21 avril 2017

Woods : au-delà de l’ombre, la lumière

C’est le 21 avril que Woods publie sa nouvelle collection de pépites pop-folk mâtinées de psyché qu’ils peaufinent depuis huit albums. Une preuve supplémentaire que l’élection de Donald Trump a au moins l’avantage de nourrir la créativité. Rencontre avec les New-Yorkais lors de leur dernière tournée française.

Woods : au-delà de l’ombre, la lumière

21 Avr 2017

C’est le 21 avril que Woods publie sa nouvelle collection de pépites pop-folk mâtinées de psyché qu’ils peaufinent depuis huit albums. Une preuve supplémentaire que l’élection de Donald Trump a au moins l’avantage de nourrir la créativité. Rencontre avec les New-Yorkais lors de leur dernière tournée française.

Une voix haut perchée, des riffs de guitare chaloupés, une pédale steel ou wah-wah, une trompette qui de l’arrière-plan passe franchement au-devant de la scène. Ce nouveau disque en forme de surprise, Love is Love, dans la lignée du prédécesseur City Sun Eater in the River of Light (2016), aligne six morceaux qui portent la marque de fabrique de Woods depuis la sortie de With Light and With Love en 2014. Ce dernier, acclamé par la critique, a fait connaître le quintette à un public élargi, eux qui œuvraient dans l’ombre de leur home studio de Brooklyn, The Rear House (littéralement « la maison du fond », ndlr), depuis 2005. Toujours ces mélodies imparables alternant avec des expérimentations psyché incroyables et des références au reggae et aux rythmes éthiopiens. Jeremy Earl, chanteur et compositeur de la bande, explique : « La lumière et l’obscurité, le soleil et l’ombre, c’est un thème récurrent chez nous », représenté également par cet équilibre entre pop et psyché. « Nous avons besoin des deux. Mon cerveau est immédiatement attiré par une mélodie pop, mais j’aime aussi les choses plus bizarres, quand on improvise et qu’on devient un peu fous. Je trouve que c’est un joli contraste. On a parfois besoin de montrer l’obscurité pour être capable de voir le côté lumineux des choses. »

Agrandir

Woods_3719
Jeremy Earl, compositeur, chanteur et guitariste de Woods.

Sandrine Lesage

Cette ombre, toujours à l’affût dans le disque à venir, porte bien un nom, et c’est celui du 45ème Président des États-Unis. Une menace bien réelle qui a poussé Jeremy à prendre la plume bien plus tôt qu’il ne l’imaginait. « Nous n’avions pas le projet d’enregistrer un nouveau disque, et voulions continuer dans la lignée des précédents, c’est-à-dire laisser deux ans entre chaque album. Cette année, nous avions l’intention de repartir deux fois en tournée, de nous reposer et de laisser venir les chansons à nous de manière naturelle. Mais l’élection a eu lieu (Donald Trump a été élu Président des États-Unis le 20 janvier 2017, ndlr) et j’ai immédiatement été inspiré pour composer : les chansons sont sorties, elles ont coulé de source pour moi. (…) Une première, puis une deuxième, une troisième et une quatrième chanson sont venues, et je ne pensais toujours pas à écrire un album ! C’est tout simplement le résultat de la manière dont j’intégrais et gérais émotionnellement la situation. »

Mon cerveau est immédiatement attiré par une mélodie pop, mais j’aime aussi les choses plus bizarres, quand on improvise et qu’on devient un peu fous. Je trouve que c’est un joli contraste. On a parfois besoin de montrer l’obscurité pour être capable de voir le côté lumineux des chosesJeremy Earl

Le label fondé en 2006 par Jeremy, Woodsist, permet au groupe une grande liberté dans l’enregistrement, encore facilité par l’investissement passionné du compère des débuts, Jarvis Taveniere, ingénieur du son et producteur en plus de tenir la guitare ou la basse en studio. « Au bout de deux semaines environ, il était évident que nous tenions un disque. J’avais envie que les gens puissent l’écouter aussi vite que possible, donc nous avons décidé de le sortir rapidement.  J’ai parlé à Jarvis, et il m’a dit : « Enregistrons maintenant ! » C’est arrivé très vite et nous avons juste profité de cette énergie très spontanée ».

S’engager, prendre la plume

Si Woods ne s’est jamais vraiment considéré comme un groupe engagé, les récents événements dans leur pays ont réveillé une conscience citoyenne qui trouve son expression dans la musique. Pour Jeremy Earl, « la musique est à la fois une merveilleuse échappatoire, et c’est l’une des plus belles choses dans l’art : on peut toujours se tourner vers un morceau de musique ou une belle peinture, et s’extraire du moment présent. Mais je voulais absolument qu’il y ait un message cette fois-ci. Le message étant une simple méditation sur l’amour : l’amour, comme l’art, est l’une des meilleures choses dans la vie, et sera toujours là. Je souhaitais faire passer cette image : « Nous connaissons une période sombre, et il y en a eu d’autres au cours de l’histoire. Regardons en direction de l’amour et il reviendra ». »

Récemment, Woods a fait partie des artistes à l’affiche de concerts organisés au profit de ACLU (l’Union Américaine pour les Libertés Civiles s’est engagée à combattre les mesures prises par Trump et contraires aux libertés et droits individuels, ndlr) et Planned Parenthood Action (organisation à but non lucratif qui défend les droits des femmes et à une information sur la sexualité et les moyens de contraception, et gérant des centres de planification familiale dans tout le pays, ndlr). Le chanteur s’en explique modestement : « A un moment comme celui-ci, si quelqu’un est en mesure de faire quelque chose, qu’il le fasse. C’est important de rester positifs et d’aider des organisations qui risquent de perdre leurs financements alors qu’on a besoin d’elles. C’est effrayant. Alors si on peut donner l’argent récolté en donnant quelques concerts, c’est la moindre des choses, et ça peut aider…».

Agrandir

Woods_3823
Woods a vu son line-up évoluer au fil des années, pour aboutir à cette formation à cinq qui délivre sur scène une énergie rayonnante, loin du concert folk autour du feu auquel on pourrait s’attendre.

Sandrine Lesage

Nous connaissons une période sombre, et il y en a eu d’autres au cours de l’histoire. Regardons en direction de l’amour et il reviendraJeremy Earl

Bien que les élections récentes touchent les habitants de la ville comme de la campagne, Love is Love est le troisième disque d’affilée à s’identifier à l’esprit citadin, « tout simplement car je me trouvais en ville au moment des résultats. », explique Jeremy Earl. « Comme pour chacun des albums de Woods, je capte l’environnement dans lequel je suis, quel qu’il soit. » Dans la discographie du groupe, certains disques portent en effet la parure plus bucolique de la nature : Sun and Shade et Bend Beyond ont été écrits alors que Jeremy passe du temps dans sa petite ville natale de Warwick, dans l’État de New-York. Deux heures de route et voilà le groupe absorbé par la grande ville, sa cacophonie ambiante et son rythme effréné. « C’est l’atmosphère de la ville qui ressort [dans Love is Love] car j’ai vu la réaction des gens le lendemain [de l’élection], marchant dans la rue, l’air maussade, étrange. Cela m’a affecté, c’est sûr, mais je n’ai jamais eu le projet de faire un album qui sonne comme un disque citadin. »

Énergie rayonnante

Woods a vu son line-up évoluer au fil des années, pour aboutir à cette formation à cinq qui délivre sur scène une énergie rayonnante, loin du concert folk autour du feu auquel on pourrait s’attendre. « Cela fait quatre ans que le groupe est tel qu’il est actuellement. Nous sommes tous restés de très bons amis, surtout Jarvis et moi qui jouons ensemble depuis le début…C’est comme une deuxième nature pour nous, nous sommes comme des frères », admet Jeremy. Entre les morceaux, peu de bla bla, quelques mercis et signes reconnaissants, le groupe est là pour jouer, et bien. La section rythmique constituée par Aaron Neveu à la batterie et Chuck Van Dyck à la basse, se concentre tête baissée sur un jeu tout en finesse, tandis que le nonchalant John Andrews, aux claviers, sonde le public du regard entre deux chœurs. Le duo Jeremy/Jarvis, le premier à la guitare acoustique ou électrique, le second faisant claquer sa six-cordes grâce à un jeu de pédales et des soli endiablés, se répond et s’emporte sur les impros psyché qui déchaînent tout le monde dans la salle. La tournée française en 2017 ne se limite plus à une date parisienne comme précédemment, mais comprend six concerts dans tout l’hexagone. « La plus longue tournée jusqu’à maintenant ! » concède Jeremy, qui se rappelle particulièrement de La Rochelle, « un très bel endroit » et d’un accueil très positif de la part du public français. Pour le concert parisien dans la petite et chaleureuse salle de la Maroquinerie dans le 20ème arrondissement, le trompettiste accompagnant d’ordinaire Cléa Vincent et Tahiti 80 sera le sixième membre du groupe. Les répétitions l’après-midi même ont permis de tester pour la première fois des morceaux comme Bleeding Blue, sans conteste l’une des envolées du nouvel album, avec sa trompette virevoltante et ses chœurs en apothéose. On pense au groupe Love, avec ces cuivres, mais aussi à leurs échappées psyché proches de celles de Woods, même si cette formation à l’apogée de son talent en 1969 n’est pas une des influences de Jeremy.

Le duo Jeremy/Jarvis, le premier à la guitare acoustique ou électrique, le second faisant claquer sa six-cordes grâce à un jeu de pédales et des soli endiablés, se répond et s’emporte sur les impros psyché qui déchaînent tout le monde dans la salle

Composer, produire, graver

Sur Woodsist, le label du groupe, les signatures à suivre de près se sont multipliées depuis plus de 10 ans, parfois produites par Jarvis Taveniere : Kevin Morby (ancien bassiste de Woods), Real Estate, Widowspeak, Vivian Girls, Ducktails… Parmi les dernières sorties, Jeremy nous conseille de surveiller Hand Habits, le projet de Meg Duffy, guitariste talentueuse de Kevin Morby, avec qui il a eu plaisir à travailler : « J’aime toujours sortir le premier album d’un artiste et le montrer aux gens » confie-t-il. « On vient également de sortir le disque de John Andrews and The Yawns. Il joue du clavier pour nous et il est aussi dans le groupe Quilt. C’est un très bon album, qui sonne à la fois comme Woods et comme Quilt, mais avec son atmosphère propre. John est un super ami : c’est comme ça que j’aime travailler, avec des amis, et j’aime pouvoir publier leurs disques ». Pour le moment, Jeremy Earl, ancien étudiant aux beaux-arts et graveur à ses heures perdues, est également bien occupé par la conception graphique des disques de Woods. Et s’il devait faire appel à un autre artiste pour ses pochettes ? Cela lui pose question : « Doit-il être vivant ? » demande-t-il en éclatant de rire quand il apprend qu’il a carte blanche. « Mon rêve ultime serait Keith Haring, j’aurais adoré qu’il puisse concevoir quelque chose pour nous. J’aime à la fois la simplicité et l’audace de son travail. Ç’aurait été génial. Pour ce qui est d’un artiste vivant, c’est une question difficile mais… je pense à Raymond Pettibon. C’est lui qui a réalisé les pochettes des premiers albums de Black Flag (dont il est le fondateur, ndlr) et des disques du label SST Records, ou encore d’un disque de Sonic Youth (Goo, ndlr).  J’ai toujours été inspiré par son œuvre : je pense qu’il a beaucoup de talent et qu’il pourrait s’intégrer dans notre travail, en décalage, avec son côté commentateur de la société. Aujourd’hui, il pratique plutôt la peinture et une exposition lui est consacrée en ce moment à New-York. »

C’est comme ça que j’aime travailler, avec des amisJeremy Earl

Au-delà des styles musicaux entre pop et expérimentations, la notion de lumière intervient également dans des références plus littérales dans les paroles et les titres des chansons et des albums, comme une échappatoire au chaos de ce monde. La lumière, c’est pour Jeremy « cet élément spirituel vers lequel je tends ou qui m’inspire et sur lequel je n’arrive pas à mettre un nom. Je suis attiré par [cette chose], bien que ce ne soit rien de spécifique… Je crois que c’est ma quête pour…(il hésite) ce qui compte vraiment. Cela pourrait être un dieu, cella pourrait être le soleil…mais je ne suis pas sûr, je n’ai pas encore trouvé la réponse » ajoute-t-il dans un rire. A l’avenir, Jeremy Earl se voit bien devenir gérant de label à part entière : « Je sais qu’un jour – je ne sais pas quand – je voudrais produire plus de groupes, sortir plus d’albums, mais pour le moment, je me concentre sur la composition et le groupe » admet-il. Afin de poursuivre cette quête solaire, que l’on souhaite encore semée de fulgurances mélodiques et tortueuses.


L’album Love is Love sort le 21 avril en digital et le 19 mai prochain en physique.

Charlotte Savary : l'amour au fil des saisons

« In Bloom » : dompter le dinosaure

Sans la musique (et l'art), la vie serait une erreur. Passionnée par le rock indé, les arts visuels et les mutations urbaines, Sandrine tente de retrouver l'émotion des concerts, de restituer l'univers des artistes et s’interroge sur la société en mutation.

L'édito

Trump An 1

Déjà un an.
Au début, on a tous cru que c’était une plaisanterie. Les États-Unis ne pouvait pas mettre à leur tête un homme pareil, milliardaire, animateur de télé-réalité et copie conforme du Biff de « Retour vers le futur ». Un homme pro-armes à feu, prêt à construire un mur à la frontière avec le Mexique et faire la chasse aux musulmans. Un homme qui s’amusait à répéter violemment des « You’re fired ! » (tu es viré !) devant des millions de téléspectateurs et qui nomme son ennemi « Rocket man ». Et je ne parle pas de sa coiffure (on n’attaque pas le physique), ni de sa femme (ou son clone)…
Pourtant, le 8 novembre 2016, la réalité a rejoint la mauvaise fiction qu’on n’osait à peine imaginer : Donald Trump était élu 45ème président des États-Unis. Une claque ! Nous allions tous être obligés de vivre, d’évoluer, d’être heureux, dans un monde où ce guignol (pardonnez-moi l’expression) était président de la plus grande puissance mondiale !
365 jours plus tard, que peut-on retenir des actions de « l’homme le plus puissant de la planète » ?
. 0 loi majeure portant sa signature.
. 1 conférence de presse quand Obama en avait déjà organisé 11.
. 3 ex-membres de son équipe de campagne inculpés dans l’« affaire russe ».
. 48% des Américains sondés déclarent le « désapprouver fortement ».
. 73 journées de golf soit un coût de 77 405 876 dollars.
. 1318 déclarations fausses ou trompeuses, mensonges et contre-vérités.
. 2467 tweets dont 127 avec la mention fake news.
Un triste bilan.
Une seule lueur d’espoir : il ne reste plus que trois ans à tirer.

Allez courage !

2017
novembre
17

Inaudible au Grand T : donner corps à la musique

15

Le retour des lunDIY de Fragil !!!

13

Pratiques des médias : le catalogue des formations professionnelles de la saison 2017/2018

13

Rachid Oujdi, un réalisateur tout en humanité

13

Komorebi au Lieu Unique : Art Brut, résultat net

13

Le passage du temps aux Utopiales

10

« Opération Lune », la fake news en œuvre d’art

10
Featured Image Placeholder

Trump An 1

10

Carte blanche à Gabriel Saglio et les Vieilles Pies

10

"Ouvrir la voix"

06

Jean-François Sivadier met en scène « Don Giovanni » : Par delà ce regard…

03

Chinese Man en interview et en live !!!

02

Les Festivals de cinéma, on peut tous en profiter !

02

"La bibliothèque, la nuit", l'invitation au voyage du LU

octobre
27

Depardon fait salle comble avec 12 jours

27

"Le baiser du ramadan" ou comment vivre un mariage islamo-chrétien ?

27
Featured Image Placeholder

Du Glyphosate au retour à la terre

26

La Scène Michelet, café-concert de caractère

24

Nuit des étudiants d'ici et d'ailleurs : une ambiance de découvertes et de partages

20

Ibeyi fait vibrer le Stereolux

19
Featured Image Placeholder

#balancetonporc

18

Dans l’expectative de l’amélioration des conditions de voyage

18

Un barbier au théâtre de l’Usine : « Vive la joie »

13

La soul de Sugaray Rayford dynamite le Ferrailleur !

11

Le gel des contrats aidés jette un grand froid

09

Le Ferrailleur, chaudron des musiques actuelles

06

« Hommage à Metropolis » : le street art s’invite en centre-ville

06

Les Belles Histoires de la cité nantaise…

septembre
29

BAM, le TU lance sa saison !

28

La mode solidaire aux Dervallières

28

« Les noces de figaro » de Saint-Céré : dernier sourire…

15

Nantes Digital Week : La culture sous le signe de l’innovation

14

Clap dans les bars : les jeunes créateurs débarquent en ville !

14

Charlotte Despaux et Anas Séguin à Saint-Céré: l’étoffe des grands

08

Les 100 ans du Concorde : dénouement prévu pour ce week-end

08

Froth, le shoegaze en héritage

08

La Route du Rock 2017 : retour gagnant

août
29

Les RDV de l’Erdre 2017 : les incontournables de la programmation

26

Cypress Hill retourne le festival Couvre Feu

25

Rosenkavalier à Cardiff : une comédie du temps qui passe

juillet
31

La gratuité en question

18

L'éclectisme de Beauregard

07

Fragil, une nouvelle vague

juin
30

Coup de cœur à Saint-Céré : une Traviata intime…

28

Les Boîtes (la suite)

23

La Compagnie Frasques dé-Boîtes

16

« Tannhäuser » à Monte-Carlo: La pureté rédemptrice

06

Inüit en acoustique

mai
24

« Datappert », informer à travers les données

15

"Aux origines du surréalisme" : les quatre cent coups

15
ELL

« Entre les lignes » : la migration comme source de richesse

15
jeunesse

Roulez jeunesse !

15

Conjuguer « Colibris » à l’avenir

15

« Hacker Alice » saison 2 – Alice au pays des merveilles… de Riaillé !

05

L’art, miroir sublimant

05
The-Wackids Florent-Larronde

The Wackids, tu seras rock’n’roll ma fille

05

« Tosca » à Tours, à travers le prisme de l’art

04

À Couëron, des élèves de CM2 fabriquent l'info !

avril
26

Médias : un catalogue de formations inédit à Nantes

21

« In Bloom » : dompter le dinosaure

21

Woods : au-delà de l’ombre, la lumière

21

Charlotte Savary : l'amour au fil des saisons

20

Raphaël Brémard en Sancho Pança : « Une grande liberté sur le plateau »

19

Présidentielle 2017 : la parole des candidats passée au crible

07

Musée d'arts de Nantes : le songe d'une femme

07

Christiane Taubira à Nantes : « Notre humanité c'est l'immensité de nos cœurs »

07
Réparer les vivants ©Aurélie Clement

Le cœur d'un autre

07

Les Damnés à la Comédie Française : Dans les coulisses d’un inquiétant théâtre…

07

De ma fenêtre, je vois...

mars
31
Maxi Obexer

Briser les frontières

31

TUR-BU-DANSE !

31

Turbulences sous le soleil ?

29

Se dorader la pilule au soleil

24

Le THéâTRe aMOk au festival Turbulences

17

Féminin égale masculin, masculin égale féminin

17

Entrez dans la danse

17

« Doreen » au lieu unique : histoire d'un dernier soir

17

Une nuit blanche au nom de la Science

10

Kery James, vainqueur par KO

10

Gaël Faye, abyssal

10
Chill Bump @ Barakason de Rezé

Énergie 100% hip-hop

10

"Lucia di Lammermoor" à Tours : la folie en partage

09

Internet n'oublie jamais

03
Simpsons complot

Infos et usages d'infaux

03
Répétitions ensemble LINKS au CCNN 02

À la Folle Journée, dansez comme vous êtes !

03

Le cinéma russe dans l’objectif d'Artem Temnikov

02
édito journée femme

8 mars : 100 ans de luttes féministes, finalement ce n’est pas si loin… de nous !

février
24

Clément Pascaud et l'entre-deux mondes

24

Le hip-hop est vivant !

24

Pumpkin et Vin’S da Cuero prennent de la hauteur

24

Delphine Vaute, l'illustration pas très sage

10
Affiche chronographe

Le Chronographe : la machine à rattraper le temps

10

"Derrière la porte" : un récit interactif pour dénoncer les violences conjugales

10
Featured Image Placeholder

Hé Ho, du bateau !

10

« L'Opéra de quat'sous est d'une actualité effrayante »

janvier
27

Un Nid branché

27

Musique au cinéma : l'accord est presque parfait

27

Rangez ce zizi que je ne saurais voir

2016
décembre
23

Pour retrouver le jeu À la nantaise !

23

Est-ce que tu Baez ?

23
Les Sales Gosses

Nantes : portraits de bars

23
Featured Image Placeholder

Un vœu pour Noël

16
alep-yassine latrache

Alep : un silence assourdissant

16

The Rusty Bells : rencontre sur la planète rouge

16

Métissage en images

16
trans-2016-une

Fragil en Trans

16

Talitres is 15

09

JP Supermanova

09

Hip Hop, une histoire française : enfin un livre de référence !

09
seaofminds

Sea of Minds et Bar-bars : la partie émergente

09

Saïd Bouftass : de l’esthétisme au combat sociétal

08

Tous métissés !

08

Festival culture Bar-bars : le live réinvestit la ville !

02

Hindi Zahra, terre de contrastes

02
René Magritte, La trahison des images, 1929, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

Magritte, la philosophie de l’invisible réalité

02

Inrocks Festival 2016 : Incubateur de talents

02
conf-gest

Je lutte donc je suis

02

Wax Tailor : Worldwide music

02

Photos de concert : le gavage

novembre
25
erik-lhomme

Au fond du roman, la magie – Entretien avec Erik L’Homme

25
redouanneharjane

Redouanne Harjane, poète d’une époque inepte

25

De Nantes à Bordeaux : une ode à Talitres

25
Featured Image Placeholder

Less is (Gil)more

25
christophe

Christophe, électrolibre

18
Affiche des Utopiales déssinée par Denis Bajram

Rafik Djoumi, héraut des geeks

18
Cate Le Bon

Cate Le Bon : héroïne malgré elle

18

Je suis passé chez Soy

18
yaltaclub

Artistes émergents au MaMa Festival : off the record

18
éditospaceoddity-AurélieClément

Space oddity : vers l'infini et l'au-delà

11
loupdessteppes-16

Il faut encore porter le chaos en soi pour donner naissance à une étoile dansante

11

Suuns : rock band pointu

11
Swans de gauche à droite : Christoph Hahn, Paul Wallfisch, Phil Puleo, Christopher Pravdica, Norman Westberg et Michael Gira

Swans : incantations et bouchons d’oreilles

11
édito-aurélieclement

La France sauvée grâce à la retraite musicale de Maître Gims ?

04

Premier organe auditif, le cœur - Rencontre avec Sean Bouchard

04
sonor#9-AC

Festival [Sonor] : l'humanité sur écoute

04
interviewtanguymalikbordage

Projet Loup des Steppes : l'équilibre à mi-chemin entre deux extrêmes

04

Leïla Slimani, derrière le symbole

04
Ideas box

Ideas Box : à portée de livre

octobre
28
Featured Image Placeholder

Le monde barjot d'Adam Green

28
Le festival Sonor à Trempolino

[SONOR]#9 - Sauvons la création radiophonique

28

Corrina Repp : la condition artistique humaine

28
Librairie Echos

Echos-graphie du Proche-Orient : l’imagerie d’un monde pluriel et culturel

27

Médias : un catalogue de formations inédit à Nantes

26

Avec Fête le mur, Fragil chausse les baskets

21
ohn Singer Sargent (1856-1925), Ellen Terry en Lady Macbeth, 1889. Tate Britain, Londres. © Tate, London 2016

« Tout art est parfaitement inutile »

21
L'enfant et les sortileges

Ravel à la Scala de Milan : Revanche poétique de l'ordre des choses

21
René Magritte, Décalcomanie, 1966, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Arts visuels

21
2016-10-08_chantsbatons_j-ronnet-nicolle

Climate Chance : l'allégorie de La Poule aux oeufs d'or

14
Featured Image Placeholder

Zodiac : Fincher vs. Graysmith

14

The Bad Plus : trois mecs simples à la recherche de la beauté

14

Scopitone donne sa grand-messe électronique sous les Nefs

14
La création de Julien Grosvalet La Première Vague, présentée lors du spectacle Plateau H à Onyx.

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Spectacles

14
La façade du Mékano à Rezé

Le Mékano joue sa mécanique affable by Eskat & Korsé

09

Expressions et médias : les étudiants prennent la parole

07
L'homme de théâtre Jorge Lavelli.

Événement : Jorge Lavelli retrouve Copi à l'Opéra de Rennes

07
La danseuse Elena Annovi lors de la soirée d'ouverture du festival Scopitone

Et la lumière fut : ouverture du festival Scopitone

07

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Musique

07
Katherine Wolkoff - Deer beds (exposition à l'Atelier)

Le huitième art attend son heure

07

Ouvrir grand les portes

septembre
26
Fragil anime des cafés numériques jeunes à Dclic

Des goûters pour comprendre le numérique

16

Doom conquérant et Dark Fantasy : rencontre avec le groupe Conan

16
Traviata St Céré 2016

Rencontre : Burcu Uyar et Julien Dran jouent « Traviata » à Saint-Céré

16

Un « Jours de fête » musicalement explosif

02
Larry Garner

Les Rendez-vous de l'Erdre 2016 : 30 ans les pieds dans l'eau

août
26

Memorabilia

26
Agnostic Front Motocultor

Motocultor 2016 : le metal résonne en terre bretonne

26

« Roméo et Juliette » à la Comédie-Française : précipice amoureux

26
Hilldale

Hilldale, retour vers le futur de l'indie-pop

12

Plus vite, plus haut, plus fort

12

Médias sans médaille

12

Derrière les JO, le Brésil implose

12

Rock in Loft en off des Francofolies de La Rochelle

05
Iggy Pop aux Escales 2016 à Saint-Nazaire

Musiques d'un monde

05
Iggy Pop Photo Patrice Molle

L'iguane en escale

05

Uplifting Vibrations

05

La terreur sans visage

juillet
29

Les Francofolies en mode électro swing

29

Ensemble

29

Hommage à la marge

29

Mon baptême Hellfest

22
Yas

Attentat de Nice : indécences et désintox

15
"Le numérique a vraiment aidé la pornographie, car ça l’a démocratisée et ça l’a rendue normale."

Le conseil aux clients, dernier rempart des sex-shops face au porno version numérique ?

15

Hellfest 2016 : coups de cœur x 3

15
Featured Image Placeholder

Partage et plaisir

15

Europ'Raid : trois bourlingueurs à travers l'Europe

08
Featured Image Placeholder

Exceptionnel mois de juin

08
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg

« Les maîtres chanteurs » à l’Opéra Bastille : « Comment donner une mesure à l’infini… »

08

Hellfest 2016 : douceurs obscures et accords ardents au royaume du metal

08
Jade Puiroux et Vincent Lhoste

Le numérique, espoir pour les personnes handicapées

juin
24
Pour les 30 ans de Jet FM, retour en 1986.

Jet FM : 30 ans de vol sur les ondes

24
Featured Image Placeholder

Ne pas se faire manger

24
Conscientes du retour en force du vinyle, les grandes maisons de disques décident de sortir de plus en plus de vinyles, en rééditant de grands classiques

Vinyle : l’objet d'art face au business

24
Happening anti corrida place Royale.

« Corrida : la honte ! »

23

Le jazz est encore possible !

20
map

Nuages de mots, alternatives et antipodes…

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Le retour du vinyle

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15

Gentlemen du dub (not) only

15

Rêve général

15

Louise contre-attaque

mars
11

Do you speak Irakien ?

05

Au cœur de l’Étau

février
19

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
septembre
11

GO leaks : le Wikileaks du Grand Ouest

août
21

Khe0ps : "La protection des sources sur le web, c’est zéro"

juin
19

Médias : les entrepreneurs en mode start-up

mai
07

Les médiathèques tournent la page

avril
12

"Sous les pavés, la plage !"

2013
juin
21

La leçon de piano de Chilly Gonzales