• seaofminds
9 décembre 2016

Sea of Minds et Bar-bars : la partie émergente

Dans le cadre de la 15ème édition du festival de culture musicale Bar-bars, Fragil a rencontré le quatuor Sea of Minds, ainsi que Tilou, membre de l’association ATAC Smile for Muzik. Rencontre avec ces acteurs de la scène musicale nantaise.

Sea of Minds et Bar-bars : la partie émergente

09 Déc 2016

Dans le cadre de la 15ème édition du festival de culture musicale Bar-bars, Fragil a rencontré le quatuor Sea of Minds, ainsi que Tilou, membre de l’association ATAC Smile for Muzik. Rencontre avec ces acteurs de la scène musicale nantaise.

Dans le cadre du festival de culture musicale Bar-bars s’étant déroulé du 24 au 26 novembre à Nantes, Fragil a rencontré Tilou de l’association culturelle nantaise ATAC Smile for muzik, ainsi que ses chouchous, Sea of Minds, groupe de rock semi-professionnel de la scène nantaise qui se produisait au Bureau. L’occasion pour ce quatuor de revenir sur son parcours, sur la sortie de son dernier album, mais aussi de croiser les ressentis de chacun sur l’état actuel de la culture musicale nantaise et les opportunités qui existent pour les groupes locaux émergents. L’association ATAC Smile For Muzik a été créée il y a un an par cinq copines passionnées de musique. L’envie de créer une véritable association de mise en relation entre des artistes confirmés et des groupes émergents de la scène musicale nantaise est née suite à un constat : les groupes travaillent souvent chacun de leur côté et peu de structures offrent du lien entre les musiciens.

Fragil : ATAC Smile For Muzik, qu’est ce que vous avez de plus à offrir ? Quelle est votre valeur ajoutée dans cette « jungle » musicale?

Tilou : Chacune des membres de l’association, de par nos sensibilités musicales, possède une bonne connaissance des bars nantais. Pour ma part, je suis plus axée rock, alors qu’une autre des filles s’intéresse plus au jazz. A nous cinq, nous dressons un panel assez diversifié de la culture musicale nantaise. Chacune a sa propre spécificité en terme de style musical et est à même d’offrir un conseil avisé pour les musiciens émergents en fonction de leur intérêt. Notre culture de la vie nocturne nantaise nous permet d’aiguiller au mieux les musiciens locaux et de les mettre en contact avec des artistes référents de la scène nantaise et des personnalités locales (Elmer Food Beat, David Darricarrère…).

Fragil : Les Sea of Minds vous vous définissez comme un groupe rock. Mais avec des influences diverses telles que Led Zeppelin, Pink Floyd, Muse, Björk, Jeff Buckley… vos inspirations sont plutôt hétéroclites. Comment définiriez-vous votre style plus en détails ?

(petit moment de réflexion puis chacun prend la parole)

Gwen (guitare, paroles et chœurs) : Mes influences sont principalement rock et blues même si elles restent aussi tournées vers le classique, mes premières bases. On ressent bien évidemment cela dans les morceaux !

Bastien (chant) : J’ai rejoint le groupe quelques années après sa création, en 2013. Pour ma part, mes influences sont aussi plutôt tournées rock et brit pop, avec des groupes-référence tels que Blur, Oasis, Muse, Queen…

Matthieu (claviers) : Mes influences sont plutôt electro (Daft Punk), et techno. Plus tard, je me suis réorienté vers le rock et plus particulièrement à tout ce qui correspond au rock des années 70. Grâce aux autres membres de Sea of minds, j’ai découvert des groupes mythiques tels que Led Zeppelin, Deep Purple…

Sylvain (batterie) : Grand fan des musiques des années 70, j’affectionne tout ce qui est en relation avec le rock progressif. Depuis quelques temps, je m’intéresse aussi à la pop rock, au funk, au jazz et à l’electro. Je puise mon inspiration dans pas mal de styles à vrai dire.

C’est comme si il y avait plusieurs tiroirs dans notre musique et c’est tout cela qui lui donne cette spécificité progressive

Tous : Avec une base rock et des influences plutôt diverses on se définit réellement comme un groupe de rock progressif ! On cherche notamment à faire des compositions qui sortent de l’ordinaire. Par exemple en ne faisant pas que des morceaux en quatre temps ou en binaire, on essaye au maximum de mélanger les différents temps dans une chanson. Les structures des morceaux aussi ont toutes leur importance…En effet, on ajoute aux refrains des pré-refrains, plusieurs solos différents, c’est comme s’l y avait plusieurs tiroirs dans notre musique et c’est tout cela qui lui donne cette spécificité progressive.

Fragil : Vous venez de sortir un nouvel opus, Sleeping Stroke, en octobre dernier, quels sont les moyens mis en place et dont vous avez bénéficiés pour enregistrer l’album (subventions, accompagnement, investissement personnel) ?

Sea of Minds : On s’est entièrement débrouillés par nous-mêmes. L’accompagnement étant quasiment inexistant, le groupe s’est auto-financé. On n’a pas demandé à ce que les gens participent à notre projet, on préférait faire notre album et que notre public adhère après en achetant le Cd.  Il a été produit puis masterisé par une boîte nantaise (Masterlab). Le but de sa création est de faire vivre l’association et de diffuser notre musique. Le CD reste un très bon moyen pour cela!

Fragil : Le groupe a 10 ans (créé en 2006, ndlr), quels sont les projets réalisés depuis la création ?

Sans télé, téléphone, appareils, dans une maison « un peu hantée », le travail a porté ses fruits car on a créé pas moins de 8 chansons en une semaine, soit 70% de l’album

Sea of Minds : C’est surtout le nom du groupe qui a 10 ans ! La formule définitive, elle, a 3 ans. Depuis la création, on a réalisé beaucoup de concerts. On a aussi conçu un premier album en 2011, avant l’arrivée de Bastien, le chanteur actuel. Au début les compositions prenaient forme pendant les répétitions, Gwen composait les morceaux et on l’accompagnait. On ne peut pas dire qu’il y a avait un réel travail de cohésion à l’époque. Puis un jour, on s’est dit qu’on allait faire un album et que pour cela on allait s’isoler un moment dans une maison en résidence pour enregistrer. Sans télé, téléphone, appareils, dans une maison « un peu hantée ». Le travail a porté ses fruits car on a créé pas moins de 8 chansons en une semaine, soit 70% de l’album. Disons que le premier opus est plutôt un album-concept. On y raconte une histoire… La page blanche du commencement a vite laissé place à une série de morceaux autour d’un thème commun lié au psychodrame.

Fragil : Quels sont les projets à venir ?

Sea of Minds : On participe actuellement à un tremplin qui s’appelle Emergenza (première plateforme de concerts participatifs pour groupes émergents). Le principe est simple. Début janvier, durant 3 jours, plusieurs groupes se produisent sur la Scène Michelet à Nantes. Le public vote pour son groupe favori. Les groupes sélectionnés joueront ensuite au Ferrailleur, puis sur la scène du Bataclan à Paris pour finir à Berlin ! Notre objectif est d’accéder au deuxième tour ! Cette première sélection se passe le samedi 7 janvier 2017 à la Scène Michelet. D’ailleurs, pour cette soirée,on a des places à vendre au prix de 9 euros, elles donnent accès aux trois jours de tremplin.

Fragil : Les Sea of Minds à Bar-bars c’est une première ?

Sea of Minds : Non Bar-bars ce n’est pas la première fois. On a déjà joué pour ce festival… notamment lors des deux-trois premières éditions, dont l’une avait déjà lieu dans ce bar… On a plus souvent participé à Bar-bars qu’à la fête de la musique.

L’ambiance faussement british correspond très bien à notre style de musique et à nos tenues de scène. C’est un reflet de notre univers !

Fragil : D’ailleurs pourquoi ce bar-là plutôt qu’un autre ?

Sea of Minds : Tout simplement parce qu’ils nous aiment bien et cela est réciproque. On y est toujours bien accueillis, ils ne nous pressent pas à la fin du concert pour plier le matos, on a plus le temps, on s’y sent comme chez nous ! La déco aussi est cool …L’ambiance faussement british correspond très bien à notre style de musique et à nos tenues de scène. C’est un reflet de notre univers !

interviewseaofmind7
Les Sea of Minds et l'ambiance British du bar le Bureau

Séverine Garcenot

Fragil : Que signifie pour vous Bar-bars ?

On peut comparer le festival au « beaujolais nouveau ». C’est en quelque sorte « l’alter ego » de la fête de la musique l’été

Sea Of Minds : On peut comparer le festival au Beaujolais nouveau ! Jouer dans les bars à Nantes, ce n’est pas évident, alors le festival offre une véritable opportunité. Par rapport au voisinage, la musique dans les bars n’est pas toujours acceptée et à l’occasion du festival cela passe beaucoup mieux. Bar-bars c’est avant tout le rendez-vous incontournable sur trois jours entre amateurs de musique et musiciens, on aime bien le faire et y participer aussi. C’est en quelque sorte l’alter ego de la Fête de la Musique l’été. C’est un autre rendez-vous musical dans l’année, une sorte de pèlerinage en mieux cadré et aussi de meilleure qualité. Les bars sélectionnent en amont les groupes qu’ils souhaitent voir venir jouer chez eux. Cela met l’ambiance dans leurs antres ! Pour les bistrots moins connus, c’est aussi l’occasion de leur apporter du monde et de les faire connaître.

Tilou : Pour moi, c’est une initiative magique ! C’est un vivier regorgeant de nouveaux talents et cela apporte beaucoup de monde dans les café-concerts.

Fragil : Quelle(s) démarche(s) sont à effectuer pour participer au festival ?

Sea of Minds : Il faut démarcher les bars, leur faire écouter les maquettes afin de se faire connaître. Échanger des liens par mail, Facebook… Les bars peuvent aussi contacter les groupes, les deux se font. En effet, ils peuvent refaire appel aux groupes qu’ils connaissent ou qu’ils ont déjà entendus. Cela dépend vraiment de la renommée du groupe… Quand personne ne te connaît, c’est plus compliqué.

Fragil : En règle générale, combien de temps à l’avance faut-il s’y prendre pour participer au festival ?

Sea of Minds : Pour pouvoir jouer au Bureau dans le cadre de Bar-bars, on s’y est pris au début de l’été. Comme la plupart des festivals, il faut s’y prendre au minimum 6 mois à l’avance. Il y a un programme qui est imprimé donc toute la programmation doit être bouclée pour début septembre maximum.

Fragil : Que recherchez-vous en participant à des concerts ?

Sea of Minds : Au début, on cherchait à devenir professionnels. Mais on a tellement rencontré de difficultés pour démarcher et se faire connaître que finalement on a décidé de rester amateurs, « semi -professionnels » en l’occurrence ! C’est si difficile de vivre de sa musique, il est plus simple de considérer cela comme une activité en parallèle ! « Semi-professionnel » signifie que l’on réalise des concerts, des ventes de CD, on fait marcher notre association. On réalise des bénéfices qui servent à être réintroduits dans les projets.

Pour s’ouvrir des portes, la réalité est qu’il y a beaucoup de temps à passer dans le démarchage

Fragil : Que pensez-vous des tremplins pour les festivals tels que la Nuit de l’Erdre ?

Sea of Minds : On aimerait volontiers y participer mais c’est quelque chose de très difficile à atteindre car il y a énormément de participants ! Ils ne nous connaissent pas forcément et sur n’importe quel festival, quand on n’est pas très connus, c’est très compliqué d’y accéder. Là on vient de s’inscrire à un tremplin Ricard où l’on est, je crois, 1600 groupes ! C’est bien, on est dans le premier quart pour le moment (495ème). Pour ce genre de festival il y a tout un dossier à remplir. Cela leur permet de faire une présélection. En règle générale ils demandent qu’on leur envoie 3 morceaux pour qu’ils puissent se faire une idée. Ils attendent une description du groupe aussi, ainsi qu’un book.
Sincèrement, ce qui intéresse les festivals c’est surtout d’imaginer combien de personnes cela peut leur apporter. Entre un petit groupe qui a 4/5 « j’aime » sur Facebook et un autre qui en a plus de 5000, l’intérêt ne sera pas le même pour les programmateurs ! C’est vrai que ce n’est pas l’idée première qu’on se fait de la musique. La notoriété du groupe joue beaucoup aussi… Les organisateurs ne vont pas chercher directement les groupes. Partout où on passe il y a beaucoup de musiciens qui apprécient notre musique, ils nous disent : « Pourquoi vous jouez là, pourquoi vous jouez pas là etc ». Pour s’ouvrir des portes, la réalité est qu’il y a beaucoup de temps à passer dans le démarchage. Cela nécessite d’avoir une personne dédiée à plein temps pour s’occuper de cela. Nous ne sommes pas des commerciaux, on a du mal à vendre notre musique, on n’est pas objectifs par rapport à ce que l’on fait et on n’arrive pas forcément à se situer par rapport aux autres groupes.

interviewseaofmind6

Séverine Garcenot

Fragil : Nantes est une ville qui bouge beaucoup culturellement parlant depuis ces dernières années. Qu’est ce que cela apporte concrètement aux groupes de musique locaux émergents ? Que pensez-vous des initiatives menées par la ville ?

Tilou : La ville propose une véritable vitrine et de vraies opportunités pour les musiciens nantais. De réelles initiatives sont mises en place afin de créer les conditions idéales pour une vie nocturne respectueuse de ses riverains. Il y a notamment le collectif nantais Equinoxe (collectif des usagers de la nuit, ndlr) qui œuvre pour donner une image plus positive du milieu de la nuit. Des élus s’investissent aussi ! On a des contacts privilégiés avec des adjoints au maire qui facilitent la continuité de la vie nocturne nantaise.

Sea of Minds : On voit malheureusement peu de différence. Même le Hangar à Bananes qui a été créé pour arrêter les nuisances sonores en plein centre-ville n’est pas accessible pour des groupes amateurs ! Certains bars tel que le Ferrailleur proposent une jolie programmation. Malheureusement, pour pouvoir jouer là-bas, il faut montrer patte blanche. Il faut payer. Finalement, toutes les initiatives mises en place depuis quelques temps ne vont pas dans le sens forcément des musiciens ! On a été frapper à la porte de Trempolino (le lieu ressource nantais pour les musiques actuelles et le spectacle vivant, ndlr) aussi mais celles-ci sont restées closes. Les rendez-vous se succèdent mais donnent rarement suite. En règle générale, il faut tout le temps aller de l’avant dans un univers où on n’a pas vraiment l’impression d’être aidés. A contrario, certaines associations nantaises, comme Atac Smile for muzik, apportent réellement une aide aux artistes. Heureusement, plein de gens nous encouragent et certains bars-clé (Le Bureau, Le Baroque) nous font confiance et nous proposent de venir jouer régulièrement.

Fragil : Le festival Bar-bars en province permet de mettre à l’honneur des groupes locaux… Concernant la scène nantaise, qui sont vos coups de cœur ?

Sea of Minds  (à l’unisson) : Dove Eats Hawk… (rire général) ! Il ne faut pas le dire mais le batteur du groupe, c’est le même que chez nous, n’est ce pas Sylvain ? Le groupe joue d’ailleurs demain à Bar-bars et propose des reprises rock des années 70 (Deep Purple, Led Zeppelin, Pink Floyd) alors bien sûr on est fans ! Dans un autre style, il y a Cachemire aussi (tiens c’est le titre d’une chanson de Led Zep aussi,ndlr) qui fait partie du rock indé nantais. On vient de rencontrer le groupe Soon aussi qui nous a beaucoup plu !

Tilou : Pour moi, indéniablement les Sea of Minds (rires) que j’ai découverts par hasard lors d’un concert tremplin au Bureau « Le Bureau part en live » où j’étais jury. J’aime beaucoup aussi Babakar qui propose une musique festive digne de Tryo, et Ginger un groupe de rock lillois.

Fragil : Attendez-vous un retour particulier suite à votre participation à l’événement Bar-bars ?

Grâce au festival, des gens qui ne sortent pas habituellement en concert ou dans les bars le font à cette occasion ce qui permet de toucher une cible qu’on n’aurait pas habituellement lors de nos concerts

Sea of Minds : Honnêtement, on n’attend pas un retour particulier, pour nous c’est avant tout l’occasion de jouer ! Peut-être que cela va nous apporter de nouvelles personnes qui ne connaissent pas notre musique et qui vont y adhérer… En effet, grâce au festival, des gens qui ne sortent pas habituellement en concert ou dans les bars le font à cette occasion, ce qui permet de toucher une cible qu’on n’aurait pas habituellement lors de nos concerts. En quelque sorte, l’événement peut nous apporter un public différent . La programmation est en consultation sur internet et en version papier un peu partout dans Nantes, ce qui apporte aussi en matière de communication. Même s’il est avant tout question d’amusement, on espère toujours qu’il y ait dans le public une personne-clé. On en a eu déjà deux ou trois comme cela. Mais ces contacts n’ont finalement rien donné, car souvent c’est du pipeau ! On perçoit aussi un cachet pour la participation à Bar-bars ce qui n’est pas négligeable pour faire fonctionner l’association. Cela rembourse les frais qu’on engendre pour venir, pour la location du matériel de sonorisation aussi. Tout ce qu’on a gagné depuis une dizaine d’années qu’on joue ensemble est moindre comparé aux frais réels engagés… Cela nous a surtout permis d’investir dans notre propre matériel.

15326333_10211357045461379_3720534162139865248_n
Tilou de l'association Atac Smile for muzik et Les Sea of Minds

Pauline Reuche

Fragil : Est-ce possible de vivre de sa musique aujourd’hui et quels sont les conseils que vous donneriez pour cela à un groupe de musique émergent souhaitant se professionnaliser ?

Sea of Minds : En premier lieu, être surtout bien entouré ! On conseille aussi d’avoir un manager et beaucoup de temps à consacrer à sa passion. Pour nous la musique c’est seulement 30% de la réussite d’un groupe, les 70% restants, c’est tout ce qui gravite autour. Les réseaux sociaux sont aussi très importants : si nous n’étions pas sur Facebook, on serait presque ringards.

Gwen : Je ne supporte pas Facebook, mais il est vrai que pour la promotion d’un groupe c’est un outil indispensable. Là on a 1000 followers et dès qu’on annonce un événement les 1000 sont au courant tout de suite !

Tilou : Il est très difficile de vivre de sa musique à l’heure actuelle. Il y a beaucoup de bons groupes mais ce ne sont pas forcément les meilleurs qui réussissent ! Hormis certains groupes-phare tels que Boulevard des Airs que j’affectionne tout particulièrement, il faut généralement être très communiquant et s’inclure dans un véritable réseau pour réussir. L’idéal serait d’avoir quelqu’un qui se déplace en province pour dénicher les jeunes talents dans les café-concerts, une sorte de major !

Fragil : Bar-bars, c’est aussi vendredi et samedi. Des envies particulières de groupes à aller voir sur ces deux prochains jours?

Sea of Minds (tous en chœur) : Le groupe de Sylvain, Cachemire et The Stetsons.

lesditionsalberti-sadbouftass

Saïd Bouftass : de l’esthétisme au combat sociétal

hiphop-

Hip Hop, une histoire française : enfin un livre de référence !

L'édito

Le hip-hop est vivant !

Des affiches noir et or sobrement estampillées « L’âge d’or du rap français » fleurissent depuis quelques jours à Nantes…  Sous-titre plein d’humilité : « la tournée événement ». Il s’agit là d’un concert au Zénith prévu samedi 9 mars. L’objectif est clair :  on ressort les anciennes idoles pour leur proposer un ou deux titres aux côtés d’anciens frères d’armes des années 1990. Et bien sûr, in fine, rafler la mise. Pourquoi pas… Il faut admettre que les noms égrainés en bas de l’affiche ont de quoi émerveiller (ou pas) les nostalgiques de cette période : Assassin, Menelik, Ministère Amer, Passi, Stomy Bugsy, Les Sages Po, pour ne citer qu’eux…

C’est une vision du rap français qu’on pourrait qualifier de conservatrice ne serait-ce que par l’usage du terme « Âge d’or ». Quoi ? Personne n’aurait su prendre la relève depuis 20 ans en France ? Et alors que fait-on de tous ces artistes qui ne cessent de fleurir dans l’Hexagone ? Nous avons aujourd’hui un vivier exceptionnel pour la culture hip-hop en France. Le festival HIP OPsession, qui se déroule à Nantes depuis le 16 février et se poursuit jusqu’au 4 mars, en est une formidable vitrine. Danses, graff, rap, beatmaking, beatbox, etc. Toutes les disciplines y sont représentées dans un joyeux mélange international.

C’est LA réalité du hip-hop aujourd’hui : la plume acérée de Pumpkin, la cool attitude de Cheeko et Blanka, l’auto-tune de Jazz Cartier, l’expression corporelle de Jean-Charles Mbotti Malolo, les freestyles d’ASM, la révolution permanente de Kery James, les sons de Moar, Vin’S Da Cuero ou Le Parasite, les couleurs de Korsé et Eskat. La culture hip-hop bouillonne des Dervallières à Brooklyn avec une diversité incroyable. C’est un atout de notre culture française que l’industrie musicale et les médias mainstream ne cherchent pas à valoriser, préférant clairement miser sur un rap pauvre infligé aux ados ou sur les « vieilleries » qui ressassent un ou deux tubes depuis plus de 20 ans.

HIP OPsession est un festival progressiste. Et cette ligne de conduite nous séduit évidemment à Fragil, média partenaire de l’événement. Quant au samedi 9 mars… on traînera plutôt du côté de la Barakason de Rezé. Histoire de faire un pied de nez aux conservateurs qui ne jurent que par le passé. Et vous ?

Pierre-Adrien Roux
24/02/17

2017
février
24
IMG_3362

Clément Pascaud et l'entre-deux mondes

24
cof

Le hip-hop est vivant !

24
Pumpkin & Vin'S da Cuero 1 (© Bastien Burger)

Pumpkin et Vin’S da Cuero prennent de la hauteur

24
Alix D Vaute 30x40 cm 2015

Delphine Vaute, l'illustration pas très sage

10
Affiche chronographe

Le Chronographe : la machine à rattraper le temps

10
derrièrelaporte_une

Médias : un catalogue de formations inédit à Nantes

10
Featured Image Placeholder

Hé Ho, du bateau !

10
DSC02600(1)

« L'Opéra de quat'sous est d'une actualité effrayante »

janvier
27
boilerroom-banniere

Un Nid branché

27
Melomaniac

Musique au cinéma : l'accord est presque parfait

27
womensmarch-nation

Rangez ce zizi que je ne saurais voir

2016
décembre
23
fcn_tifo

Pour retrouver le jeu À la nantaise !

23
Folk Journée une

Est-ce que tu Baez ?

23
Les Sales Gosses

Nantes : portraits de bars

23
Featured Image Placeholder

Un vœu pour Noël

16
alep-yassine latrache

Alep : un silence assourdissant

16
dscf2294

The Rusty Bells : rencontre sur la planète rouge

16
Tissé Métisse 2016 x Oum

Métissage en images

16
trans-2016-une

Fragil en Trans

16
motorama-11

Talitres is 15

09
DJ EMI @BKS Rezé

JP Supermanova

09
hiphop-

Hip Hop, une histoire française : enfin un livre de référence !

09
seaofminds

Sea of Minds et Bar-bars : la partie émergente

09
lesditionsalberti-sadbouftass

Saïd Bouftass : de l’esthétisme au combat sociétal

08
TisséMétisse2016

Tous métissés !

08
Bar-Bars

Festival culture Bar-bars : le live réinvestit la ville !

02
hindizahra

Hindi Zahra, terre de contrastes

02
René Magritte, La trahison des images, 1929, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

Magritte, la philosophie de l’invisible réalité

02
couv

Inrocks Festival 2016 : Incubateur de talents

02
conf-gest

Je lutte donc je suis

02
img_9464

Wax Tailor : Worldwide music

02
photographe

Photos de concert : le gavage

novembre
25
erik-lhomme

Au fond du roman, la magie – Entretien avec Erik L’Homme

25
redouanneharjane

Redouanne Harjane, poète d’une époque inepte

25
motorama_2015_by-maria-bartulis-banniere

De Nantes à Bordeaux : une ode à Talitres

25
Featured Image Placeholder

Less is (Gil)more

25
christophe

Christophe, électrolibre

18
Affiche des Utopiales déssinée par Denis Bajram

Rafik Djoumi, héraut des geeks

18
Cate Le Bon

Cate Le Bon : héroïne malgré elle

18
soy

Je suis passé chez Soy

18
yaltaclub

Artistes émergents au MaMa Festival : off the record

18
éditospaceoddity-AurélieClément

Space oddity : vers l'infini et l'au-delà

11
loupdessteppes-16

Il faut encore porter le chaos en soi pour donner naissance à une étoile dansante

11
Suuns

Suuns : rock band pointu

11
labo_logo_new

Le Labo-ratoire des plaisirs (exotiques)

11
Swans de gauche à droite : Christoph Hahn, Paul Wallfisch, Phil Puleo, Christopher Pravdica, Norman Westberg et Michael Gira

Swans : incantations et bouchons d’oreilles

11
édito-aurélieclement

La France sauvée grâce à la retraite musicale de Maître Gims ?

04
bandeau_15-ans-talitres

Premier organe auditif, le cœur - Rencontre avec Sean Bouchard

04
sonor#9-AC

Festival [Sonor] : l'humanité sur écoute

04
interviewtanguymalikbordage

Projet Loup des Steppes : l'équilibre à mi-chemin entre deux extrêmes

04
leila-slimani-librairie-decitre-a-so-ouest

Leïla Slimani, derrière le symbole

04
Ideas box

Ideas Box : à portée de livre

octobre
28
Featured Image Placeholder

Le monde barjot d'Adam Green

28
Le festival Sonor à Trempolino

Médias : un catalogue de formations inédit à Nantes

28
Corrina Repp NB

Corrina Repp : la condition artistique humaine

28
Librairie Echos

Echos-graphie du Proche-Orient : l’imagerie d’un monde pluriel et culturel

27
illustration-formations-pro-fragil-nantes

Expressions et médias : les étudiants prennent la parole

26
cof

Avec Fête le mur, Fragil chausse les baskets

21
ohn Singer Sargent (1856-1925), Ellen Terry en Lady Macbeth, 1889. Tate Britain, Londres. © Tate, London 2016

« Tout art est parfaitement inutile »

21
L'enfant et les sortileges

Ravel à la Scala de Milan : Revanche poétique de l'ordre des choses

21
René Magritte, Décalcomanie, 1966, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Arts visuels

21
2016-10-08_chantsbatons_j-ronnet-nicolle

Climate Chance : l'allégorie de La Poule aux oeufs d'or

14
Featured Image Placeholder

Zodiac : Fincher vs. Graysmith

14
Différentes ambiances

The Bad Plus : trois mecs simples à la recherche de la beauté

14
perturbator-scopitone 2016-1000x600

Scopitone donne sa grand-messe électronique sous les Nefs

14
La création de Julien Grosvalet La Première Vague, présentée lors du spectacle Plateau H à Onyx.

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Spectacles

14
La façade du Mékano à Rezé

Le Mékano joue sa mécanique affable by Eskat & Korsé

09
Expressions et médias : les ateliers journalistiques de Fragil à la fac

Expressions et médias : les étudiants prennent la parole

07
L'homme de théâtre Jorge Lavelli.

Événement : Jorge Lavelli retrouve Copi à l'Opéra de Rennes

07
La danseuse Elena Annovi lors de la soirée d'ouverture du festival Scopitone

Et la lumière fut : ouverture du festival Scopitone

07
cate le bon

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Musique

07
Katherine Wolkoff - Deer beds (exposition à l'Atelier)

Le huitième art attend son heure

07
mosquee-assalam

Ouvrir grand les portes

septembre
26
Fragil anime des cafés numériques jeunes à Dclic

Des goûters pour comprendre le numérique

16
conan-motoc-6-sur-6

Doom conquérant et Dark Fantasy : rencontre avec le groupe Conan

16
Traviata St Céré 2016

Rencontre : Burcu Uyar et Julien Dran jouent « Traviata » à Saint-Céré

16
Ko Ko Mo / Merwann Abboud

Un « Jours de fête » musicalement explosif

02
Larry Garner

Les Rendez-vous de l'Erdre 2016 : 30 ans les pieds dans l'eau

août
26
TShirts Fragil

Memorabilia

26
Agnostic Front Motocultor

Motocultor 2016 : le metal résonne en terre bretonne

26
ROMEO ET JULIETTE -
De William SHAKESPEARE -
Mise en scene d Eric RUF -
Choregraphie : Glyslein LEFEVER -
Le 24 11 2015 -
A la salle Richelieu de la Comedie Francaise -
Photo : Vincent PONTET

« Roméo et Juliette » à la Comédie-Française : précipice amoureux

26
Hilldale

Hilldale, retour vers le futur de l'indie-pop

12
rio-janeiro-jo-fragil

Plus vite, plus haut, plus fort

12
rio-janeiro-jo-fragil

Médias sans médaille

12
São Paulo, 17 de Maio de 2010
PoliticaA candidata Dilma Roussef do PT gravou uma entrevista com o apresentador Ratinho nos Estudios do SBT.

Derrière les JO, le Brésil implose

12
louis-arlette-rock-in-loft-francofolies

Rock in Loft en off des Francofolies de La Rochelle

05
Iggy Pop aux Escales 2016 à Saint-Nazaire

Musiques d'un monde

05
Iggy Pop Photo Patrice Molle

L'iguane en escale

05
Festival Dub Camp

Uplifting Vibrations

05
ob_176fc2_l4057

La terreur sans visage

juillet
29
Francos2015_viseuel-HORIZONTAL

Les Francofolies en mode électro swing

29
moi-daniel-blake-fragil

Ensemble

29
moi-daniel-blake-fragil

Hommage à la marge

29
une

Mon baptême Hellfest

22
Yas

Attentat de Nice : indécences et désintox

15
"Le numérique a vraiment aidé la pornographie, car ça l’a démocratisée et ça l’a rendue normale."

Le conseil aux clients, dernier rempart des sex-shops face au porno version numérique ?

15
Hellfest ban Mathilde Colas

Hellfest 2016 : coups de cœur x 3

15
Featured Image Placeholder

Partage et plaisir

15
Solidaroots

Europ'Raid : trois bourlingueurs à travers l'Europe

08
Featured Image Placeholder

Exceptionnel mois de juin

08
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg

« Les maîtres chanteurs » à l’Opéra Bastille : « Comment donner une mesure à l’infini… »

08
Hellfest

Hellfest 2016 : douceurs obscures et accords ardents au royaume du metal

08
Jade Puiroux et Vincent Lhoste

Le numérique, espoir pour les personnes handicapées

juin
24
Pour les 30 ans de Jet FM, retour en 1986.

Jet FM : 30 ans de vol sur les ondes

24
Featured Image Placeholder

Ne pas se faire manger

24
Conscientes du retour en force du vinyle, les grandes maisons de disques décident de sortir de plus en plus de vinyles, en rééditant de grands classiques

Vinyle : l’objet d'art face au business

24
Happening anti corrida place Royale.

« Corrida : la honte ! »

23
Le jazz est-il encore possible

Le jazz est encore possible !

20
map

Nuages de mots, alternatives et antipodes…

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Le retour du vinyle

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03
hellfest bannière

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27
Doc Gyneco

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20
photo-saint-pierre-fragil-01

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13
bancgt

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29
Cabaret-Olivier-Desbordes

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29
Entre-les-lignes-valises

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21
Slogan-loi-travail-nantes-FRAGIL

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21
modigliani-lille-lam-fragil

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16
ibrahim-maalouf-nantes-fragil

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15
gentlemen-dub

Gentlemen du dub (not) only

15
Nuit-debout-nantes

Rêve général

15
Louise-attaque6

Louise contre-attaque

mars
11
BANlarge

Do you speak Irakien ?

05
editions-etau-fragil

Au cœur de l’Étau

février
19
banlarge

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05
banlarge

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
septembre
11
datapulte-goleaks-fragil

GO leaks : le Wikileaks du Grand Ouest

août
21
khe0ps-hacker-fragil

Khe0ps : "La protection des sources sur le web, c’est zéro"

juin
19
web2day-fragil-2015

Médias : les entrepreneurs en mode start-up

mai
07
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les médiathèques tournent la page

avril
12
une

"Sous les pavés, la plage !"

2013
juin
21
chilly-gonzales-cc-fragil

La leçon de piano de Chilly Gonzales