21 avril 2017

« In Bloom » : dompter le dinosaure

« In Bloom » : c’est ce titre d’une chanson de Nirvana qui a été choisi par la compagnie de danse Chute Libre pour sa version hip-hop sombre et grave d’un monument du ballet du début du XXe siècle : « Le Sacre du Printemps ».

« In Bloom » : dompter le dinosaure

21 Avr 2017

« In Bloom » : c’est ce titre d’une chanson de Nirvana qui a été choisi par la compagnie de danse Chute Libre pour sa version hip-hop sombre et grave d’un monument du ballet du début du XXe siècle : « Le Sacre du Printemps ».

Au TU à Nantes dans le cadre de Flashdanse au mois de janvier dernier, à Capellia (La Chapelle-sur-Erdre) pour Hip OPpsession en mars, mais aussi à Rennes, Sarzeau, Saint-Nazaire, Briançon ou Sainte-Maxime, In Bloom a été largement diffusé depuis sa création en novembre 2016. C’est en voisin que Fragil a rencontré les chorégraphes Pierre Bolo et Annabelle Loiseau, ainsi que deux danseurs de la compagnie Chute Libre, basée à la Fabrique Dervallières, pour débattre avec eux création et philosophie à table, dans la cuisine. Une rencontre – humaine, esthétique et riche de sens – pour un spectacle viscéral et incroyablement puissant.

En résonance

Objet de culte chorégraphique, on s’y confronte, on s’y attaque, que l’on s’appelle Maurice Béjart, Pina Bausch ou Angelin Preljocaj. Pour Le Sacre du Printemps, considéré comme une œuvre majeure du répertoire, tout a pourtant commencé par un scandale. Celui de sa création en 1913 devant un public parisien encore trop conservateur. Sur la partition contemporaine et brutale d’Igor Stravinski, le chorégraphe russe Vaslav Nijinski donnait à voir une danse tribale et fractionnée, accompagnée de costumes étranges, avec pour thème le sacrifice d’une jeune fille à la Terre pour invoquer le retour du printemps, et dont la choquante modernité valut jadis au spectacle le quolibet facile de « massacre du printemps ».

Le Sacre du printemps par le théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg (retransmis par Arte à l’occasion des 100 ans du ballet en 2013)
Le Sacre, c’est lui qui a frappé à notre porte.
Annabelle Loiseau et Pierre Bolo

Alors comment en vient-on à s’attaquer à un tel monument, a fortiori quand on est danseur de hip-hop ? C’est le résultat d’un cheminement. En parallèle de son activité de danseur et de chorégraphe, Pierre Bolo, qui a créé avec Annabelle Loiseau la compagnie Chute Libre en 2005, se nourrit depuis plusieurs années du monde du théâtre, en travaillant comme acteur, notamment auprès de David Bobée. Avec lui, il a eu l’occasion de se confronter à des textes de répertoire, a alimenté sa réflexion de chorégraphe. De là est né un questionnement : qu’est ce qu’un texte de répertoire en danse ? « En travaillant sur un texte classique en théâtre, tout le travail se concentre sur la mise en scène et l’interprétation, car le socle existe déjà », explique Pierre. « Par rapport à tout ce que nous avions fait avant, nous avions envie d’une démarche similaire. D’avoir l’occasion de véritablement développer l’interprétation. Le Sacre, c’est lui qui a frappé à notre porte, comme une évidence qui s’est imposée, notamment par rapport au résonnement chorégraphique que l’on y trouve avec le hip-hop : le piétinement, le rapport au sol, le postural, sur lesquels Nijinski a beaucoup travaillé, et qui sont très présents dans le hip-hop, et aussi dans nos dernières créations. »

À la première écoute, ça paraissait très éloigné de la danse hip-hop, de son groove. Mais ce qu’on s’est pris dans la gueule, avec Annabelle, c’est que les danseurs sur le plateau ont fait groover Stravinski !

Pierre Bolo

Les danseurs de la compagnie, issus presque tous de l’univers du hip-hop, mais néanmoins de courants différents, ont dû tout d’abord apprivoiser cette musique polyrythmique, impossible à compter et très différente de ce qu’ils avaient pu connaître auparavant. Leonard Bernstein disait du Sacre qu’il était comme un dinosaure à dompter. Comment alors faire jaillir de l’ancêtre animal ce groove, ce flow si caractéristique de la danse hip-hop ? « La musique était incompréhensible pour nous, elle semblait impossible à dompter », explique Gabriel Um Tegue, un des danseurs de la compagnie. « Et pourtant les chorégraphes étaient confiants, ils nous l’ont fait écouter plusieurs fois et maintenant on sait jouer avec, on la connaît pratiquement par cœur. » Annabelle et Pierre ont en effet laissé une grande liberté aux danseurs, en donnant de grandes directions, mais en laissant chaque personnalité poser sa gestuelle sur la partition. « Composer dessus, faire les comptes, entendre les top, ce n’est pas facile », poursuit Kévin Ferré, également danseur sur In Bloom. « Tout seul, à l’écoute, on arrive à se repérer, mais à plusieurs, c’est très difficile. Ou alors, il faut attendre que tout le monde connaisse [la partition] à l’oreille. » Apprivoiser cette musique serait donc de l’ordre de l’intime, chaque danseur le faisant avec ses codes chorégraphiques et son ressenti propres. Mais l’élan, lui, est sans aucun doute collectif, et la démarche de création, chorale. « La pièce est très écrite, mais ce n’est pas figé, c’est à chaque fois de l’improvisation dirigée, notamment dans les solos », poursuit Annabelle. « Certains passages se jouent sur le ressenti du moment, ce serait aller droit dans le mur que des les écrire. » Ainsi s’est construit In Bloom en un « ballet d’individualités ».

Agrandir

in-bloom_8541
Les danseurs de la compagnie, issus presque tous de l’univers du hip-hop, mais néanmoins de courants différents, ont dû tout d’abord apprivoiser cette musique polyrythmique.

Stéphane Tasse

« Vivre avec »

Si le challenge était esthétique, il l’était aussi dans le sens que les chorégraphes ont souhaité donner à cette réinterprétation. « La complexité était dans le sens même de la pièce, dans laquelle le sacrifice d’une jeune fille pour l’arrivée du printemps n’avait plus rien d’ancré dans le monde d’aujourd’hui. Alors, on a pris les choses à l’envers, on est partis du principe qu’elle était morte, et on a travaillé sur le deuil. On a tout de même travaillé sur le thème du rituel, mais après la mort. Puis, le questionnement s’est transposé : comment ce groupe d’humains, cette tribu, cette famille, va transcender cette mort pour aller au-delà. »

Sur scène, les corps sont traversés de spasmes qui reflètent la douleur physique que l’on peut ressentir face au deuil. L’ambiance est pesante, les relations entre les membres de la tribu sont lourdes. « Puis on s’allège, au fur et à mesure, y compris dans les costumes. On apprend à vivre avec cette douleur, comme dans la vraie vie. »

Ce rapport du groupe à la mort d’un membre de la tribu, de la famille, est donc ce qui structure la pièce, mais chacun peut y lire ce qu’il veut. En tant que spectateur de danse, il nous appartient en effet de nous créer notre propre imaginaire, issu de nos codes propres, de notre culture, mais avant tout de notre ressenti. Un spectacle de danse peut tout aussi bien être une expérience physique pour celui qui le reçoit, même assis dans son fauteuil. Car au-delà de toute analyse, que recherche-t-on en tant que spectateur si ce n’est d’être bousculé ?

C’est ma génération qui m’a fait ça

Et pour en faire une pièce résolument contemporaine, Pierre Bolo et Annabelle Loiseau l’ont ancrée dans l’histoire d’une génération. Celle qui, dans les années 90, a vu ses espoirs en fleurs faner trop tôt dans un monde qui les a déçus. Cette génération qui a vu naître à la chute du mur de Berlin un monde libre dans lequel tout semblait enfin possible et qui l’a vu au fil des crises se refermer sur lui-même, jusqu’à brutalement cesser d’exister le 11 septembre 2001.

Cette « génération sacrifiée », la voilà qui s’exprime, s’active sur scène comme dans la vie. Elle est en colère, elle souffre, puis apprend à « vivre avec ». Avec ses errances, ses doutes, sa conscience de la résignation inévitable. Transposée dans un univers urbain, brut, où les projecteurs font partie intégrante de la chorégraphie au point d’en aveugler les spectateurs, le mythique Sacre du printemps, vieux de plus d’un siècle, revêt une évidence contemporaine.

Fruit d’un gros travail de documentation et de recherche chorégraphique, ce Sacre est loin de trahir la singularité du ballet original et s’inscrit aussi dans la lignée des nombreuses versions dont ce dernier a fait l’objet. Deux ans de travail pour un spectacle abouti, dont la violence ne laisse pas indifférent.

Agrandir

in-bloom_8572
Transposée dans un univers urbain, brut, où les projecteurs font partie intégrante de la chorégraphie au point d’en aveugler les spectateurs, le mythique Sacre du printemps, vieux de plus d’un siècle revêt une évidence contemporaine.

Stéphane Tasse

Après la confrontation à une telle pièce, vers quel défi se tourner à présent ? Pour les deux chorégraphes, il n’est pas forcément à chercher dans la danse en elle-même, mais peut-être davantage dans le processus de création. « Nous souhaiterions essayer d’appliquer un concept philosophique – ou politique – à la création : l’anarchie ! Est-ce que, comme dans la société civile, le pyramidal est forcément la bonne idée ? En tant que chorégraphes, nous sommes décideurs, on chapeaute, bien que l’on se soit nourris des danseurs et de leurs énergies. Mais nous avons fait le travail en amont et les danseurs ont apporté des « réponses » à nos « questions ». Là, nous aimerions peut-être nous poser les questions tous ensemble, ça aurait plus de sens. » Et ce questionnement sur le travail chorégraphique pose aussi des questions très concrètes, car l’idée est de pousser l’expérience dans la pratique : comment s’organiser sur scène, en répétition ? « Si on ne se dit pas : demain, on commence à dix heures, que se passe-t-il ? Que faire si personne ne décide du mouvement à faire, du déplacement ? Il y aura du bordel, forcément, mais on a envie d’expérimenter une forme d’autogestion et savoir si de l’anarchie naît forcément le chaos » Il y a fort à parier que les danseurs de la compagnie y trouveront, une fois de plus, une réponse forte de sens.

Woods : au-delà de l’ombre, la lumière

6 outils pour une veille numérique efficace

Aime les belles lettres et les beaux mouvements, se meut et s'émeut parfois passionnément. Par-dessus tout, regarde le monde avec ses propres yeux et parie sur les esprits éclairés pour faire bouger les lignes. Sage bohémienne, elle aime l'ordre autant que le bordel, surtout quand il est créatif.

L'édito

Roulez jeunesse !

Quelle que soit votre orientation politique, quelle que soit la couleur des bulletins de vote que vous avez glissés (ou non) dans l’urne les 23 avril et 7 mai derniers, force est de constater que le peuple français a fait le pari de la jeunesse en élisant à sa tête un homme de 39 ans. Quoi qu’on pense de l’homme, de son passé et de ses promesses, c’est un message fort envoyé au monde ! À l’heure des Trump, Poutine et consorts, la France retrouverait-elle sa fibre avant-gardiste ?

Cependant, avant d’aller plus loin, précisons que, pour cette élection, la tendance est à la nuance quand on évoque « le peuple français ». Car, pour la première fois depuis le début de la Ve république, 25,44% des électeurs ont boudé cette ultime consultation et 11,47% des votants ont fait l’effort de se déplacer sans pour autant accorder leur suffrage à l’un ou l’autre des candidats. Qu’on le déplore ou non, la vie démocratique de notre beau pays est ainsi faite que le vote n’est pas (encore) obligatoire et seuls les électeurs qui tranchent clairement pour un des candidats ont droit à la parole.

Ceci dit, revenons à la symbolique du choix de la jeunesse. À travers l’élection d’Emmanuel Macron, les Français ont fait un pari : celui de bousculer les vieilles habitudes politiciennes pour les faire entrer pleinement dans le XXIe siècle. Transparence des élus, intégration de la société civile dans le processus législatif, espoir à redonner à cette France qui a cru trouver son salut dans l’extrême-droite… : les chantiers sont nombreux pour le jeune et nouveau Président. Face à lui, prêt à dégainer, le peuple devra faire preuve de vigilance pour ne pas se laisser berner (une fois de plus). Car quand le pari est osé, l’attente n’en est que décuplée. La déception en cas d’échec aussi.

Mais rien ne paraît impossible quand on est jeune. Et trente-neuf ans, c’est encore jeune. Je sais de quoi je parle, j’ai le même âge qu’Emmanuel Macron !

Merwann Abboud – Mai 2017

2017
mai
24

"Datappert", informer à travers les données

15

"Aux origines du surréalisme" : les quatre cent coups

15
ELL

« Entre les lignes » : la migration comme source de richesse

15
jeunesse

Roulez jeunesse !

15

Conjuguer « Colibris » à l’avenir

15

« Hacker Alice » saison 2 – Alice au pays des merveilles… de Riaillé !

05

L’art, miroir sublimant

05
The-Wackids Florent-Larronde

The Wackids, tu seras rock’n’roll ma fille

05

« Tosca » à Tours, à travers le prisme de l’art

04

À Couëron, des élèves de CM2 fabriquent l'info !

avril
26

6 outils pour une veille numérique efficace

21

« In Bloom » : dompter le dinosaure

21

Woods : au-delà de l’ombre, la lumière

21

Charlotte Savary : l'amour au fil des saisons

20

Raphaël Brémard en Sancho Pança : « Une grande liberté sur le plateau »

19

Présidentielle 2017 : la parole des candidats passée au crible

07

Musée d'arts de Nantes : le songe d'une femme

07

Christiane Taubira à Nantes : « Notre humanité c'est l'immensité de nos cœurs »

07
Réparer les vivants ©Aurélie Clement

Le cœur d'un autre

07

Les Damnés à la Comédie Française : Dans les coulisses d’un inquiétant théâtre…

07

De ma fenêtre, je vois...

mars
31
Maxi Obexer

Briser les frontières

31

TUR-BU-DANSE !

31

Turbulences sous le soleil ?

29

Se dorader la pilule au soleil

24

Le THéâTRe aMOk au festival Turbulences

17

Féminin égale masculin, masculin égale féminin

17

Entrez dans la danse

17

« Doreen » au lieu unique : histoire d'un dernier soir

17

Une nuit blanche au nom de la Science

10

Kery James, vainqueur par KO

10

Gaël Faye, abyssal

10
Chill Bump @ Barakason de Rezé

Énergie 100% hip-hop

10

"Lucia di Lammermoor" à Tours : la folie en partage

09

Internet n'oublie jamais

03
Simpsons complot

Infos et usages d'infaux

03
Répétitions ensemble LINKS au CCNN 02

À la Folle Journée, dansez comme vous êtes !

03

Le cinéma russe dans l’objectif d'Artem Temnikov

02
édito journée femme

8 mars : 100 ans de luttes féministes, finalement ce n’est pas si loin… de nous !

février
24

Clément Pascaud et l'entre-deux mondes

24

Le hip-hop est vivant !

24

Pumpkin et Vin’S da Cuero prennent de la hauteur

24

Delphine Vaute, l'illustration pas très sage

10
Affiche chronographe

Le Chronographe : la machine à rattraper le temps

10

"Derrière la porte" : un récit interactif pour dénoncer les violences conjugales

10
Featured Image Placeholder

Hé Ho, du bateau !

10

« L'Opéra de quat'sous est d'une actualité effrayante »

janvier
27

Un Nid branché

27

Musique au cinéma : l'accord est presque parfait

27

Rangez ce zizi que je ne saurais voir

2016
décembre
23

Pour retrouver le jeu À la nantaise !

23

Est-ce que tu Baez ?

23
Les Sales Gosses

Nantes : portraits de bars

23
Featured Image Placeholder

Un vœu pour Noël

16
alep-yassine latrache

Alep : un silence assourdissant

16

The Rusty Bells : rencontre sur la planète rouge

16

Métissage en images

16
trans-2016-une

Fragil en Trans

16

Talitres is 15

09

JP Supermanova

09

Hip Hop, une histoire française : enfin un livre de référence !

09
seaofminds

Sea of Minds et Bar-bars : la partie émergente

09

Saïd Bouftass : de l’esthétisme au combat sociétal

08

Tous métissés !

08

Festival culture Bar-bars : le live réinvestit la ville !

02

Hindi Zahra, terre de contrastes

02
René Magritte, La trahison des images, 1929, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

Magritte, la philosophie de l’invisible réalité

02

Inrocks Festival 2016 : Incubateur de talents

02
conf-gest

Je lutte donc je suis

02

Wax Tailor : Worldwide music

02

Photos de concert : le gavage

novembre
25
erik-lhomme

Au fond du roman, la magie – Entretien avec Erik L’Homme

25
redouanneharjane

Redouanne Harjane, poète d’une époque inepte

25

De Nantes à Bordeaux : une ode à Talitres

25
Featured Image Placeholder

Less is (Gil)more

25
christophe

Christophe, électrolibre

18
Affiche des Utopiales déssinée par Denis Bajram

Rafik Djoumi, héraut des geeks

18
Cate Le Bon

Cate Le Bon : héroïne malgré elle

18

Je suis passé chez Soy

18
yaltaclub

Artistes émergents au MaMa Festival : off the record

18
éditospaceoddity-AurélieClément

Space oddity : vers l'infini et l'au-delà

11
loupdessteppes-16

Il faut encore porter le chaos en soi pour donner naissance à une étoile dansante

11

Suuns : rock band pointu

11
Swans de gauche à droite : Christoph Hahn, Paul Wallfisch, Phil Puleo, Christopher Pravdica, Norman Westberg et Michael Gira

Swans : incantations et bouchons d’oreilles

11
édito-aurélieclement

La France sauvée grâce à la retraite musicale de Maître Gims ?

04

Premier organe auditif, le cœur - Rencontre avec Sean Bouchard

04
sonor#9-AC

Festival [Sonor] : l'humanité sur écoute

04
interviewtanguymalikbordage

Projet Loup des Steppes : l'équilibre à mi-chemin entre deux extrêmes

04

Leïla Slimani, derrière le symbole

04
Ideas box

Ideas Box : à portée de livre

octobre
28
Featured Image Placeholder

Le monde barjot d'Adam Green

28
Le festival Sonor à Trempolino

[SONOR]#9 - Sauvons la création radiophonique

28

Corrina Repp : la condition artistique humaine

28
Librairie Echos

Echos-graphie du Proche-Orient : l’imagerie d’un monde pluriel et culturel

27

Médias : un catalogue de formations inédit à Nantes

26

Avec Fête le mur, Fragil chausse les baskets

21
ohn Singer Sargent (1856-1925), Ellen Terry en Lady Macbeth, 1889. Tate Britain, Londres. © Tate, London 2016

« Tout art est parfaitement inutile »

21
L'enfant et les sortileges

Ravel à la Scala de Milan : Revanche poétique de l'ordre des choses

21
René Magritte, Décalcomanie, 1966, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Arts visuels

21
2016-10-08_chantsbatons_j-ronnet-nicolle

Climate Chance : l'allégorie de La Poule aux oeufs d'or

14
Featured Image Placeholder

Zodiac : Fincher vs. Graysmith

14

The Bad Plus : trois mecs simples à la recherche de la beauté

14

Scopitone donne sa grand-messe électronique sous les Nefs

14
La création de Julien Grosvalet La Première Vague, présentée lors du spectacle Plateau H à Onyx.

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Spectacles

14
La façade du Mékano à Rezé

Le Mékano joue sa mécanique affable by Eskat & Korsé

09

Expressions et médias : les étudiants prennent la parole

07
L'homme de théâtre Jorge Lavelli.

Événement : Jorge Lavelli retrouve Copi à l'Opéra de Rennes

07
La danseuse Elena Annovi lors de la soirée d'ouverture du festival Scopitone

Et la lumière fut : ouverture du festival Scopitone

07

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Musique

07
Katherine Wolkoff - Deer beds (exposition à l'Atelier)

Le huitième art attend son heure

07

Ouvrir grand les portes

septembre
26
Fragil anime des cafés numériques jeunes à Dclic

Des goûters pour comprendre le numérique

16

Doom conquérant et Dark Fantasy : rencontre avec le groupe Conan

16
Traviata St Céré 2016

Rencontre : Burcu Uyar et Julien Dran jouent « Traviata » à Saint-Céré

16

Un « Jours de fête » musicalement explosif

02
Larry Garner

Les Rendez-vous de l'Erdre 2016 : 30 ans les pieds dans l'eau

août
26

Memorabilia

26
Agnostic Front Motocultor

Motocultor 2016 : le metal résonne en terre bretonne

26

« Roméo et Juliette » à la Comédie-Française : précipice amoureux

26
Hilldale

Hilldale, retour vers le futur de l'indie-pop

12

Plus vite, plus haut, plus fort

12

Médias sans médaille

12

Derrière les JO, le Brésil implose

12

Rock in Loft en off des Francofolies de La Rochelle

05
Iggy Pop aux Escales 2016 à Saint-Nazaire

Musiques d'un monde

05
Iggy Pop Photo Patrice Molle

L'iguane en escale

05

Uplifting Vibrations

05

La terreur sans visage

juillet
29

Les Francofolies en mode électro swing

29

Ensemble

29

Hommage à la marge

29

Mon baptême Hellfest

22
Yas

Attentat de Nice : indécences et désintox

15
"Le numérique a vraiment aidé la pornographie, car ça l’a démocratisée et ça l’a rendue normale."

Le conseil aux clients, dernier rempart des sex-shops face au porno version numérique ?

15

Hellfest 2016 : coups de cœur x 3

15
Featured Image Placeholder

Partage et plaisir

15

Europ'Raid : trois bourlingueurs à travers l'Europe

08
Featured Image Placeholder

Exceptionnel mois de juin

08
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg

« Les maîtres chanteurs » à l’Opéra Bastille : « Comment donner une mesure à l’infini… »

08

Hellfest 2016 : douceurs obscures et accords ardents au royaume du metal

08
Jade Puiroux et Vincent Lhoste

Le numérique, espoir pour les personnes handicapées

juin
24
Pour les 30 ans de Jet FM, retour en 1986.

Jet FM : 30 ans de vol sur les ondes

24
Featured Image Placeholder

Ne pas se faire manger

24
Conscientes du retour en force du vinyle, les grandes maisons de disques décident de sortir de plus en plus de vinyles, en rééditant de grands classiques

Vinyle : l’objet d'art face au business

24
Happening anti corrida place Royale.

« Corrida : la honte ! »

23

Le jazz est encore possible !

20
map

Nuages de mots, alternatives et antipodes…

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Le retour du vinyle

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15

Gentlemen du dub (not) only

15

Rêve général

15

Louise contre-attaque

mars
11

Do you speak Irakien ?

05

Au cœur de l’Étau

février
19

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
septembre
11

GO leaks : le Wikileaks du Grand Ouest

août
21

Khe0ps : "La protection des sources sur le web, c’est zéro"

juin
19

Médias : les entrepreneurs en mode start-up

mai
07

Les médiathèques tournent la page

avril
12

"Sous les pavés, la plage !"

2013
juin
21

La leçon de piano de Chilly Gonzales