• Affiche des Utopiales déssinée par Denis Bajram
18 novembre 2016

Rafik Djoumi, héraut des geeks

Depuis plus de 15 ans, le vaisseau du festival des Utopiales s’arrime à la Cité des Congrès de Nantes pour émerveiller les visiteurs. Focus sur quelques machines en tous genres avant une rencontre passionnante avec Rafik Djoumi, le créateur de l’émission BiTS sur ARTE Creative.

Rafik Djoumi, héraut des geeks

18 Nov 2016

Depuis plus de 15 ans, le vaisseau du festival des Utopiales s’arrime à la Cité des Congrès de Nantes pour émerveiller les visiteurs. Focus sur quelques machines en tous genres avant une rencontre passionnante avec Rafik Djoumi, le créateur de l’émission BiTS sur ARTE Creative.

« Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… », « Espace, frontière de l’infini vers laquelle voyage notre vaisseau spatial l’Enterprise »… Si vous connaissez par cœur ces introductions, alors vous serez le bienvenu à bord des Utopiales. Le succès du festival n’est plus à démontrer : chaque année il grandit et chaque année, de plus en plus de passagers montent à bord du vaisseau. L’édition 2016 ne fait pas exception. Avec une journée de plus, les Utopiales ont atteint pas moins de 82 000 visiteurs en 5 jours. Conférences, activités, expositions, diffusions de courts et de longs-métrages et jeux vidéo, tout le programme est construit pour intéresser le public, qu’il soit geek ou non. Après l’intelligence et les réalités, le thème de cette année est en accord parfait avec la ville de Nantes : les Machines. Les visiteurs ont déambulé dans la Cité des Congrès afin d’assister à 136 tables rondes et conférences, d’assister à 75 séances de cinéma, sans oublier les expositions.

Les machines à voir

Les galeries du festival regorgeaient d’images. Avec des œuvres comme Universal War One ou Trois Christ, Denis Bajram est reconnu des critiques et du public comme une référence dans le monde de la science-fiction. Artiste de bande-dessinée depuis plus de 20 ans, l’auteur est invité en tête d’affiche des Utopiales, et c’est peu de le dire puisqu’il a créé l’affiche de l’édition 2016.

D’autres artistes exposaient aussi leurs œuvres comme Metaquine ou Masse, mais un artiste sortait vraiment de l’ordinaire. Jérôme Lefdup est un plasticien, musicien et réalisateur entre autres de l’émission L’Œil du Cyclone sur Canal+ dans les années 1990. L’homme aux multiples casquettes présentait une partie de ses œuvres toutes plus surprenantes les unes que les autres. Tel un cabinet de curiosités se cachant au fond de la Cité des Congrès, les Prototypes du grand Napotakeu intriguent.

Une oeuvre de Jérôme Lefdup utilisant un hologramme.
Tableaux de Jérôme Lefdup
Tableaux de Jérôme Lefdup

Paul Vassé

Les machines à soigner

Au centre du festival se trouvait Science Machina, une exposition proposée par le CEA et l’Inserm. On pouvait y voir diverses machines, les plus impressionnantes étant probablement les imprimantes 3D capables de fabriquer des prothèses d’une extrême précision offrant un avenir radieux à l’opération délicate de la transplantation. Un organe fabriqué à partir d’un mélange des cellules du transplanté réduirait les risques de rejet.

maquette en légo du détecteur de particules atlas
Maquette en LEGO du détecteur de particules ATLAS

Paul Vassé

Les machines à libérer ?

Le cœur des Utopiales est constitué de tables rondes et de conférences pendant lesquelles les machines sont examinées sous tous leurs angles tout au long de la journée. Un vrai marathon et des choix drastiques s’imposent !

Parmi les thèmes abordés, la machine face au langage Vous avez probablement déjà utilisé Google Translate ? L’outil mis en ligne par Google peut être d’une grande aide, mais il est imparfait. Des erreurs sont produites, et pour cause : il existe entre 3000 et 7000 langues dans le monde. Les traductions faites par l’outil se basent toujours sur l’anglais. Pour traduire un texte du français au chinois, il se sert de l’anglais comme intermédiaire. C’est cette méthode qui fait perdre énormément de sens et de précision dans les traductions. Les traducteurs professionnels présents sur scène sont confiants, ils ont encore beaucoup d’années de travail devant eux, notamment pour contextualiser les traductions. Ils concluront qu’avant de pouvoir traduire, il faut pouvoir écrire, les machines n’en étant pour le moment pas capables. Le droïde C3PO de l’univers Star Wars, qui « maîtrise six millions de formes de communication », n’est pas encore arrivé…

Le droïde C3PO de l’univers Star Wars, qui « maîtrise six millions de formes de communication », n’est pas encore arrivé...
Le droide de protocole C3PO de la saga Star Wars
« Je maitrise six millions de formes de communication »

DR

La question de savoir qui, de la machine ou de l’homme, est l’esclave de qui, est particulièrement actuelle. Les relations hommes-machines sont encore floues aujourd’hui. Bien sûr, la logique voudrait que l’on considère d’emblée les machines comme asservies par l’homme. Mais l’usage relativement irrationnel des machines et de leur dépense énergétique rappelle le comportement des Grecs envers leurs esclaves. Coincées dans un productivisme pervers, les sociétés de consommation deviennent tributaires de besoins nouvellement créés. Ce système bien établi met toutefois en relief un modèle étrange : un modèle dans lequel les « esclaves » sont plus intelligents que les maîtres… Cependant, peut-on vraiment juger que cette interdépendance est une diminution de l’humain ? Peut-on s’attendre un jour à une révolte des machines comme il y a eu une révolte des esclaves, et comme ont pu le dépeindre les univers dystopiques de Matrix ou Terminator  ?


Rafik Djoumi, héraut des geeks

Invité aux Utopiales en tant que juré pour les courts-métrages, Rafik Djoumi nous a accordé une interview pour en savoir plus sur son rôle dans la culture populaire et sur son émission BiTS.

Fragil : De Mad Movies à ARTE avec BiTS en passant par Arrêt sur images. Mais qui est Rafik Djoumi ?

Rafik Djoumi : Rafik Djoumi est, selon les terminologies, un cinéphile, un geek, un nerd, ça dépend des supports sur lesquels il a travaillé. À l’origine je suis un critique de ciné depuis les années 90 environ. Je me suis très tôt spécialisé dans un certain type de cinéma qu’on qualifierait de « populaire ». Je me suis fait connaître pour avoir fait des articles souvent très approfondis et analytiques sur des films que la presse retourne généralement d’un revers de main assez dédaigneux, des films qu’on estime pas dignes d’être critiqués. J’étais le gars qui faisait plusieurs pages de critiques extrêmement pointilleuses, bourrées de termes techniques et complexes, et de thématiques profondes sur Le Seigneur des Anneaux, les films fantastiques de Guillermo Del Toro ou la saga des Matrix.

Les Utopiales sont l’incarnation du carrefour entre sciences et imaginaireRafik Djoumi

J’utilise des armes rhétoriques qui sont généralement réservées à un cinéma de festival ou à un cinéma dit « d’auteur », mais pour traiter de ce qui, pour moi, est une culture invisible et omniprésente que j’appelle la culture populaire. C’est ces choses que tout le monde voit, ces jeux auxquels tout le monde joue, mais sur lesquelles la presse ne se pose pas la moindre question. Comme si tout allait de soi. Et à travers les articles, j’essaie de mettre en évidence que ces œuvres-là, ultra populaires, renferment un véritable trésor culturel. Elles sont faites par des gens généralement supra intelligents, parfois même par des gens plus érudits que ne le sont beaucoup d’auteurs connus en festivals, mais à qui on ne reconnaît pas forcément, ou très tardivement, le statut d’artiste précieux.

Agrandir

Rafik-Djoumi

Paul Vassé

Fragil : Etiez-vous déjà venu aux Utopiales ?

Rafik Djoumi : Non, c’est ma première année aux Utopiales. Bizarrement, j’ai toujours eu tendance à peu fréquenter les festivals. Évidemment, j’entends parler des Utopiales depuis des années. Ça devrait être le genre de lieu où quelqu’un comme moi s’épanouit naturellement. Car quand on a, comme moi, un penchant assez net pour ce croisement au carrefour de l’imaginaire et de la science, les Utopiales sont un peu l’incarnation de ça, mais je n’étais jamais venu.

Je suis venu cette année, car depuis l’année dernière le programmateur de la section cinéma, Frédéric Temps, est fan de mon magazine pour ARTE Creative, BiTS. Il a vraiment insisté pour que je vienne aux Utopiales. Je n’ai pas pu l’année dernière, mais cette année, j’ai 3 jours pour moi, je vais essayer d’en profiter ! Et je dois avouer, je passe un très joli week-end ici et j’en suis très content ! Donc merci aux organisateurs du festival.

La culture populaire, c’est ces choses que tout le monde voit, ces jeux auxquels tout le monde joue, mais sur lesquelles la presse ne se pose pas la moindre question. Comme si tout allait de soiRafik Djoumi

Fragil : Vous faites partie du jury pour la compétition internationale de courts-métrages, vous avez accepté tout de suite ?

Rafik Djoumi : Oui, je connais Frédéric Temps depuis l’époque où je travaillais dans un magazine qui s’appelait Le Cinéphage. Je lui avais donné un petit coup de main également à l’époque où il avait monté la première édition de l’Étrange Festival. C’est quelqu’un qui connaît ma cinéphilie et qui sait que je n’allais pas être déstabilisé par le genre de films qu’on peut voir ici. Il savait que j’avais les armes et les références pour pouvoir a priori juger de ce qu’on allait montrer (Prix du Jury ex-aequo : Time Rodent de Ondrej Svadlena et Amo de Alex Gargot, ndlr).

Fragil : Vous aviez déjà été juré ?

Rafik Djoumi : Oui, j’ai été juré accidentel au festival de Gerardmer, un peu en dernière minute, une année où il leur manquait quelqu’un ! (rires) J’ai aussi été juré sur des prix pour des jeux vidéo.

Fragil : C’est un exercice qui vous plaît ?

Rafik Djoumi : Oui, c’est plaisant si ça permet de défendre ou promouvoir quelque chose. Je n’aime pas trop l’idée de devoir éliminer dans le processus. C’est toujours désagréable d’avoir ce mauvais rôle, mais on se rattrape en se disant qu’on a peut-être donné un petit coup de main aux artistes qui sont primés.

Je me suis fait connaître auprès d’un certain lectorat pour avoir été un dragueur de fond, pour avoir promu des choses qui ne l’étaient pas à l’origine. J’imagine que, comme beaucoup de gens dans la presse, on aime bien avoir un petit poulain et le voir grandir. Je m’étais fait le champion d’un projet vers la fin des années 1990 qui était complètement sous les radars médiatiques et dont personne ne parlait. Et je n’insiste sur personne ! Un film qui se tournait en Nouvelle-Zélande adapté d’un roman de Tolkien. Pendant 3 ans, j’étais le seul journaliste français à faire régulièrement des articles sur ce projet. C’est vraiment la chose qui m’a fait connaître du public geek. Donc si vous vouliez savoir où en était Le Seigneur de Anneaux en langue française à cette époque, vous n’aviez pas d’autres choix que de lire mes papiers. De 1998 à 2001, il n’y avait quasiment aucune autre source d’informations, la plupart des gens n’avaient pas encore Internet. J’ai aussi pas mal contribué à suivre la carrière d’un cinéaste comme Guillermo Del Toro. Donc avoir ses petits poulains et les voir éclore et grandir, c’est un vrai plaisir. Et si on peut les prendre au berceau du court-métrage, c’est encore mieux !

Si vous vouliez savoir où en était Le Seigneur de Anneaux en langue française entre 1998 et 2001, vous n’aviez pas d’autres choix que de lire mes papiersRafik Djoumi

Fragil : Avez-vous pu assister à certaines conférences ?

Rafik Djoumi : Hélas non. Il se trouve qu’entre les séances de courts-métrages, les échanges avec les autres membres du jury et quelques visites de courtoisie que je devais faire ici et là – car il y a beaucoup de gens qui traînent dans ces parages, c’est un petit monde !, – je n’ai pas eu le temps de vraiment regarder en détail tout ce qui se faisait.

concept art du jeu season afterfall
Les concepts art de Season After Fall un jeu vidéo montré lors du festival.

Paul Vassé

Fragil : Quelque chose vous a-t-il marqué pendant le festival ?

Rafik Djoumi : C’est l’aspect global. Je suis ce qu’on pourrait appeler un early geek, j’ai connu les années 1980. C’était une période où ce genre d’individu était, par la force des choses, réduit au silence et à la solitude. Il y avait très peu de chances de rencontrer un autre gars qui était dans les mêmes conditions. Internet a bien sûr totalement modifié ce paramètre, tout d’un coup les geeks se sont reconnus les uns les autres et ont créé des communautés cohérentes. Mais avant ça, c’était un peu chacun pour soi, dans son coin.

Avec Internet, tout d’un coup les geeks se sont reconnus les uns les autres et ont créé des communautés cohérentesRafik Djoumi

Je suis un peu déstabilisé depuis le début des années 2000 par ces salons qui sont créés aux quatre coins du pays, qui se revendiquent de cette culture-là et qui sont fréquentés parfois par un quart de million de personnes, comme la Japan Expo. Et quand je vais dans ces salons, je ne me sens pas chez moi. Tous les éléments culturels qui sont là, je les connais par cœur, sur le bout des doigts. Mais en même temps, j’ai l’impression que quelque chose d’autre s’est créé. Quelque chose auquel je n’ai absolument pas participé, c’est comme si j’arrivais sur une autre planète. Alors qu’ici, j’ai l’impression de retrouver la maison ! C’est tout bête, tout à l’heure, j’ai fait un tour. Je suis passé par le salon du jeu de rôles où il y avait tous ces gens sur leur table avec différents jeux. Et ils étaient tous très concentrés sur leurs dés, sur leurs règles, etc. Eh bien ça m’a fait plaisir ! Je me suis surpris à me dire « Ah ! ceux-là, je les connais. » (rires) Ils font partie de mon monde, c’était les mêmes dans les années 1980 que je voyais galérer au sous-sol de l’école et qui n’intéressaient personne. Il y a un côté un peu confidentiel du regroupement ici et surtout, pas inutilement revendicatif, contrairement à d’autres salons où il faut hurler son geekisme. Ici, on s’en fout. Ce qui intéresse c’est les sujets des conférences auxquelles on assiste, c’est le jeu auquel on joue, c’est le film qu’on est en train de voir. Peut-être qu’on est plus tourné vers l’essentiel.

Fragil : Vous pensez que les gros salons comme la Japan Expo se sont appropriés cette culture et l’ont changée ?

Rafik Djoumi : Je ne veux accuser personne de s’être approprié cette culture. Les gens s’intéressent à ce qu’ils veulent et tant mieux s’ils sont nombreux, ça permet à cette culture d’exister, au moins commercialement. Mais comme il y a une célébration, pas grotesque, mais démesurée pour quelqu’un qui est habitué à vivre dans une certaine prudence. Les gens l’oublient mais à une époque il fallait faire gaffe. Quand j’étais adolescent et que j’allais dans une soirée et qu’il y avait de très belles filles, il était hors de question que je parle de Star Wars. C’était vraiment le mot interdit ! J’étais là en mode dragueur. Si jamais on découvrait que derrière le dragueur se cachait un geek, j’étais foutu ! C’était presque une forme d’homosexualité quelque part. Je ne peux pas m’autoriser à être qui je suis réellement en société. On vivait vraiment caché, on avait des double-vies. J’avais la vie du jeune cool qui faisait des concours de breakdance et de smurf avec les copains et les filles étaient en pâmoison. Et secrètement, la nuit, à la faveur de l’obscurité, j’allais rejoindre mes copains qui étaient dans le jeu de rôles. (rires) Mais ça, les gens aujourd’hui ne peuvent pas comprendre ce qu’était cette schizophrénie.

Quand j’étais adolescent et que j’allais dans une soirée et qu’il y avait de très belles filles, il était hors de question que je parle de Star WarsRafik Djoumi

Donc aujourd’hui, tout ce qui est au grand jour, revendicatif, ça m’échappe un peu. Tant mieux que les gens s’amusent, se déguisent en leur personnage favori et fassent des grandes fiestas. Mais je me reconnais mieux dans des lieux comme ici où on ne fait que parler de sciences, de technologie et au fond on sait tous qu’on est des gros nerds, mais on ne va pas le crier sur les toits !

Fragil : Vous êtes actuellement à la tête du magazine BiTS. Comment vous est venue l’idée de créer l’émission ?

Rafik Djoumi : Ce n’est pas moi qui ai eu l’idée. La Générale de Production, la société qui produit BiTS, avait fait un documentaire pour ARTE qui s’appelait La Revanche des Geeks. Il avait eu un très bon accueil, ARTE a donc demandé s’il y avait un moyen de développer ça sous la forme d’un magazine hebdomadaire. Ils n’avaient pas de projets, donc ils ont rencontré plusieurs figures qui leur semblaient être des gens spécialisés sur cette culture-là. Sachant que les gens de la Générale de Prod ne sont pas eux-mêmes des geeks. C’est une société spécialisée dans les documentaires sociétaux ou politiques. Des différentes personnes qu’ils ont rencontrées, j’étais peut-être celui qui a le mieux argumenté, qui a en tout cas proposé un concept qui les a intéressés.

L’un des premiers épisodes de BiTS

Ce concept étant qu’on n’allait pas faire un magazine sur la culture geek, mais sur ce qu’elle a apporté, ce qui est sensiblement différent. Il n’y a pas l’idée de la promouvoir en tant que telle, mais de montrer aux gens le rôle qu’elle a pu jouer dans la mutation de la culture en général. Derrière cette idée-là, il y avait l’idée de la désenclaver. On était à une époque de « geek-chic » où tout d’un coup tous les termes les plus favorables étaient agglutinés autour de ce mouvement culturel. Ça ne m’intéresse pas de faire une promotion aveugle et de dire que c’est génial, qu’on est meilleurs que tout le monde. Ce qui m’intéressait, c’était de montrer qu’elle avait toujours existé, sous d’autres noms, sous d’autres formes et que des gens en étaient pleinement et que l’on n’a pas voulu reconnaître qu’ils en étaient.

La première fois qu’on en a discuté avec la Générale de Prod, c’était la semaine de la sortie du troisième Batman de Christopher Nolan, et je leur ai dit : « Vous voyez, si on faisait l’émission cette semaine, à priori notre sujet serait Batman. Je pense qu’on irait interviewer Alain Resnais. » Ils m’ont tous regardé avec les yeux ronds d’étonnement et je leur dis : « Pourquoi une émission comme ça doit exister ? C’est parce que je pense qu’en France il doit y avoir 15 personnes qui savent qu’Alain Resnais est un spécialiste du comic-book, peut-être l’un des plus grands spécialistes. Il a tous les albums de Batman depuis l’original. » Il a été catapulté grand conducator de tout un concept du cinéma cérébral intellectuel français et on est dans un pays où lorsqu’on est catégorisé comme ça on ne peut pas être un des plus grands spécialistes du comic-book à côté. Si on veut désenclaver cette culture il faut que les gens comprennent qu’on peut être les deux.

En France il doit y avoir 15 personnes qui savent qu’Alain Resnais est un spécialiste du comic-bookRafik Djoumi

Agrandir

Rafik Djoumi
Rafik Djoumi en mode Star Trek

DR

Fragil : Combien de temps faut-il pour créer un épisode ?

Rafik Djoumi : L’idéal serait d’avoir trois semaines… On a quatre jours. (rires) On est quatre au centre, mais il y a des personnes qui travaillent autour. Comme on est dans une boîte de production de temps en temps on peut se reposer sur les services d’untel ou d’untel, mais concrètement sur le magazine on est quatre personnes à travailler à temps plein : un monteur, un réalisateur, un rédacteur en chef (moi) et un assistant.

Fragil : Comment choisissez-vous le sujet ? Vous vous articulez autour de l’actualité ?

Rafik Djoumi : Ils ne s’articulent pas vraiment autour de l’actualité. Ce qui est intéressant, c’est qu’ARTE nous donne une grande liberté vis-à-vis de ça. On n’a pas d’obligation de suivre l’actu. C’est préférable pour des tas de raisons. Les gens s’intéressent naturellement à l’actualité et du coup on se sert de l’actualité pour les faire rentrer dans un sujet qu’on voulait traiter. On veut traiter depuis un moment de la réalité augmentée, ça tombe bien si Pokemon Go est en train de cartonner, ça va nous permettre de les amener à ça. Mais ce n’est pas l’actualité en elle-même qui nous intéresse. Docteur Strange qui est sorti récemment ne m’intéresse pas du tout en tant que film à titre personnel mais comme c’est un personnage qui a été créé à une époque psychédélique, ça m’intéressait d’amener les gens à comprendre ou au moins découvrir le rôle qu’une certaine culture de l’occultisme avait pu jouer dans la mystic pop. Je me sers de Docteur Strange et de la sortie du film pour amener à l’occultisme dans la culture populaire. À chaque fois c’est une porte d’entrée.

Fragil : Vous avez déjà une liste de sujets à traiter ?

Rafik Djoumi : On a des désirs bien sûr. Et ce qui est marrant, c’est que la grande crainte de la Générale de Prod, était de savoir s’il allait y avoir assez de sujets pour tenir une saison. Tout le monde était inquiet à propos de ça, sauf moi, pour une raison très simple, je suis naturellement né de cette culture-là, donc je sais qu’elle est inépuisable. Et je leur disais en rigolant qu’on a assez de sujets pour 150 ans, il n’y a pas de problème ! On est en train de parler d’une culture qui, par définition, a dix milliards de visages, qui est constamment en mutation et qui ne reste jamais à sa place. C’est la grande force de la culture populaire, c’est qu’elle est tout le temps en train de se réinventer. Donc on aura des sujets philosophiques, des sujets sociologiques, on aura des approches métaphysiques, des approches scientifiques, on peut tout se permettre autour de ça. Et là, on est à plus de 100 épisodes et il y a encore tellement de choses qu’on n’a pas abordées. Les créateurs de l’émission s’épuiseront avant qu’on épuise les sujets !

Fragil : L’émission se base en grande partie sur différents extraits d’œuvres, comment les choisissez-vous ?

Rafik Djoumi : C’était un des grands projets de l’émission. Je suis cinéphile à la base, donc je suis quelqu’un qui vit très naturellement avec toutes ces images en tête. Et on fait un magazine qui se voulait un regard complètement transversal sur la culture pop. Dès le départ, il semblait évident qu’il fallait jouer de ça. J’ai quelques références comme l’émission L’Œil du Cyclone qui passait sur Canal+ dans les années 1990. Un patchwork incroyable d’images aberrantes savamment collées les unes aux autres. Il y a un documentariste anglais que j’aime beaucoup, Adam Curtis, dont les documentaires, qui sont sur des sujets extrêmement sérieux, sont illustrées avec des images très inattendues, d’anciennes pub des années 1950. J’ai aussi toujours été un admirateur du travail de Chris Marker. J’aime bien cette idée de parler d’une culture qui par essence est une culture mutante en la faisant soi-même muter, en détournant tel film de sa fonction originelle.

Agrandir

Rafik Djoumi
Rafik Djoumi en mode cow-boy

DR

La grande force de la culture populaire, c’est qu’elle est tout le temps en train de se réinventerRafik Djoumi

C’est aussi ce qui rend la création de cette émission épuisante, c’est qu’il n’y a pas de modèle. On n’a pas, comme les reportages qu’on voit à la télévision, une façon très précise de faire qui nous permettrait justement en trois ou quatre jours de faire le travail correctement et tranquillement sans trop se presser et sans trop se fatiguer. C’est très excitant de faire ce genre d’essai audiovisuel, c’est en même temps très épuisant. Je suis toujours très content quand les gens se demandent comment on fait pour que le fond et la forme se marient aussi bien. Alors nous on joue les blasés : « Oh vous savez… », mais en réalité derrière il y a beaucoup de sueur. On commence avec une liste d’extraits très grandes pour au final n’en utiliser que six ou sept.

Fragil : Quels sont vos incontournables dans la culture pop ?

Rafik Djoumi : Les îlots principaux sont toujours un peu les mêmes je pense. Généralement je cite Star Wars, pas comme un incontournable en soi, mais tout simplement car ça a été l’an 0 de l’existence médiatique des geeks. Ils existaient déjà depuis une dizaine d’années, mais personne aux États-Unis n’avait repéré ou nommé cette communauté. C’est le succès vraiment surprise et stupéfiant de Star Wars qui a révélé l’existence de ces gens à Hollywood, donc je pense que la saga a joué un rôle important. Un des grands agrégateurs de cette culture, c’est aussi le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, qu’on va retrouver derrière le jeu de rôles, le goût de la fantasy en général et également à travers le cinéma et d’autres choses. Il y a deux écrivains qui ont joué un rôle-clé, Lovecraft d’un côté et Robert Howard de l’autre. Howard a posé l’heroic-fantasy comme quelque chose d’énorme et incontournable, même s’il n’en est pas l’inventeur. Celui qui a eu du succès à son époque c’est Robert Howard, avant Tolkien. Et Lovecraft représente bien pour moi ce goût qu’a cette communauté pour mettre à l’épreuve son imaginaire.

On a affaire à des gens qui ont une vraie passion pour la science et donc une vraie tendance au rationalisme, le scientifique inquisiteur pourrait-on dire, et ils utilisent cette force inquisitrice pour interroger des choses qu’ils savent être imaginaires et de fiction. Et c’est l’une des caractéristiques du geek que j’adore. On lui présente les terres du milieu avec ses peuplades et autres éléments, il faut que ça marche et que ce soit cohérent. Ça fait rire les gens de voir les conversations sans fin qu’on peut avoir autour de ces univers, mais en même temps ça révèle un mouvement très particulier qui est de mettre à l’épreuve, rationnellement, son rapport à l’imaginaire par la force de son intelligence. Ça donne quelque chose d’unique au monde que n’ont pas forcément les autres personnes qui généralement se laissent porter par l’imaginaire comme une parenthèse dans la vie. Alors que chez le nerd, ce n’est jamais une parenthèse. Ça met en jeu des choses qui lui sont très personnelles, d’où la passion qu’ils peuvent développer pour tel et tel univers. Donc la Terre du Milieu joue ce rôle-là. Après il y a Star Trek, c’est une évidence. La saga Matrix a aussi été importante, et pas forcément pour les geeks eux-mêmes, mais pour le regard qu’on porte sur eux. Car jusque-là, on est considérés comme de grands enfants et tout d’un coup le caractère cérébral est devenu évident aux yeux de tout le monde je crois. Après, je pense qu’il faut aller chercher du côté des jeux vidéo, comme Final Fantasy, Zelda et bien d’autres. Je pense que quelqu’un qui aurait lu Robert Howard, Lovecraft, Tolkien, un peu d’Asimov, vu les Star Wars, les Star Trek et fait quelques parties de Donjons et Dragons sera déjà bien formé. Il toucherait du doigt quelque chose.

Quelqu’un qui aurait lu Robert Howard, Lovecraft, Tolkien, un peu d’Asimov, vu les Star Wars, les Star Trek et fait quelques parties de Donjons et Dragons sera déjà bien forméRafik Djoumi

Fragil : Vous pouvez donner les sujets des prochains BiTS ?

Rafik Djoumi : Oui, comme on a un peu d’avance ! On a un épisode sur le gore en général, pas que dans le cinéma. Ça faisait un moment que je voulais le faire, car encore une fois il y a trop de gens dans ce pays qui ignorent que l’origine de ce genre complètement considéré comme anglo-saxon et américain est en fait d’origine parisienne. Le gore a littéralement été inventé à Montmartre, donc c’est bien de le rappeler ! (rires) D’ailleurs, non seulement il a été inventé à Montmartre, mais c’est pour des raisons quasi-politiques, c’est vraiment quelque chose d’intéressant.

On va aussi avoir un retour sur la saga Final Fantasy à l’occasion de la sortie du dernier pour essayer de comprendre le rôle très particulier qu’elle a pu jouer dans le pont entre l’Orient et l’Occident. Parce que plus encore que le dessin animé, j’ai l’impression que c’est Final Fantasy qui a fait accepter en Occident un certain type de graphisme et d’univers qui jusque-là étaient très exotiques et les a rendus plus naturels. On va retrouver, dans l’épisode, le dessinateur Joe Madureira qui a été le premier à utiliser un style assez mangaka dans les X-Men ou ce genre de publications américaines et qui reconnaît l’influence évidente des jeux vidéo.

On va retrouver un épisode sur les speedrunners pour essayer de comprendre si le speedrun n’est pas l’équivalent de la transcendance dans le jeu vidéo. Toujours des sujets assez haut perchés chez BiTS ! (rires)

En ce moment, il y a pas mal de médias qui viennent m’interviewer autour du pouvoir des fans. En général c’est toujours le même sujet, ça s’appelle Le pouvoir des fans… à Hollywood, etc. et moi ça m’a donné l’idée d’un sujet, car à ces médias je leur dis qu’en fait ça n’est pas du tout le cas. Ils n’ont plus de pouvoir, ils l’ont perdu. C’est l’une des raisons peut-être pourquoi je ne me retrouve jamais dans les reportages une fois qu’ils sont diffusés, car j’allais complètement à l’inverse de leur présupposé. On va peut-être faire un épisode là-dessus pour expliquer que, effectivement, les nerds et les fans ont eu une très courte période de pouvoir réel. Ça a été totalement insupportable pour les majors et ils ont appris à retourner ce pouvoir à leur avantage.

Cate Le Bon

Cate Le Bon : héroïne malgré elle

christophe

Christophe, électrolibre

L'édito

Roulez jeunesse !

Quelle que soit votre orientation politique, quelle que soit la couleur des bulletins de vote que vous avez glissés (ou non) dans l’urne les 23 avril et 7 mai derniers, force est de constater que le peuple français a fait le pari de la jeunesse en élisant à sa tête un homme de 39 ans. Quoi qu’on pense de l’homme, de son passé et de ses promesses, c’est un message fort envoyé au monde ! À l’heure des Trump, Poutine et consorts, la France retrouverait-elle sa fibre avant-gardiste ?

Cependant, avant d’aller plus loin, précisons que, pour cette élection, la tendance est à la nuance quand on évoque « le peuple français ». Car, pour la première fois depuis le début de la Ve république, 25,44% des électeurs ont boudé cette ultime consultation et 11,47% des votants ont fait l’effort de se déplacer sans pour autant accorder leur suffrage à l’un ou l’autre des candidats. Qu’on le déplore ou non, la vie démocratique de notre beau pays est ainsi faite que le vote n’est pas (encore) obligatoire et seuls les électeurs qui tranchent clairement pour un des candidats ont droit à la parole.

Ceci dit, revenons à la symbolique du choix de la jeunesse. À travers l’élection d’Emmanuel Macron, les Français ont fait un pari : celui de bousculer les vieilles habitudes politiciennes pour les faire entrer pleinement dans le XXIe siècle. Transparence des élus, intégration de la société civile dans le processus législatif, espoir à redonner à cette France qui a cru trouver son salut dans l’extrême-droite… : les chantiers sont nombreux pour le jeune et nouveau Président. Face à lui, prêt à dégainer, le peuple devra faire preuve de vigilance pour ne pas se laisser berner (une fois de plus). Car quand le pari est osé, l’attente n’en est que décuplée. La déception en cas d’échec aussi.

Mais rien ne paraît impossible quand on est jeune. Et trente-neuf ans, c’est encore jeune. Je sais de quoi je parle, j’ai le même âge qu’Emmanuel Macron !

Merwann Abboud – Mai 2017

2017
juillet
18

L'éclectisme de Beauregard

07

Fragil, une nouvelle vague

juin
30

Coup de cœur à Saint-Céré : une Traviata intime…

28

Les Boîtes (la suite)

23

La Compagnie Frasques dé-Boîtes

16

« Tannhäuser » à Monte-Carlo: La pureté rédemptrice

06

Inüit en acoustique

mai
24

« Datappert », informer à travers les données

15

"Aux origines du surréalisme" : les quatre cent coups

15
ELL

« Entre les lignes » : la migration comme source de richesse

15
jeunesse

Roulez jeunesse !

15

Conjuguer « Colibris » à l’avenir

15

« Hacker Alice » saison 2 – Alice au pays des merveilles… de Riaillé !

05

L’art, miroir sublimant

05
The-Wackids Florent-Larronde

The Wackids, tu seras rock’n’roll ma fille

05

« Tosca » à Tours, à travers le prisme de l’art

04

À Couëron, des élèves de CM2 fabriquent l'info !

avril
26

6 outils pour une veille numérique efficace

21

« In Bloom » : dompter le dinosaure

21

Woods : au-delà de l’ombre, la lumière

21

Charlotte Savary : l'amour au fil des saisons

20

Raphaël Brémard en Sancho Pança : « Une grande liberté sur le plateau »

19

Présidentielle 2017 : la parole des candidats passée au crible

07

Musée d'arts de Nantes : le songe d'une femme

07

Christiane Taubira à Nantes : « Notre humanité c'est l'immensité de nos cœurs »

07
Réparer les vivants ©Aurélie Clement

Le cœur d'un autre

07

Les Damnés à la Comédie Française : Dans les coulisses d’un inquiétant théâtre…

07

De ma fenêtre, je vois...

mars
31
Maxi Obexer

Briser les frontières

31

TUR-BU-DANSE !

31

Turbulences sous le soleil ?

29

Se dorader la pilule au soleil

24

Le THéâTRe aMOk au festival Turbulences

17

Féminin égale masculin, masculin égale féminin

17

Entrez dans la danse

17

« Doreen » au lieu unique : histoire d'un dernier soir

17

Une nuit blanche au nom de la Science

10

Kery James, vainqueur par KO

10

Gaël Faye, abyssal

10
Chill Bump @ Barakason de Rezé

Énergie 100% hip-hop

10

"Lucia di Lammermoor" à Tours : la folie en partage

09

Internet n'oublie jamais

03
Simpsons complot

Infos et usages d'infaux

03
Répétitions ensemble LINKS au CCNN 02

À la Folle Journée, dansez comme vous êtes !

03

Le cinéma russe dans l’objectif d'Artem Temnikov

02
édito journée femme

8 mars : 100 ans de luttes féministes, finalement ce n’est pas si loin… de nous !

février
24

Clément Pascaud et l'entre-deux mondes

24

Le hip-hop est vivant !

24

Pumpkin et Vin’S da Cuero prennent de la hauteur

24

Delphine Vaute, l'illustration pas très sage

10
Affiche chronographe

Le Chronographe : la machine à rattraper le temps

10

"Derrière la porte" : un récit interactif pour dénoncer les violences conjugales

10
Featured Image Placeholder

Hé Ho, du bateau !

10

« L'Opéra de quat'sous est d'une actualité effrayante »

janvier
27

Un Nid branché

27

Musique au cinéma : l'accord est presque parfait

27

Rangez ce zizi que je ne saurais voir

2016
décembre
23

Pour retrouver le jeu À la nantaise !

23

Est-ce que tu Baez ?

23
Les Sales Gosses

Nantes : portraits de bars

23
Featured Image Placeholder

Un vœu pour Noël

16
alep-yassine latrache

Alep : un silence assourdissant

16

The Rusty Bells : rencontre sur la planète rouge

16

Métissage en images

16
trans-2016-une

Fragil en Trans

16

Talitres is 15

09

JP Supermanova

09

Hip Hop, une histoire française : enfin un livre de référence !

09
seaofminds

Sea of Minds et Bar-bars : la partie émergente

09

Saïd Bouftass : de l’esthétisme au combat sociétal

08

Tous métissés !

08

Festival culture Bar-bars : le live réinvestit la ville !

02

Hindi Zahra, terre de contrastes

02
René Magritte, La trahison des images, 1929, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

Magritte, la philosophie de l’invisible réalité

02

Inrocks Festival 2016 : Incubateur de talents

02
conf-gest

Je lutte donc je suis

02

Wax Tailor : Worldwide music

02

Photos de concert : le gavage

novembre
25
erik-lhomme

Au fond du roman, la magie – Entretien avec Erik L’Homme

25
redouanneharjane

Redouanne Harjane, poète d’une époque inepte

25

De Nantes à Bordeaux : une ode à Talitres

25
Featured Image Placeholder

Less is (Gil)more

25
christophe

Christophe, électrolibre

18
Affiche des Utopiales déssinée par Denis Bajram

Rafik Djoumi, héraut des geeks

18
Cate Le Bon

Cate Le Bon : héroïne malgré elle

18

Je suis passé chez Soy

18
yaltaclub

Artistes émergents au MaMa Festival : off the record

18
éditospaceoddity-AurélieClément

Space oddity : vers l'infini et l'au-delà

11
loupdessteppes-16

Il faut encore porter le chaos en soi pour donner naissance à une étoile dansante

11

Suuns : rock band pointu

11
Swans de gauche à droite : Christoph Hahn, Paul Wallfisch, Phil Puleo, Christopher Pravdica, Norman Westberg et Michael Gira

Swans : incantations et bouchons d’oreilles

11
édito-aurélieclement

La France sauvée grâce à la retraite musicale de Maître Gims ?

04

Premier organe auditif, le cœur - Rencontre avec Sean Bouchard

04
sonor#9-AC

Festival [Sonor] : l'humanité sur écoute

04
interviewtanguymalikbordage

Projet Loup des Steppes : l'équilibre à mi-chemin entre deux extrêmes

04

Leïla Slimani, derrière le symbole

04
Ideas box

Ideas Box : à portée de livre

octobre
28
Featured Image Placeholder

Le monde barjot d'Adam Green

28
Le festival Sonor à Trempolino

[SONOR]#9 - Sauvons la création radiophonique

28

Corrina Repp : la condition artistique humaine

28
Librairie Echos

Echos-graphie du Proche-Orient : l’imagerie d’un monde pluriel et culturel

27

Médias : un catalogue de formations inédit à Nantes

26

Avec Fête le mur, Fragil chausse les baskets

21
ohn Singer Sargent (1856-1925), Ellen Terry en Lady Macbeth, 1889. Tate Britain, Londres. © Tate, London 2016

« Tout art est parfaitement inutile »

21
L'enfant et les sortileges

Ravel à la Scala de Milan : Revanche poétique de l'ordre des choses

21
René Magritte, Décalcomanie, 1966, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Arts visuels

21
2016-10-08_chantsbatons_j-ronnet-nicolle

Climate Chance : l'allégorie de La Poule aux oeufs d'or

14
Featured Image Placeholder

Zodiac : Fincher vs. Graysmith

14

The Bad Plus : trois mecs simples à la recherche de la beauté

14

Scopitone donne sa grand-messe électronique sous les Nefs

14
La création de Julien Grosvalet La Première Vague, présentée lors du spectacle Plateau H à Onyx.

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Spectacles

14
La façade du Mékano à Rezé

Le Mékano joue sa mécanique affable by Eskat & Korsé

09

Expressions et médias : les étudiants prennent la parole

07
L'homme de théâtre Jorge Lavelli.

Événement : Jorge Lavelli retrouve Copi à l'Opéra de Rennes

07
La danseuse Elena Annovi lors de la soirée d'ouverture du festival Scopitone

Et la lumière fut : ouverture du festival Scopitone

07

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Musique

07
Katherine Wolkoff - Deer beds (exposition à l'Atelier)

Le huitième art attend son heure

07

Ouvrir grand les portes

septembre
26
Fragil anime des cafés numériques jeunes à Dclic

Des goûters pour comprendre le numérique

16

Doom conquérant et Dark Fantasy : rencontre avec le groupe Conan

16
Traviata St Céré 2016

Rencontre : Burcu Uyar et Julien Dran jouent « Traviata » à Saint-Céré

16

Un « Jours de fête » musicalement explosif

02
Larry Garner

Les Rendez-vous de l'Erdre 2016 : 30 ans les pieds dans l'eau

août
26

Memorabilia

26
Agnostic Front Motocultor

Motocultor 2016 : le metal résonne en terre bretonne

26

« Roméo et Juliette » à la Comédie-Française : précipice amoureux

26
Hilldale

Hilldale, retour vers le futur de l'indie-pop

12

Plus vite, plus haut, plus fort

12

Médias sans médaille

12

Derrière les JO, le Brésil implose

12

Rock in Loft en off des Francofolies de La Rochelle

05
Iggy Pop aux Escales 2016 à Saint-Nazaire

Musiques d'un monde

05
Iggy Pop Photo Patrice Molle

L'iguane en escale

05

Uplifting Vibrations

05

La terreur sans visage

juillet
29

Les Francofolies en mode électro swing

29

Ensemble

29

Hommage à la marge

29

Mon baptême Hellfest

22
Yas

Attentat de Nice : indécences et désintox

15
"Le numérique a vraiment aidé la pornographie, car ça l’a démocratisée et ça l’a rendue normale."

Le conseil aux clients, dernier rempart des sex-shops face au porno version numérique ?

15

Hellfest 2016 : coups de cœur x 3

15
Featured Image Placeholder

Partage et plaisir

15

Europ'Raid : trois bourlingueurs à travers l'Europe

08
Featured Image Placeholder

Exceptionnel mois de juin

08
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg

« Les maîtres chanteurs » à l’Opéra Bastille : « Comment donner une mesure à l’infini… »

08

Hellfest 2016 : douceurs obscures et accords ardents au royaume du metal

08
Jade Puiroux et Vincent Lhoste

Le numérique, espoir pour les personnes handicapées

juin
24
Pour les 30 ans de Jet FM, retour en 1986.

Jet FM : 30 ans de vol sur les ondes

24
Featured Image Placeholder

Ne pas se faire manger

24
Conscientes du retour en force du vinyle, les grandes maisons de disques décident de sortir de plus en plus de vinyles, en rééditant de grands classiques

Vinyle : l’objet d'art face au business

24
Happening anti corrida place Royale.

« Corrida : la honte ! »

23

Le jazz est encore possible !

20
map

Nuages de mots, alternatives et antipodes…

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Le retour du vinyle

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15

Gentlemen du dub (not) only

15

Rêve général

15

Louise contre-attaque

mars
11

Do you speak Irakien ?

05

Au cœur de l’Étau

février
19

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
septembre
11

GO leaks : le Wikileaks du Grand Ouest

août
21

Khe0ps : "La protection des sources sur le web, c’est zéro"

juin
19

Médias : les entrepreneurs en mode start-up

mai
07

Les médiathèques tournent la page

avril
12

"Sous les pavés, la plage !"

2013
juin
21

La leçon de piano de Chilly Gonzales