera, et ils n’ont pas compris. Alors je ne suis pas revenu à un Livre des Étoiles, mais écrit mon fantastique Phænomen et ça a de nouveau pas mal marché. Et là mon éditeur s’est dit : « Ah le con ! Il est capable de revenir de temps en temps avec des trucs sortis de nulle part ! », et d’ailleurs c’est ce que je compte essayer de faire avec mon prochain projet. Et pour revenir à la question, je dirais Phænomen.

Fragil : S’il ne fallait garder qu’un roman, mais cette fois-ci parmi tous ceux que vous avez lus ?

Erik L’Homme : C’est dur ! C’est la question à laquelle on a du mal à répondre. Et je m’en tirerai par une pirouette en disant L’Odyssée !

redouanneharjane

Redouanne Harjane, poète d’une époque inepte

Photos de concert : le gavage

Toujours la tête dans les livres, Marie est à la fois étudiante en lettres et collaboratrice depuis quelques mois à Fragil.

L'édito

Roulez jeunesse !

Quelle que soit votre orientation politique, quelle que soit la couleur des bulletins de vote que vous avez glissés (ou non) dans l’urne les 23 avril et 7 mai derniers, force est de constater que le peuple français a fait le pari de la jeunesse en élisant à sa tête un homme de 39 ans. Quoi qu’on pense de l’homme, de son passé et de ses promesses, c’est un message fort envoyé au monde ! À l’heure des Trump, Poutine et consorts, la France retrouverait-elle sa fibre avant-gardiste ?

Cependant, avant d’aller plus loin, précisons que, pour cette élection, la tendance est à la nuance quand on évoque « le peuple français ». Car, pour la première fois depuis le début de la Ve république, 25,44% des électeurs ont boudé cette ultime consultation et 11,47% des votants ont fait l’effort de se déplacer sans pour autant accorder leur suffrage à l’un ou l’autre des candidats. Qu’on le déplore ou non, la vie démocratique de notre beau pays est ainsi faite que le vote n’est pas (encore) obligatoire et seuls les électeurs qui tranchent clairement pour un des candidats ont droit à la parole.

Ceci dit, revenons à la symbolique du choix de la jeunesse. À travers l’élection d’Emmanuel Macron, les Français ont fait un pari : celui de bousculer les vieilles habitudes politiciennes pour les faire entrer pleinement dans le XXIe siècle. Transparence des élus, intégration de la société civile dans le processus législatif, espoir à redonner à cette France qui a cru trouver son salut dans l’extrême-droite… : les chantiers sont nombreux pour le jeune et nouveau Président. Face à lui, prêt à dégainer, le peuple devra faire preuve de vigilance pour ne pas se laisser berner (une fois de plus). Car quand le pari est osé, l’attente n’en est que décuplée. La déception en cas d’échec aussi.

Mais rien ne paraît impossible quand on est jeune. Et trente-neuf ans, c’est encore jeune. Je sais de quoi je parle, j’ai le même âge qu’Emmanuel Macron !

Merwann Abboud – Mai 2017

2017
juillet
18

L'éclectisme de Beauregard

07

Fragil, une nouvelle vague

juin
30

Coup de cœur à Saint-Céré : une Traviata intime…

28

Les Boîtes (la suite)

23

La Compagnie Frasques dé-Boîtes

16

« Tannhäuser » à Monte-Carlo: La pureté rédemptrice

06

Inüit en acoustique

mai
24

« Datappert », informer à travers les données

15

"Aux origines du surréalisme" : les quatre cent coups

15
ELL

« Entre les lignes » : la migration comme source de richesse

15
jeunesse

Roulez jeunesse !

15

Conjuguer « Colibris » à l’avenir

15

« Hacker Alice » saison 2 – Alice au pays des merveilles… de Riaillé !

05

L’art, miroir sublimant

05
The-Wackids Florent-Larronde

The Wackids, tu seras rock’n’roll ma fille

05

« Tosca » à Tours, à travers le prisme de l’art

04

À Couëron, des élèves de CM2 fabriquent l'info !

avril
26

6 outils pour une veille numérique efficace

21

« In Bloom » : dompter le dinosaure

21

Woods : au-delà de l’ombre, la lumière

21

Charlotte Savary : l'amour au fil des saisons

20

Raphaël Brémard en Sancho Pança : « Une grande liberté sur le plateau »

19

Présidentielle 2017 : la parole des candidats passée au crible

07

Musée d'arts de Nantes : le songe d'une femme

07

Christiane Taubira à Nantes : « Notre humanité c'est l'immensité de nos cœurs »

07
Réparer les vivants ©Aurélie Clement

Le cœur d'un autre

07

Les Damnés à la Comédie Française : Dans les coulisses d’un inquiétant théâtre…

07

De ma fenêtre, je vois...

mars
31
Maxi Obexer

Briser les frontières

31

TUR-BU-DANSE !

31

Turbulences sous le soleil ?

29

Se dorader la pilule au soleil

24

Le THéâTRe aMOk au festival Turbulences

17

Féminin égale masculin, masculin égale féminin

17

Entrez dans la danse

17

« Doreen » au lieu unique : histoire d'un dernier soir

17

Une nuit blanche au nom de la Science

10

Kery James, vainqueur par KO

10

Gaël Faye, abyssal

10
Chill Bump @ Barakason de Rezé

Énergie 100% hip-hop

10

"Lucia di Lammermoor" à Tours : la folie en partage

09

Internet n'oublie jamais

03
Simpsons complot

Infos et usages d'infaux

03
Répétitions ensemble LINKS au CCNN 02

À la Folle Journée, dansez comme vous êtes !

03

Le cinéma russe dans l’objectif d'Artem Temnikov

02
édito journée femme

8 mars : 100 ans de luttes féministes, finalement ce n’est pas si loin… de nous !

février
24

Clément Pascaud et l'entre-deux mondes

24

Le hip-hop est vivant !

24

Pumpkin et Vin’S da Cuero prennent de la hauteur

24

Delphine Vaute, l'illustration pas très sage

10
Affiche chronographe

Le Chronographe : la machine à rattraper le temps

10

"Derrière la porte" : un récit interactif pour dénoncer les violences conjugales

10
Featured Image Placeholder

Hé Ho, du bateau !

10

« L'Opéra de quat'sous est d'une actualité effrayante »

janvier
27

Un Nid branché

27

Musique au cinéma : l'accord est presque parfait

27

Rangez ce zizi que je ne saurais voir

2016
décembre
23

Pour retrouver le jeu À la nantaise !

23

Est-ce que tu Baez ?

23
Les Sales Gosses

Nantes : portraits de bars

23
Featured Image Placeholder

Un vœu pour Noël

16
alep-yassine latrache

Alep : un silence assourdissant

16

The Rusty Bells : rencontre sur la planète rouge

16

Métissage en images

16
trans-2016-une

Fragil en Trans

16

Talitres is 15

09

JP Supermanova

09

Hip Hop, une histoire française : enfin un livre de référence !

09
seaofminds

Sea of Minds et Bar-bars : la partie émergente

09

Saïd Bouftass : de l’esthétisme au combat sociétal

08

Tous métissés !

08

Festival culture Bar-bars : le live réinvestit la ville !

02

Hindi Zahra, terre de contrastes

02
René Magritte, La trahison des images, 1929, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

Magritte, la philosophie de l’invisible réalité

02

Inrocks Festival 2016 : Incubateur de talents

02
conf-gest

Je lutte donc je suis

02

Wax Tailor : Worldwide music

02

Photos de concert : le gavage

novembre
25
erik-lhomme

Au fond du roman, la magie – Entretien avec Erik L’Homme

25
redouanneharjane

Redouanne Harjane, poète d’une époque inepte

25

De Nantes à Bordeaux : une ode à Talitres

25
Featured Image Placeholder

Less is (Gil)more

25
christophe

Christophe, électrolibre

18
Affiche des Utopiales déssinée par Denis Bajram

Rafik Djoumi, héraut des geeks

18
Cate Le Bon

Cate Le Bon : héroïne malgré elle

18

Je suis passé chez Soy

18
yaltaclub

Artistes émergents au MaMa Festival : off the record

18
éditospaceoddity-AurélieClément

Space oddity : vers l'infini et l'au-delà

11
loupdessteppes-16

Il faut encore porter le chaos en soi pour donner naissance à une étoile dansante

11

Suuns : rock band pointu

11
Swans de gauche à droite : Christoph Hahn, Paul Wallfisch, Phil Puleo, Christopher Pravdica, Norman Westberg et Michael Gira

Swans : incantations et bouchons d’oreilles

11
édito-aurélieclement

La France sauvée grâce à la retraite musicale de Maître Gims ?

04

Premier organe auditif, le cœur - Rencontre avec Sean Bouchard

04
sonor#9-AC

Festival [Sonor] : l'humanité sur écoute

04
interviewtanguymalikbordage

Projet Loup des Steppes : l'équilibre à mi-chemin entre deux extrêmes

04

Leïla Slimani, derrière le symbole

04
Ideas box

Ideas Box : à portée de livre

octobre
28
Featured Image Placeholder

Le monde barjot d'Adam Green

28
Le festival Sonor à Trempolino

[SONOR]#9 - Sauvons la création radiophonique

28

Corrina Repp : la condition artistique humaine

28
Librairie Echos

Echos-graphie du Proche-Orient : l’imagerie d’un monde pluriel et culturel

27

Médias : un catalogue de formations inédit à Nantes

26

Avec Fête le mur, Fragil chausse les baskets

21
ohn Singer Sargent (1856-1925), Ellen Terry en Lady Macbeth, 1889. Tate Britain, Londres. © Tate, London 2016

« Tout art est parfaitement inutile »

21
L'enfant et les sortileges

Ravel à la Scala de Milan : Revanche poétique de l'ordre des choses

21
René Magritte, Décalcomanie, 1966, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Arts visuels

21
2016-10-08_chantsbatons_j-ronnet-nicolle

Climate Chance : l'allégorie de La Poule aux oeufs d'or

14
Featured Image Placeholder

Zodiac : Fincher vs. Graysmith

14

The Bad Plus : trois mecs simples à la recherche de la beauté

14

Scopitone donne sa grand-messe électronique sous les Nefs

14
La création de Julien Grosvalet La Première Vague, présentée lors du spectacle Plateau H à Onyx.

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Spectacles

14
La façade du Mékano à Rezé

Le Mékano joue sa mécanique affable by Eskat & Korsé

09

Expressions et médias : les étudiants prennent la parole

07
L'homme de théâtre Jorge Lavelli.

Événement : Jorge Lavelli retrouve Copi à l'Opéra de Rennes

07
La danseuse Elena Annovi lors de la soirée d'ouverture du festival Scopitone

Et la lumière fut : ouverture du festival Scopitone

07

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Musique

07
Katherine Wolkoff - Deer beds (exposition à l'Atelier)

Le huitième art attend son heure

07

Ouvrir grand les portes

septembre
26
Fragil anime des cafés numériques jeunes à Dclic

Des goûters pour comprendre le numérique

16

Doom conquérant et Dark Fantasy : rencontre avec le groupe Conan

16
Traviata St Céré 2016

Rencontre : Burcu Uyar et Julien Dran jouent « Traviata » à Saint-Céré

16

Un « Jours de fête » musicalement explosif

02
Larry Garner

Les Rendez-vous de l'Erdre 2016 : 30 ans les pieds dans l'eau

août
26

Memorabilia

26
Agnostic Front Motocultor

Motocultor 2016 : le metal résonne en terre bretonne

26

« Roméo et Juliette » à la Comédie-Française : précipice amoureux

26
Hilldale

Hilldale, retour vers le futur de l'indie-pop

12

Plus vite, plus haut, plus fort

12

Médias sans médaille

12

Derrière les JO, le Brésil implose

12

Rock in Loft en off des Francofolies de La Rochelle

05
Iggy Pop aux Escales 2016 à Saint-Nazaire

Musiques d'un monde

05
Iggy Pop Photo Patrice Molle

L'iguane en escale

05

Uplifting Vibrations

05

La terreur sans visage

juillet
29

Les Francofolies en mode électro swing

29

Ensemble

29

Hommage à la marge

29

Mon baptême Hellfest

22
Yas

Attentat de Nice : indécences et désintox

15
"Le numérique a vraiment aidé la pornographie, car ça l’a démocratisée et ça l’a rendue normale."

Le conseil aux clients, dernier rempart des sex-shops face au porno version numérique ?

15

Hellfest 2016 : coups de cœur x 3

15
Featured Image Placeholder

Partage et plaisir

15

Europ'Raid : trois bourlingueurs à travers l'Europe

08
Featured Image Placeholder

Exceptionnel mois de juin

08
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg

« Les maîtres chanteurs » à l’Opéra Bastille : « Comment donner une mesure à l’infini… »

08

Hellfest 2016 : douceurs obscures et accords ardents au royaume du metal

08
Jade Puiroux et Vincent Lhoste

Le numérique, espoir pour les personnes handicapées

juin
24
Pour les 30 ans de Jet FM, retour en 1986.

Jet FM : 30 ans de vol sur les ondes

24
Featured Image Placeholder

Ne pas se faire manger

24
Conscientes du retour en force du vinyle, les grandes maisons de disques décident de sortir de plus en plus de vinyles, en rééditant de grands classiques

Vinyle : l’objet d'art face au business

24
Happening anti corrida place Royale.

« Corrida : la honte ! »

23

Le jazz est encore possible !

20
map

Nuages de mots, alternatives et antipodes…

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Le retour du vinyle

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15

Gentlemen du dub (not) only

15

Rêve général

15

Louise contre-attaque

mars
11

Do you speak Irakien ?

05

Au cœur de l’Étau

février
19

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
septembre
11

GO leaks : le Wikileaks du Grand Ouest

août
21

Khe0ps : "La protection des sources sur le web, c’est zéro"

juin
19

Médias : les entrepreneurs en mode start-up

mai
07

Les médiathèques tournent la page

avril
12

"Sous les pavés, la plage !"

2013
juin
21

La leçon de piano de Chilly Gonzales