• Alma Saut-photoshop
17 mars 2017

Entrez dans la danse

Le 18 janvier 2017, Fragil est allé déambuler dans l'antre du Château des Ducs de Bretagne. Pour dépoussiérer ces vieilles pierres marquées par l'histoire de la ville de Nantes, des nocturnes sont organisées afin de réveiller les fantômes. Ce soir-là, trois compagnies ont investi les lieux à l'occasion du Festival Flash Danse, à l'initiative du TU-Nantes. Récit et interview.

Entrez dans la danse

17 Mar 2017

Le 18 janvier 2017, Fragil est allé déambuler dans l'antre du Château des Ducs de Bretagne. Pour dépoussiérer ces vieilles pierres marquées par l'histoire de la ville de Nantes, des nocturnes sont organisées afin de réveiller les fantômes. Ce soir-là, trois compagnies ont investi les lieux à l'occasion du Festival Flash Danse, à l'initiative du TU-Nantes. Récit et interview.

Depuis le 5 octobre 2016, le musée d’histoire du Château des Ducs de Bretagne ouvre gratuitement ses portes une fois par mois au public dans le cadre d’une nocturne. A l’occasion du Festival Flash Danse, le TU-Nantes et le Château collaborent pour la quatrième nocturne. Trois compagnies ont ainsi investi les lieux en date du 18 janvier 2017 : la Compagnie LUCANE, la Compagnie Passage(s) et Le Pont Supérieur.

Récit de notre passage et interview d’Alma Petit, l’une des chorégraphes des performances des élèves du Pont Supérieur qui nous en apprendra plus sur les coulisses d’un tel événement.

Agrandir

nocturne château #4
Le TU-Nantes et le Château collaborent pour la quatrième nocturne le 18 janvier 2017

Hugo Mourocq

Arrivée au Château à 19h20… Ce soir là, une file d’attente à n’en plus finir traverse la cour du Château des Ducs de Bretagne. On nous avait prévenus que nous risquions d’attendre un petit moment et l’on ne s’était pas trompé ! Ce rendez-vous mensuel semble avoir déjà conquis le cœur des Nantais.

Il fait noir, le vent souffle fort, et déjà au-dehors des performeurs jouent avec l’espace, les éléments et le public environnant. Nous sommes impatients de redécouvrir ce lieu, ses œuvres et son histoire sous un angle différent. Un feuillet est distribué à l’entrée afin de pouvoir cibler les divers projets mais nous décidons plutôt de déambuler et de marcher au hasard de la musique et des mouvements de foule.

« Une sensation de dépôt de mon cerveau »

Dans les escaliers, des danseurs se mélangent et se fondent aux visiteurs avec malice. La frontière entre l’acteur et le spectateur est ténue. Certains d’entre eux ne portent aucun attribut, aucune « tenue de scène », ne laissant ainsi rien présager de leur fonction bien particulière et l’on ne découvre parfois leur présence que par la répétition de mouvements ou d’une trajectoire singulière.

Ils sont nombreux, plus d’une soixantaine de danseurs en tout sont présents. Ils investissent les lieux et s’emparent de l’espace comme jamais. Nous parcourons les salles avec frénésie et découvrons à chaque instant de nouvelles propositions. Les corps se déploient ou se rabougrissent, vibrent et tourbillonnent, se dévoilent dans des propositions de groupe ou en solo, cherchent le contact ou le fuient désespérément…

Agrandir

Passages-Tourbillon-photoshop
Les danseurs investissent les lieux et s’emparent de l’espace du Château des Ducs de Bretagne

Hugo Mourocq

Je voudrais frapper un grand coup pour déboussoler les rêveurs (...)

Nous arrivons dans la salle 8 ; une fille aux cheveux longs marche à travers la pièce. Personne ne semble faire véritablement attention à sa présence au départ. Peu à peu, ses gestes sont habités, elle fait plusieurs aller-retours se mêlant ainsi au public puis s’arrête net. Elle ne nous regarde pas. Jamais. Soudain, son regard est attiré par le sol, elle se baisse pour ouvrir une boîte de laquelle elle sort un violon. Il est 19h43 à présent, elle joue un peu puis s’exclame : « Je voudrais frapper un grand coup pour déboussoler les rêveurs (…) ». Des danseurs arrivent pour accompagner la longue tirade énigmatique qui s’ensuit.

Salle 11 : une danseuse tourbillonne seule dans la pièce…

Salle 13 : Deux danseurs fredonnent une mélodie qui semble ancestrale et gesticulent face à face dans des mouvements ondulatoires. Leur danse devient de plus en plus vive et mène à un corps-à-corps éprouvant : le souffle est court, ils prennent appui l’un sur l’autre et semblent tous deux au bord de l’épuisement. Sans transition, ils reprennent une trajectoire opposée qui vient mettre un terme à leur échange comme si rien ne s’était passé auparavant. L’un d’eux capte mon regard et reste près de moi, là, immobile, puis sourit car je ne bouge pas.

Lorsque nous arrivons dans les salles 18 et 19, nous sommes face à un amoncellement de corps qui se meut lentement au sol. Les visiteurs sont très proches des danseurs de par la configuration de l’espace. Cela crée une intimité particulière laissant ainsi place à des échanges de regards parfois timides, curieux, ou gênés. Une jeune femme (la chorégraphe Alma Petit, ndlr) vient mettre un terme à la proposition des élèves du Pont Supérieur d’un « Stop ! » prononcé haut et fort à la fin du temps imparti de l’improvisation. Ils se lèvent tous et se dirigent en silence vers une autre salle.


La nocturne vue par les danseurs

Maxime : J’ai trouvé que c’était un moment déstabilisant que de chercher à créer une empreinte dans des choses qui ne bougent presque pas. Un sacré défi ! Investir un lieu d’histoire est toujours un peu particulier ; tu te sens petit dans ces grandes pièces pleines de vie. L’enjeu que j’ai ressenti à l’intérieur a été de vraiment faire sentir que ces espaces vibraient. Mon besoin a été d’accueillir le moment avec sincérité lors des mises en situation proches du public, qui traverse ton espace ou voire même qui vient s’immiscer en toi… J’ai eu le sentiment de quitter mes codes de danseur et mon ego pour laisser place au corps et son état. Une sensation de dépôt de mon cerveau. Je suis passé par plusieurs états, c’est ce qui fait que j’ai apprécié cette expérience. « Découverte », « tranquillité » et « partage » sont des mots qui me reviennent en pensant à ce moment. J’aime me dire que l’on a pu laisser une petite part de nous tous dans ces lieux.

Lee Lee : Cette performance au château a été très riche en émotion et en partage, tant avec mes collègues qu’avec le public. Pouvoir ressentir, voir, et percevoir leurs réactions était parfois déroutant mais très agréable et stimulant. Cette perturbation m’amenait à aller plus loin dans ma danse et j’ai pu découvrir une nouvelle façon de bouger. Ce fut une expérience très riche sur le plan humain et artistique qui m’a confortée sur ce que je voulais devenir.


Dans la 32ème salle du musée, des performeurs invitent des enfants à danser dans un vacarme réjouissant. Ils courent dans tous les sens et finissent par former une ronde. De l’autre côté, salle 31, nous retrouvons des danseurs affalés et las dans des fauteuils. La chorégraphe arrive de nouveau et met fin à la performance par le même procédé verbal.

Il est 20h58 lorsque nous passons dans la salle 6. Les étudiants de l’École des Beaux Arts de Nantes accompagnés de la Compagnie LUCANE se montent les uns sur les autres au milieu de fauteuils dans une lenteur qui semble accablante. Leurs visages sont tous camouflés par des morceaux de tissus assemblés plus ou moins grossièrement de façon à ce qu’ils ne ressemblent plus tout à fait à des hommes. Une proposition sonore aux résonances mécaniques ajoute une atmosphère à la fois irréelle et pleine de tension. Les spectateurs chuchotent et n’osent pas trop bouger tandis que le groupe d’étudiants avance en rampant, rendant ainsi bien plus difficile la circulation des visiteurs qui doivent à présent les enjamber. Un peu plus loin, dans un espace étroit qui mène à l’ascenseur, quelques étudiants masqués jouent avec la présence des passants et les déstabilisent. Le fait de ne pouvoir être réellement vus et reconnus semble leur donner de l’audace.

Agrandir

Mots3-photoshop
Les témoignages s’accumulent sur le panneau du hall d’entrée

Hugo Mourocq

Nous ressortons de cette nocturne presque sonnés par cette expérience d’immersion totale au sein de l’univers coloré et varié de la danse. La soirée a été très riche en propositions et nous sommes complètement conquis par tout ce qui nous a été donné à vivre, ressentir, expérimenter et percevoir ce soir-là.

Il faut réveiller les fantômes !

Nous repartons avec une autre façon d’observer notre rapport au monde et au corps dans leurs acceptions physiques et immatérielles. Comment habiterons-nous à présent notre corps ? Oserons-nous pousser les frontières de nos limitations corporelles et gestuelles après avoir été témoins d’autant de liberté d’être ? Les témoignages s’accumulent sur le panneau du hall d’entrée prévu à cet effet tandis que Maude, une visiteuse, nous confie le sourire aux lèvres : « J’ai trouvé ça intéressant de voir des corps en mouvement, et dans un lieu comme le Château. Il faut réveiller les fantômes ! »


L’art comme thérapie : entretien avec Alma Petit

Nous sommes désormais impatients de rencontrer Alma Petit. Jeune chorégraphe de 26 ans actuellement basée à Nantes, c’est elle qui a mené les ateliers d’improvisation et d’interprétation des élèves du Pont Supérieur ayant abouti aux propositions chorégraphiques de cette quatrième nocturne spéciale danse, en compagnie de son père Dominique Petit, directeur artistique des projets de première année du Pont Supérieur. Elle a accepté de nous en dire plus sur son travail ainsi que sur les coulisses d’un tel événement.

Fragil : Peux-tu te présenter ?

Alma Petit : Je viens d’une famille de danseurs contemporains et de pédagogues. Mes parents (Anne Carrié et Dominique Petit, ndlr) ont eu une compagnie de danse avant d’enseigner la danse dans des conservatoires. Grâce à eux, j’ai pu apprendre la danse, mais aussi la pédagogie et l’amour de l’art. J’ai suivi un parcours scolaire agrémenté de nombreuses heures de danse au conservatoire jusqu’à mes 15 ans pour ensuite redevenir une adolescente « normale » qui va au lycée comme tout le monde.
Après cela, je voulais devenir diplomate ou avocate internationale, j’ai donc fait du chinois et des classes préparatoires littéraires après le bac… pour m’apercevoir que j’aimais la philosophie et la culture mais que je ne voulais pas non plus renier mon héritage artistique. J’ai donc repris la danse et ai été acceptée à la Trinity Laban Conservatoire of Music and Dance à Londres où j’ai fait mon Bachelor of Art in Dance Theatre que j’ai eu avec mention très bien et les félicitations du jury.
C’est au cours de mes études là-bas et en traversant un long passage à vide que je me suis penchée sur la pratique de la méditation et de l’improvisation comme remède à mon mal-être. La pratique de ces techniques m’a ouvert les yeux non seulement sur ma propre capacité à me guérir, mais aussi sur les pouvoirs extraordinaires qu’ont l’art et la méditation dans la vie, même quotidienne. J’ai donc décidé de continuer mon cursus d’études en Californie auprès de la chorégraphe Anna Halprin et de sa fille Daria à l’institut Tamalpa, renommé mondialement auprès des danseurs et thérapeutes pour son approche unique de l’art-thérapie par le mouvement, le dessin, la performance, et l’écriture automatique. J’en suis revenue riche d’enseignements, de belles découvertes, et en sachant plus précisément ce que je voulais développer comme pratique artistique.
Désormais, je divise mon temps entre l’art et l’entreprise. Je continue d’intervenir en tant que danseuse et pédagogue pour des institutions artistiques et des compagnies, mais également en entreprises où je partage ma passion pour la méditation, la présence à soi, et l’intelligence du corps humain. Dans mes heures libres, je suis à la campagne ou à la mer, jamais loin de la nature sauvage où je sens que je peux me ressourcer pleinement. Et quand mon corps me le demande, je déroule mon tapis de yoga et profite des enseignements que j’ai reçus pour continuer d’approfondir ma pratique personnelle.

Agrandir

Alma-Portrait-photoshop
La danseuse et chorégraphe Alma Petit

Crédits photo : Alma Petit

Fragil : Comment le projet de collaboration avec le musée du Château est-il né ? Est-ce une initiative personnelle ?

Alma Petit : Ce projet a été mis en place à travers mon père car Maurice Courchay, le directeur du Pont Supérieur, a été contacté pour participer aux nocturnes du Château. Ils ont ainsi demandé aux élèves de première année s’ils pouvaient participer à cet événement et mon père enseignant les cours d’improvisation a donc supervisé de manière artistique ce projet. Étant en déplacement un tiers de l’année, il m’a proposé au départ de prendre la relève pour les cours lors de son absence. Finalement, j’ai été présente pour tous les cours en tant qu’accompagnatrice et l’on a fini par travailler à deux pour ce projet.

(...) en tant que fille et en tant qu'artiste, c'était un grand cadeau de pouvoir partager cela avec mon père

Fragil : Comment aborde-t-on un travail de collaboration avec un(e) autre chorégraphe ?

Alma Petit :  Le travail de collaboration avec mon père a été une véritable surprise pour moi cette année car je ne m’y attendais pas du tout. Cela a été un vrai plaisir de se rencontrer de nouveau au travers de cette commande. Durant toute mon enfance et ma carrière de danseuse, j’ai plutôt été formée par ma mère et je n’avais jamais trop travaillé avec mon père. Je le connaissais plus en tant qu’artiste et pédagogue. Ce travail s’est fait de manière assez naturelle et il me semblait évident qu’il garde les rênes principales et que j’intervienne de manière secondaire. On s’est beaucoup apporté l’un l’autre, on a eu des beaux échanges.

Lui avait des réponses là où je n’en avais pas et vice-versa, parfois l’on en avait tous les deux, donc on essayait de trouver des compromis. J’ai été surprise de voir que l’on se retrouvait sur plein de choses : des propositions, des points de vue, des partis pris, de la poésie, une esthétique du langage, une manière d’aborder l’espace… En fait, en tant que fille et en tant qu’artiste, c’était un grand cadeau de pouvoir partager cela avec mon père.

Agrandir

Alma-Saut-photoshop
'Amener les spectateurs à se reconnecter eux-même au travers des danseurs et des actions des danseurs, à leur propre état de corps dans la particularité qu'est cet espace du Château de nuit'

Crédits photo : Alma Petit

C'était très important pour nous de briser les codes

Fragil : Comment travaille-t-on dans un tel espace lors des répétitions et des représentations ?

Alma Petit : L’enjeu était de mettre en valeur la globalité de l’espace et non pas juste ce qui était dans les vitrines et qui était « l’objet » du musée. Amener les spectateurs à se reconnecter eux-même au travers des danseurs et des actions des danseurs, à leur propre état de corps dans la particularité qu’est cet espace du Château de nuit. On n’habite pas un même espace que ce soit le jour ou la nuit. C’était très important pour nous de briser les codes d’une visite de musée classique et d’aborder avec beaucoup de respect cet espace chargé d’histoire, d’anecdotes, de messages différents. On s’est appuyés sur la configuration de la salle, ce qui était accroché aux murs, dans les vitrines, afin de faire état d’un thème qui nous semblait important même si au premier regard la salle ne semblait pas renvoyer à cela. L’une des choses qui me tient beaucoup à cœur est le rapport à l’intime ; et c’est dans une salle où il n’y a quasiment rien (ou juste une carte de la France et de la Loire-Atlantique au milieu de la pièce) que l’on a pu trouver une manière d’habiter cet espace sans être dans l’action voire même plutôt dans l’immobilité. Notre question était de se dire : « Moi, en 2017, avec mes habits, ce que je suis, à l’heure des réseaux sociaux, que dois-je savoir ? Qu’est-ce que je considère comme intime ? Qu’est-ce que je souhaite partager avec mon entourage ou des gens que je ne connais pas ? Suis-je en paix avec moi ? » Aborder cet espace de plein de manières très différentes : intime, créative, poétique, sensible, décalée et parfois presque innocente…

Fragil : Quels ont été les divers conseils donnés aux danseurs ?

Alma Petit : Le conseil principal qu’on a donné aux danseurs, c’est d’être présents. Présents à eux même, aux autres danseurs, aux lieux, à la performance et au public. On les a préparés à cela dès le début de l’année que ce soit en cours, ou pour la performance du Château. A travers des techniques de respiration et de visualisation, on les a amenés à être très conscients de leur état d’être, de leurs mouvements au moment présent afin d’être pleinement acteurs de chacun de leur gestes et qu’ils puissent faire des choix très clairs, lisibles et perceptibles pour le public.

Prendre cette expérience (...) comme l'occasion de planter de nouvelles graines pour le futur

Un autre conseil qu’on leur a donné était d’avoir du plaisir, de partager ce qui nous anime en tant que danseurs, de prendre cette expérience de pouvoir se donner à danser pendant trois heures d’affilée comme un vrai cadeau car il est très rare d’avoir ces conditions de représentation. Le dernier conseil était de prendre cette performance comme l’opportunité de se challenger et qu’elle marque une étape dans leur chemin de danseurs ; se donner l’opportunité de faire ce que l’on n’a pas forcément l’habitude de faire, de prendre plus de risques, d’être plus curieux, plus à l’écoute… Prendre cette expérience à la fois comme un bilan mais aussi comme l’occasion de planter de nouvelles graines pour le futur.

Agrandir

Alma-Dessin-photoshop
'La pratique de [la méditation] m'a ouvert les yeux non seulement sur ma propre capacité à me guérir, mais aussi sur les pouvoirs extraordinaires qu’ont l’art et la méditation dans la vie, même quotidienne'

Crédits photo : Alma Petit

Fragil : Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Alma Petit :  Ils vont dans deux directions. Tout d’abord en tant que danseuse, j’ai envie de continuer à approfondir ma pratique en tant qu’interprète. J’y ai repris goût récemment en travaillant avec plusieurs chorégraphes. J’ai remis le pied à l’étrier et ça me plaît beaucoup. J’ai hâte de retravailler dans cette direction-là.
Il y a également l’axe pédagogique car cela a été une belle découverte que d’enseigner l’improvisation avec mon père cette année. Une chose que l’on aimerait mettre en place en famille serait de donner des stages d’improvisation et d’art-thérapie avec mon oncle qui est artiste et thérapeute. Ça serait une belle aventure. Et puis de mon côté, j’ai aussi envie d’intervenir en entreprise, d’aider les gens à se sentir plus en phase avec eux même, moins décalés, moins stressés. J’ai envie d’aller là où il y a de joie, là où c’est simple.

Doreen 4 © Charlotte Corman HD

« Doreen » au lieu unique : histoire d'un dernier soir

Tomboy_704_2

Féminin égale masculin, masculin égale féminin

Du plus loin que je me souvienne, ce qui fait « l'Homme » au regard d'une société, d'une culture, du temps ou de toute autre chose a toujours été au centre de mon attention... J'exploite et mets en œuvre ce qui me semble le plus juste au regard de ce qui se donne à vivre et à partager.

L'édito

Féminin égale masculin, masculin égale féminin

Il y a quelques jours, je déambulais dans un centre commercial, pour « tuer le temps ». Je me suis perdue dans les méandres d’un magasin de maquillage, Kiko. Je ne sais ni pourquoi, ni comment j’y suis arrivée, mais j’y étais. Trois jeunes filles se tenaient là, à s’emparer de tous les produits « testeurs ». Elles appliquaient les fards à paupière, rouge à lèvre et blush sur leurs visages comme on ajoute de la peinture sur une toile. Le petit frère de l’une d’entre elle, en retrait, observait sa sœur et ses copines ricaner. Une vendeuse s’approche de lui, il la regarde, et lui dit : « J’aimerais bien me maquiller ». Elle lui répond, d’un ton désolé mais sec : « Ce n’est pas pour toi ce qu’il y a ici, c’est pour les filles ». Attristé, l’air peiné, il surenchérit : « J’aimerais bien devenir une fille ». La jeune femme me regarde, gênée, et rétorque : « Ce n’est pas possible ». « Si c’est possible ! » affirme-t-il, blessé et déconfit après cet échange reflétant un triste phénomène sociétal où les stéréotypes et clichés de la fille-princesse et du garçon-bricoleur ont bon genre.
Je regarde à mon tour la vendeuse qui se tait, je m’approche du petit garçon et lui dit « Oui c’est possible. Si tu as envie de te maquiller, tu le peux. Si tu as encore envie de devenir une fille quand tu seras un peu plus grand, oui, c’est possible ». Peut-être était-ce la simple réflexion passagère d’un petit garçon qui envie sa sœur, peut-être étaient-ce les prémices d’une intense bataille qui relève d’un profond mal-être.
Nous avons créé des cases, dans lesquelles nous plaçons les gens. Ces cases se basent sur cette « norme » ne représentant pas les multitudes d’individualités qui se côtoient sur cette planète. Qu’appelle t-on « différence » ? Qui sommes-nous pour juger l’autre, l’inconnu ? Céline Sciamma a fait de ces questions une œuvre ; en Suède, ils ont créé un pronom neutre, ni masculin, ni féminin, le « Hen » ; en Polynésie, il y a les mahu et rae rae, tradition millénaire ; Manny Gutierrez est devenu la première égérie maquillage masculin pour la marque Maybelline New York, en janvier dernier. Les temps évoluent, mais le plus dur reste à faire : Zak Ostmane, jeune militant LGBT, en est la récente preuve : il a été victime d’un véritable calvaire, au nom de la différence, ou plutôt devrait-on dire, de la diversité. Cette diversité devrait être une force, et non une source de discrimination. Ne laissons pas cette confusion régner.

Aurélie Clément – Mars 2017

2017
mars
24
DSC_0159

Le THéâTRe aMOk au festival Turbulences

17
Tomboy_704_2

Féminin égale masculin, masculin égale féminin

17
Alma Saut-photoshop

Entrez dans la danse

17
Doreen 4 © Charlotte Corman HD

« Doreen » au lieu unique : histoire d'un dernier soir

17
untitled_design_15-2894483

Une nuit blanche au nom de la Science

10
Kery James HIPOPsession ©CLACK-David Gallard-78

Kery James, vainqueur par KO

10
GAELFAYE-080317 (7)

Gaël Faye, abyssal

10
Chill Bump @ Barakason de Rezé

Énergie 100% hip-hop

10
Une-lucia di lammermoor - marie pétry

"Lucia di Lammermoor" à Tours : la folie en partage

09
internet archive

Internet n'oublie jamais

03
Simpsons complot

Infos et usages d'infaux

03
Répétitions ensemble LINKS au CCNN 02

À la Folle Journée, dansez comme vous êtes !

03
Interview de Antiom Temnikov, réalisateur du film No Comment

Le cinéma russe dans l’objectif d'Artem Temnikov

02
édito journée femme

8 mars : 100 ans de luttes féministes, finalement ce n’est pas si loin… de nous !

février
24
IMG_3362

Clément Pascaud et l'entre-deux mondes

24
cof

Le hip-hop est vivant !

24
Pumpkin & Vin'S da Cuero 1 (© Bastien Burger)

Pumpkin et Vin’S da Cuero prennent de la hauteur

24
Alix D Vaute 30x40 cm 2015

Delphine Vaute, l'illustration pas très sage

10
Affiche chronographe

Le Chronographe : la machine à rattraper le temps

10
derrièrelaporte_une

"Derrière la porte" : un récit interactif pour dénoncer les violences conjugales

10
Featured Image Placeholder

Hé Ho, du bateau !

10
DSC02600(1)

« L'Opéra de quat'sous est d'une actualité effrayante »

janvier
27
boilerroom-banniere

Un Nid branché

27
Melomaniac

Musique au cinéma : l'accord est presque parfait

27
womensmarch-nation

Rangez ce zizi que je ne saurais voir

2016
décembre
23
fcn_tifo

Pour retrouver le jeu À la nantaise !

23
Folk Journée une

Est-ce que tu Baez ?

23
Les Sales Gosses

Nantes : portraits de bars

23
Featured Image Placeholder

Un vœu pour Noël

16
alep-yassine latrache

Alep : un silence assourdissant

16
dscf2294

The Rusty Bells : rencontre sur la planète rouge

16
Tissé Métisse 2016 x Oum

Métissage en images

16
trans-2016-une

Fragil en Trans

16
motorama-11

Talitres is 15

09
DJ EMI @BKS Rezé

JP Supermanova

09
hiphop-

Hip Hop, une histoire française : enfin un livre de référence !

09
seaofminds

Sea of Minds et Bar-bars : la partie émergente

09
lesditionsalberti-sadbouftass

Saïd Bouftass : de l’esthétisme au combat sociétal

08
TisséMétisse2016

Tous métissés !

08
Bar-Bars

Festival culture Bar-bars : le live réinvestit la ville !

02
hindizahra

Hindi Zahra, terre de contrastes

02
René Magritte, La trahison des images, 1929, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

Magritte, la philosophie de l’invisible réalité

02
couv

Inrocks Festival 2016 : Incubateur de talents

02
conf-gest

Je lutte donc je suis

02
img_9464

Wax Tailor : Worldwide music

02
photographe

Photos de concert : le gavage

novembre
25
erik-lhomme

Au fond du roman, la magie – Entretien avec Erik L’Homme

25
redouanneharjane

Redouanne Harjane, poète d’une époque inepte

25
motorama_2015_by-maria-bartulis-banniere

De Nantes à Bordeaux : une ode à Talitres

25
Featured Image Placeholder

Less is (Gil)more

25
christophe

Christophe, électrolibre

18
Affiche des Utopiales déssinée par Denis Bajram

Rafik Djoumi, héraut des geeks

18
Cate Le Bon

Cate Le Bon : héroïne malgré elle

18
soy

Je suis passé chez Soy

18
yaltaclub

Artistes émergents au MaMa Festival : off the record

18
éditospaceoddity-AurélieClément

Space oddity : vers l'infini et l'au-delà

11
loupdessteppes-16

Il faut encore porter le chaos en soi pour donner naissance à une étoile dansante

11
Suuns

Suuns : rock band pointu

11
labo_logo_new

Le Labo-ratoire des plaisirs (exotiques)

11
Swans de gauche à droite : Christoph Hahn, Paul Wallfisch, Phil Puleo, Christopher Pravdica, Norman Westberg et Michael Gira

Swans : incantations et bouchons d’oreilles

11
édito-aurélieclement

La France sauvée grâce à la retraite musicale de Maître Gims ?

04
bandeau_15-ans-talitres

Premier organe auditif, le cœur - Rencontre avec Sean Bouchard

04
sonor#9-AC

Festival [Sonor] : l'humanité sur écoute

04
interviewtanguymalikbordage

Projet Loup des Steppes : l'équilibre à mi-chemin entre deux extrêmes

04
leila-slimani-librairie-decitre-a-so-ouest

Leïla Slimani, derrière le symbole

04
Ideas box

Ideas Box : à portée de livre

octobre
28
Featured Image Placeholder

Le monde barjot d'Adam Green

28
Le festival Sonor à Trempolino

[SONOR]#9 - Sauvons la création radiophonique

28
Corrina Repp NB

Corrina Repp : la condition artistique humaine

28
Librairie Echos

Echos-graphie du Proche-Orient : l’imagerie d’un monde pluriel et culturel

27
illustration-formations-pro-fragil-nantes

Avec Fête le mur, Fragil chausse les baskets

26
cof

Avec Fête le mur, Fragil chausse les baskets

21
ohn Singer Sargent (1856-1925), Ellen Terry en Lady Macbeth, 1889. Tate Britain, Londres. © Tate, London 2016

« Tout art est parfaitement inutile »

21
L'enfant et les sortileges

Ravel à la Scala de Milan : Revanche poétique de l'ordre des choses

21
René Magritte, Décalcomanie, 1966, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Arts visuels

21
2016-10-08_chantsbatons_j-ronnet-nicolle

Climate Chance : l'allégorie de La Poule aux oeufs d'or

14
Featured Image Placeholder

Zodiac : Fincher vs. Graysmith

14
Différentes ambiances

The Bad Plus : trois mecs simples à la recherche de la beauté

14
perturbator-scopitone 2016-1000x600

Scopitone donne sa grand-messe électronique sous les Nefs

14
La création de Julien Grosvalet La Première Vague, présentée lors du spectacle Plateau H à Onyx.

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Spectacles

14
La façade du Mékano à Rezé

Le Mékano joue sa mécanique affable by Eskat & Korsé

09
Expressions et médias : les ateliers journalistiques de Fragil à la fac

Expressions et médias : les étudiants prennent la parole

07
L'homme de théâtre Jorge Lavelli.

Événement : Jorge Lavelli retrouve Copi à l'Opéra de Rennes

07
La danseuse Elena Annovi lors de la soirée d'ouverture du festival Scopitone

Et la lumière fut : ouverture du festival Scopitone

07
cate le bon

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Musique

07
Katherine Wolkoff - Deer beds (exposition à l'Atelier)

Le huitième art attend son heure

07
mosquee-assalam

Ouvrir grand les portes

septembre
26
Fragil anime des cafés numériques jeunes à Dclic

Des goûters pour comprendre le numérique

16
conan-motoc-6-sur-6

Doom conquérant et Dark Fantasy : rencontre avec le groupe Conan

16
Traviata St Céré 2016

Rencontre : Burcu Uyar et Julien Dran jouent « Traviata » à Saint-Céré

16
Ko Ko Mo / Merwann Abboud

Un « Jours de fête » musicalement explosif

02
Larry Garner

Les Rendez-vous de l'Erdre 2016 : 30 ans les pieds dans l'eau

août
26
TShirts Fragil

Memorabilia

26
Agnostic Front Motocultor

Motocultor 2016 : le metal résonne en terre bretonne

26
ROMEO ET JULIETTE -
De William SHAKESPEARE -
Mise en scene d Eric RUF -
Choregraphie : Glyslein LEFEVER -
Le 24 11 2015 -
A la salle Richelieu de la Comedie Francaise -
Photo : Vincent PONTET

« Roméo et Juliette » à la Comédie-Française : précipice amoureux

26
Hilldale

Hilldale, retour vers le futur de l'indie-pop

12
rio-janeiro-jo-fragil

Plus vite, plus haut, plus fort

12
rio-janeiro-jo-fragil

Médias sans médaille

12
São Paulo, 17 de Maio de 2010
PoliticaA candidata Dilma Roussef do PT gravou uma entrevista com o apresentador Ratinho nos Estudios do SBT.

Derrière les JO, le Brésil implose

12
louis-arlette-rock-in-loft-francofolies

Rock in Loft en off des Francofolies de La Rochelle

05
Iggy Pop aux Escales 2016 à Saint-Nazaire

Musiques d'un monde

05
Iggy Pop Photo Patrice Molle

L'iguane en escale

05
Festival Dub Camp

Uplifting Vibrations

05
ob_176fc2_l4057

La terreur sans visage

juillet
29
Francos2015_viseuel-HORIZONTAL

Les Francofolies en mode électro swing

29
moi-daniel-blake-fragil

Ensemble

29
moi-daniel-blake-fragil

Hommage à la marge

29
une

Mon baptême Hellfest

22
Yas

Attentat de Nice : indécences et désintox

15
"Le numérique a vraiment aidé la pornographie, car ça l’a démocratisée et ça l’a rendue normale."

Le conseil aux clients, dernier rempart des sex-shops face au porno version numérique ?

15
Hellfest ban Mathilde Colas

Hellfest 2016 : coups de cœur x 3

15
Featured Image Placeholder

Partage et plaisir

15
Solidaroots

Europ'Raid : trois bourlingueurs à travers l'Europe

08
Featured Image Placeholder

Exceptionnel mois de juin

08
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg

« Les maîtres chanteurs » à l’Opéra Bastille : « Comment donner une mesure à l’infini… »

08
Hellfest

Hellfest 2016 : douceurs obscures et accords ardents au royaume du metal

08
Jade Puiroux et Vincent Lhoste

Le numérique, espoir pour les personnes handicapées

juin
24
Pour les 30 ans de Jet FM, retour en 1986.

Jet FM : 30 ans de vol sur les ondes

24
Featured Image Placeholder

Ne pas se faire manger

24
Conscientes du retour en force du vinyle, les grandes maisons de disques décident de sortir de plus en plus de vinyles, en rééditant de grands classiques

Vinyle : l’objet d'art face au business

24
Happening anti corrida place Royale.

« Corrida : la honte ! »

23
Le jazz est-il encore possible

Le jazz est encore possible !

20
map

Nuages de mots, alternatives et antipodes…

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Le retour du vinyle

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03
hellfest bannière

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27
Doc Gyneco

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20
photo-saint-pierre-fragil-01

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13
bancgt

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29
Cabaret-Olivier-Desbordes

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29
Entre-les-lignes-valises

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21
Slogan-loi-travail-nantes-FRAGIL

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21
modigliani-lille-lam-fragil

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16
ibrahim-maalouf-nantes-fragil

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15
gentlemen-dub

Gentlemen du dub (not) only

15
Nuit-debout-nantes

Rêve général

15
Louise-attaque6

Louise contre-attaque

mars
11
BANlarge

Do you speak Irakien ?

05
editions-etau-fragil

Au cœur de l’Étau

février
19
banlarge

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05
banlarge

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
septembre
11
datapulte-goleaks-fragil

GO leaks : le Wikileaks du Grand Ouest

août
21
khe0ps-hacker-fragil

Khe0ps : "La protection des sources sur le web, c’est zéro"

juin
19
web2day-fragil-2015

Médias : les entrepreneurs en mode start-up

mai
07
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les médiathèques tournent la page

avril
12
une

"Sous les pavés, la plage !"

2013
juin
21
chilly-gonzales-cc-fragil

La leçon de piano de Chilly Gonzales