6 octobre 2017

Les Belles Histoires de la cité nantaise…

Cela résonne comme un air de BD oubliée ! Semblant faire écho aux belles Histoires de l’Oncle Paul - Vous souvenez-vous de ces planches de BD historiques qui berçaient les Spirous des années 50 ? Le 9ème art fait peau neuve et s’amuse aujourd’hui à revisiter l’Histoire des villes. A l’instar de ses ancêtres belges, la collection Petit à Petit sort le premier tome de "L’histoire de Nantes en BD" ce vendredi 6 octobre. C’est une manière originale de découvrir Nantes et son passé, ainsi que des pans de son histoire méconnus. Ce premier tome permet de découvrir l’histoire de Nantes en partant de l’Antiquité (l’An 21) jusqu’aux prémices du 15ème siècle.

Les Belles Histoires de la cité nantaise…

06 Oct 2017

Cela résonne comme un air de BD oubliée ! Semblant faire écho aux belles Histoires de l’Oncle Paul - Vous souvenez-vous de ces planches de BD historiques qui berçaient les Spirous des années 50 ? Le 9ème art fait peau neuve et s’amuse aujourd’hui à revisiter l’Histoire des villes. A l’instar de ses ancêtres belges, la collection Petit à Petit sort le premier tome de "L’histoire de Nantes en BD" ce vendredi 6 octobre. C’est une manière originale de découvrir Nantes et son passé, ainsi que des pans de son histoire méconnus. Ce premier tome permet de découvrir l’histoire de Nantes en partant de l’Antiquité (l’An 21) jusqu’aux prémices du 15ème siècle.

Fragil a rencontré Karine Parquet, journaliste indépendante nantaise et scénariste de l’Histoire de Nantes en BD. C’est au Bar Restaurant La Tonnelle près du Pont Saint Mihiel qu’a eu lieu notre rencontre. Sur le modèle des autres docus BD publiés aux éditions Petit à Petit, la journaliste nous livre ici son premier tome, fruit d’un travail minutieux avec les illustrateurs Emilien François, Kévin Bazot, Cédric Benoist et Sara Nativel.

Agrandir

PHOTO-COUV_entière
La couverture de Nantes en BD

Editions Petit à Petit

Fragil : D’où est venue l’idée de ce projet ? Pourquoi avoir choisi de retranscrire l’Histoire de Nantes en BD ?

Karine Parquet : L’idée est venue de la rencontre avec l’éditeur de la maison Petit à Petit. Il avait déjà débuté une collection autour des villes en BD avec les villes de Rouen et du Havre. On s’est rencontrés par le biais professionnel et quand il a vu que j’étais passionnée d’histoire et de BD (je suis journaliste et je me suis intéressée petit à petit à l’histoire en travaillant notamment pour Ça m’intéresse Histoire), il m’a fait découvrir  la collection qui existait déjà. Je me suis dit « c’est génial, c’est cela que je veux faire sur Nantes ! » A partir de là il m’a fait confiance pour créer cet album ! Je me suis occupée de toute la partie écrite (le scénario et toutes les pages documentaires). J’ai aussi supervisé l’ensemble du projet ! C’est moi qui suis allée chercher les dessinateurs. J’ai travaillé en lien aussi avec les maquettistes et je suis partie à la rencontre des divers acteurs de Nantes, notamment des archéologues du patrimoine de la ville de Nantes qui m’ont bien appuyé pour le montage de ce projet.

« L’idée était de choisir des moments de l’histoire de Nantes qui l’ont marquée durablement ou qui sont toujours ancrés dans la toponymie de la ville à l’heure actuelle. »

Fragil : Le passé de Nantes est riche en histoire, comment s’est passée la sélection des dates et événements clés ?

Karine Parquet : L’idée était de choisir des moments de l’histoire de Nantes qui l’ont marquée durablement ou qui sont toujours ancrés dans la toponymie de la ville à l’heure actuelle. Prenez par exemple l’évêque Saint Félix, il a fait beaucoup de choses pour la ville au 6ème siècle. Il est présent partout à Nantes aujourd’hui mais peu de personnes savent qui il est et ce qu’il a fait ! Cela me paraissait donc indispensable de parler de lui. C’est comme cela que j’ai fait mes choix. C’est une somme de travail assez conséquente ! Là j’y ai passé un an ! Cela demande entre autres de fouiller les archives, de se plonger à cœur perdu dans l’histoire de Nantes. J’ai tout relu, j’ai noté les événements marquants et j’ai essayé de voir ce qui pouvait aussi être raconté en bande dessinée !

« Cette collection cherche à questionner les lecteurs autour du passé de la ville. »

Fragil : En choisissant d’écrire une BD sur l’Histoire de Nantes pour la collection L’histoire dans l’Histoire des éditions Petit à Petit, j’imagine qu’il y a des règles à respecter ?

Karine Parquet : Le principe commun à chaque ouvrage est d’avoir un chapitre avec une période historique, des pages documentaires qui viennent compléter les planches et puis un petit fil rouge au sein de chaque histoire. Il permet de pouvoir lire la BD dans sa globalité même si on passe d’un siècle à l’autre à chaque fois (le fil rouge ici est l’amulette de paon). Il y a aussi un autre petit fil rouge que je laisse le soin aux curieux de découvrir par eux-mêmes. Après c’est aussi la ligne éditoriale qui est similaire. L’objectif étant d’avoir un rendu instructif et ludique pour tout public, passionné ou non d’histoire, originaire de la ville ou d’ailleurs… Cette collection cherche à questionner les lecteurs autour du passé de la ville, qu’on se dise : « Ah oui c’est vrai il y a eu une cité antique avant… », « Ah bon les vikings sont venus jusque ici… » !

« J’avais cependant très envie de travailler avec des dessinateurs locaux parce qu’ils connaissent déjà la ville et en sont imprégnés ! »

Fragil : Vous avez travaillé avec des jeunes de l’Ecole privée Pivault à Nantes, celle-ci a par ailleurs formé des grands noms de la bande dessinée (Riad Sattouf Les Cahiers d’Esther par exemple), et propose un cursus spécialement orienté bande dessiné, pourquoi avoir choisie des dessinateurs de cet institut ?

Karine Parquet : Je n’ai pas choisi de travailler avec des dessinateurs de l’école Pivault spécialement. C’est une coïncidence ! Cependant, j’avais très envie de travailler avec des dessinateurs locaux parce qu’ils connaissent déjà la ville et en sont imprégnés ! Je trouve que cela se ressent dans les dessins! Et puis, l’esprit de la maison d’édition est de mettre en avant des jeunes talents ! D’autre part, l’école Pivault propose un apprentissage axé autour du dessin réaliste. Pour ce type de BD, on cherchait justement une approche qui touche au plus près du réel. Le but étant de proposer une véritable reconstitution historique. En consultant divers blogs de dessinateurs, j’ai sélectionné par hasard des jeunes et il s’avérait qu’ils sortaient de la même promotion de l’école Pivault.

Agrandir

emilien-cedric-et-sara-au-chateau
Emilien François, Cédric Benoist et Sara Nativel en signature au Château des Ducs de Bretagne

Karine Parquet

Fragil : Vous évoquez le fait que cette BD puisse être un support pour découvrir la ville de Nantes, comment l’utiliser justement ?

Karine Parquet : Pour moi, le pari est gagné si les lecteurs se disent : « Tiens dans cette rue on voit le monument de la photo que j’ai vu dans la BD ! » ou alors « Tiens là c’est la plaque qui commémore Barbetorte et la libération de Nantes (Le Duc de Bretagne qui repousse les envahisseurs normands et libère la ville de Nantes au 10ème siècle) ». Je me dis c’est réussi aussi si cela donne envie aux lecteurs de faire des recherches supplémentaires !

« Je me dis c’est réussi aussi si cela donne envie aux lecteurs de faire des recherches supplémentaires ! »

Fragil : La ville de Paris publie aussi son premier tome aux éditions Petit à Petit « Le Guide de Paris en BD » (qui paraîtra à la fin du mois). Celui-ci propose une carte de la ville et des stations de métro, choses que l’on ne trouve pas dans L’Histoire de Nantes en BD… Pourquoi ne pas avoir envisagé d’en insérer ?

Karine Parquet : La BD qui sort sur Paris est complètement différente. J’ai aussi travaillé dessus ! On est 5 scénaristes et 30 dessinateurs à avoir travaillé sur ce gros projet ! L’idée a été de choisir 30 lieux de la capitale à mettre en avant. On rejoint notre ligne éditoriale sur le fait qu’on est toujours dans le genre docu BD : On va raconter une anecdote sur le lieu en 3 planches puis conclure par 2 pages de documentaires. Ce qui est différent ici c’est qu’on est plus proche du guide touristique. On y trouve les lieux à visiter dans le coin, les anecdotes insolites, le libraire sympa du coin… C’est pour cela qu’il y a un plan du métro, avec la station proche qui est indiquée ! On espère là aussi qu’on va développer cette collection, que celle-ci va s’agrandir par la suite !

Agrandir

PLANCHE-01
Planche de la BD Nantes

Editions Petit à Petit

Fragil : Un guide de Nantes en BD pourrait alors aussi s’envisager …

Karine parquet : Oui tout à fait ! Sachant que les deux sont différents, ils sont aussi complémentaires. Dans le guide, on part des lieux alors que dans l’Histoire de Nantes on commence par les faits historiques ! Dans la BD de l’histoire de Nantes je raconte l’histoire d’Argiotalus. Ce personnage de l’Histoire de Nantes n’a aujourd’hui aucune trace visible dans la ville et pourtant je lui consacre un chapitre. Dans un éventuel guide de Nantes, on pourrait l’évoquer à travers un petit encart, mais cela s’arrêterait là. Dans le guide, on parle de ce que l’on voit !

« Le but pour nous est d’utiliser ce média pour amener le grand public à s’intéresser de plus en plus aux objets historiques. »

Fragil : Quels sont les retours des villes qui ont déjà sorti leurs premiers tomes (comme Rouen qui a lancé son premier tome il y a deux ans) ?

Karine parquet : Cela a beaucoup plu ! Il y a eu un très bon accueil dans les deux villes (Rouen en est à son 3ème tome et le Havre à son 2ème). Les bandes dessinées ont été retirées plusieurs fois. Les gens semblent très demandeurs de ce style de BD. Je pense que ce qui plaît c’est que c’est instructif et ludique. Beaucoup de personnes présentent une appréhension face à un « gros bouquin d’histoire ». La bande dessinée elle propose une approche immédiate. L’image happe et on est tout de suite plongé dans l’histoire, c’est cela qui est magique ! Le but pour nous est d’utiliser ce média pour amener le grand public à s’intéresser de plus en plus aux objets historiques.

Agrandir

PLANCHE-02
Planche de la BD Nantes

Editions Petit à Petit

Fragil : Et vous quand vous visitez une ville, qu’est ce que vous recherchez?

Karine Parquet : (Elle réfléchit) C’est difficile à dire. Cela dépend vraiment des villes et des attentes que je peux avoir ! En règle générale j’aime être surprise : découvrir un petit immeuble improbable au détour d’une rue coincé entre deux tours ultra récentes cela m’interroge. Comment a t-on réussi à préserver cela ? Pour moi les différences font le cachet d’une ville. Qu’est ce qui la fait battre et la rend si unique ? Dans chaque cité, il y a aussi une part d’émotionnel, de contacts humains. Pour moi, il faut des rencontres pour apprivoiser une ville ! On ne peut pas la connaître juste en passant ! En cela, La BD est très intéressante. On peut mettre les personnages en action, ce qui crée de la vie, une ambiance. Deux trois cases sont dessinées et ensuite l’imaginaire poursuit l l’histoire ! C’est d’ailleurs cela aussi que j’essaye de montrer à travers la BD : il y a eu une vie avant, des personnes y ont vécues et ont fait ce qu’elle est aujourd’hui !

Agrandir

karine-au-chateau
Karine Parquet en signature au Château des Ducs de Bretagne

Karine Parquet

Fragil : Nantes est une ville très appréciée des touristes étrangers, une adaptation en langues étrangères est-elle prévue ?

Karine Parquet : L’éditeur aimerait beaucoup traduire certains de ses ouvrages. D’ailleurs, on commence à faire des festivals de BD en Europe. Il y a sûrement certains ouvrages qui vont être amenés à voyager un peu… Mais pour l’heure, ce n’est pas un projet en cours.

« Il est vrai que cela répond à une véritable attente du public actuel : apprendre des choses à travers la BD. »

Fragil : Tout à l’heure vous nous parliez de l’Histoire de Nantes en tant que Docu BD, pouvez nous nous en dire un peu plus ? Est-ce le même genre que les BD reportages lancées dans la presse alternative des années 70/80 par Cabu et Jean Teulé (un genre auquel les BD Persépolis de Marjane Satrapi et Palestine de Joe Sacco s’apparentent) ?

Karine Parquet : On appelle docu BD un ouvrage qui présente une approche documentaire et historique. Cette mouvance dont vous parlez (Persépolis) c’est plus de la BD reportage, de la biographie On est plus dans l’émotion, la subjectivité. Nous, ce n’était pas du tout ce que l’on recherchait puisque notre but était de rester le plus objectif possible ! D’autre part, on n’est pas que sur du récit, puisqu’on intercale des pages documentaires en parallèle de la bande dessinée ! Pour moi ce n’est pas comparable du tout ! Par contre, il est vrai que cela répond à une véritable attente du public actuel : apprendre des choses à travers la BD. Quand on prend du recul, cela fait peu de temps finalement que la BD est entre les mains des adultes. C’est un art qui se transforme énormément en ce moment ! On propose quelque chose de nouveau, à mi chemin entre le « bouquin d’histoire » et la bande dessinée ! Aujourd’hui les journalistes ont tendance à parler de docu BD pour tout mais c’est comme le film documentaire au cinéma, il en existe plusieurs formes !

« Il y a eu forcément des émotions, des rencontres qui ont fait l’histoire de la ville, qui ont poussé les hommes à prendre des décisions ! »

Fragil : Qu’est ce qui vous a le plus surpris dans l’Histoire nantaise ?

Karine Parquet : Je dirais que ce qui m’a le plus amusé c’est d’apprendre que la ville a été désertée tout un moment ! Les élites l’ont délaissée. Nantes était une ville importante pendant l’Antiquité et tout à coup la vie a presque disparue ! Les vikings y ont bien contribué en la pillant et en dévastant la région (du VII aux Xème siècles) ! C’est grâce, entre autre à Barbetorte qu’elle a pu renaître de ses cendres par la suite! La ville aurait très bien pu restée dans l’oubli. Cela m’intrigue ! Justement, pourquoi Barbetorte a eu autant envie de reconquérir cette ville ? Pourquoi n’a-t-il pas choisi de reconstruire une autre cité un peu plus loin ? C’est cela qui est chouette dans l’histoire, il reste pleins de choses en suspens! Pleins de facteurs différents ont peut être relancé la ville, ce n’est pas juste Barbetorte ! Il y a eu forcément des émotions, des rencontres qui ont fait l’histoire de la ville, qui ont poussé les hommes à prendre des décisions !

« Pour moi les personnages féminins sont très importants. »

Fragil : En parlant des personnes qui font l’histoire de la ville justement… Si vous aviez la possibilité d’être un homme ou une femme de l’histoire de Nantes, qui auriez-vous aimé être ?

Karine Parquet : J’aime bien Aliénor d’Aquitaine. Il y a aussi Anne de Bretagne qui est un personnage exceptionnel ! Elle a une force en elle ! En plus elle a été deux fois reine de France… (Rires) D’ailleurs je cite les deux femmes qui ont été deux fois reines (ndlr: Aliénor d’Aquitaine a été Reine de France puis d’Angleterre) ! Pour moi les personnages féminins sont très importants. Une archéologue avec qui j’ai travaillé m’a dit qu’elle trouvait bien que je les mette en avant dans la BD, car on oublie que les femmes avaient un rôle clé à l’époque. Prenez la guerre des deux Jeanne je trouve cela génial. En lisant les écrits on a l’impression qu’elles s’attachent plus au pouvoir que leurs propres maris. Les historiens ont longtemps délaissé l’histoire des femmes. Quand j’ai écrit le scénario, pour moi il était important de remettre les femmes au cœur de l’histoire. Ne serait ce déjà que par le biais du fil rouge : l’amulette qui correspond à Junon la Déesse de la Fertilité. Avant la loi salique, l’héritage se passait via les femmes. Quand Anne de Bretagne reprend le Duché personne ne s’y oppose ! Avec notre vision actuelle on a tendance à oublier cela. De l’Antiquité au 15ème siècle, je pense que les femmes avaient une présence beaucoup plus importante que par la suite. Pour le tome 2 je penne un peu plus à trouver des personnages féminins. Puisque passées Anne et Claude, on arrive dans cette période où il y a eu une vraie régression de la place de la femme. On commence à en revenir un peu…

Fragil : Pouvez-vous nous dévoiler quelques bribes du tome 2 ?

Karine Parquet : Il y a beaucoup d’ouvrages qui sont sortis sur l’histoire de Nantes, surtout après le 15ème siècle. Dans le second tome, j’aimerais proposer l’anecdote en plus, celle que l’on ne connaît pas car cette période a été mainte fois traitée.  Il sera question de partir du 15ème siècle avec François 2, Anne de Bretagne et aller jusqu’à un peu avant la Révolution Française.

Agrandir

couv-Nantes-T1-volume-aout
Couverture du Tome 1 de la BD Nantes

Editions Petit à Petit

Retrouvez Karine Parquet et trois des dessinateurs ce samedi 7 octobre à la Mystérieuse Librairie de nantes de 15h à 19h.

Et samedi 14 octobre au Centre Culturel Leclerc Paridis de 15h à 18h en compagnie de 2 des dessinateurs.

BAM, le TU lance sa saison !

« Hommage à Metropolis » : le street art s’invite en centre-ville

L'édito

#balancetonporc

Voilà quelques jours que ce nouveau hashtag a fait son apparition sur Twitter (depuis l’explosion de l’affaire Weinstein et son torrent d’accusations). Et force est de constater que le flot de témoignages d’harcèlement ou pire de viols ne cesse de se développer sur le réseau (plus de 160 000 témoignages à ce jour). Autant de femmes qui osent parler, témoigner, pour que ces agissements soient dévoilés au plus grand nombre.
En tant qu’homme de bientôt quarante ans, je suis effaré par le nombre et par la teneur de ces témoignages. J’étais loin d’imaginer qu’autant de femmes avaient été victimes de ces atroces agissements masculins et que la France était à ce point gangrénée. On connait pourtant le nombre hallucinant de plaintes pour tentatives et viols enregistrées par an en France (15 848 en 2016, soit une moyenne de 43 par jour !). Et ce chiffre ne prend évidemment pas en compte le nombre de femmes qui choisissent de se taire (le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes estime que chaque année, 84 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de viols ou de tentatives et il s’agit d’une estimation minimale).
Ce qui parait le plus affligeant, ce sont les réactions masculines en réponse aux cris de ces femmes. Il y a ceux qui tentent de justifier ces comportements ignobles, ceux qui préfèrent y voir un tissu de mensonges, ceux qui protègent l’honneur de la gent masculine, ceux qui comparent ces dénonciations à l’époque de la collaboration, ceux qui préfèreraient qu’on parle des mecs super cool, ceux qui en profitent pour donner une leçon aux femmes et ceux qui affirment haut et fort qu’ils ne dénonceraient jamais les coupables. Ces dérapages sont tout bonnement honteux !
Cependant, pour éviter que l’on croit que je suis un ange, j’ai, moi aussi, regardé avec insistance une femme que je trouvais belle dans les transports en commun. J’ai, moi aussi, avoué à une femme que je la trouvais ravissante. Mais je ne me suis jamais autorisé plus. Sûrement grâce à mon éducation qui m’a permis de grandir avec un respect infini pour les femmes. Parce que c’est d’une femme que nous venons tous…
Je crois que, pour une des premières fois de ma vie, j’ai honte d’être un homme.

2017
octobre
20

Ibeyi fait vibrer le Stereolux

19
Featured Image Placeholder

#balancetonporc

18

Dans l’expectative de l’amélioration des conditions de voyage

18

Un barbier au théâtre de l’Usine : « Vive la joie »

13

La soul de Sugaray Rayford dynamite le Ferrailleur !

11

Le gel des contrats aidés jette un grand froid

09

Le Ferrailleur, chaudron des musiques actuelles

06

« Hommage à Metropolis » : le street art s’invite en centre-ville

06

Les Belles Histoires de la cité nantaise…

septembre
29

BAM, le TU lance sa saison !

28

La mode solidaire aux Dervallières

28

« Les noces de figaro » de Saint-Céré : dernier sourire…

15

Nantes Digital Week : La culture sous le signe de l’innovation

14

Clap dans les bars : les jeunes créateurs débarquent en ville !

14

Charlotte Despaux et Anas Séguin à Saint-Céré: l’étoffe des grands

08

Les 100 ans du Concorde : dénouement prévu pour ce week-end

08

Froth, le shoegaze en héritage

08

La Route du Rock 2017 : retour gagnant

août
29

Les RDV de l’Erdre 2017 : les incontournables de la programmation

26

Cypress Hill retourne le festival Couvre Feu

25

Rosenkavalier à Cardiff : une comédie du temps qui passe

juillet
31

La gratuité en question

18

L'éclectisme de Beauregard

07

Fragil, une nouvelle vague

juin
30

Coup de cœur à Saint-Céré : une Traviata intime…

28

Les Boîtes (la suite)

23

La Compagnie Frasques dé-Boîtes

16

« Tannhäuser » à Monte-Carlo: La pureté rédemptrice

06

Inüit en acoustique

mai
24

« Datappert », informer à travers les données

15

"Aux origines du surréalisme" : les quatre cent coups

15
ELL

« Entre les lignes » : la migration comme source de richesse

15
jeunesse

Roulez jeunesse !

15

Conjuguer « Colibris » à l’avenir

15

« Hacker Alice » saison 2 – Alice au pays des merveilles… de Riaillé !

05

L’art, miroir sublimant

05
The-Wackids Florent-Larronde

The Wackids, tu seras rock’n’roll ma fille

05

« Tosca » à Tours, à travers le prisme de l’art

04

À Couëron, des élèves de CM2 fabriquent l'info !

avril
26

6 outils pour une veille numérique efficace

21

« In Bloom » : dompter le dinosaure

21

Woods : au-delà de l’ombre, la lumière

21

Charlotte Savary : l'amour au fil des saisons

20

Raphaël Brémard en Sancho Pança : « Une grande liberté sur le plateau »

19

Présidentielle 2017 : la parole des candidats passée au crible

07

Musée d'arts de Nantes : le songe d'une femme

07

Christiane Taubira à Nantes : « Notre humanité c'est l'immensité de nos cœurs »

07
Réparer les vivants ©Aurélie Clement

Le cœur d'un autre

07

Les Damnés à la Comédie Française : Dans les coulisses d’un inquiétant théâtre…

07

De ma fenêtre, je vois...

mars
31
Maxi Obexer

Briser les frontières

31

TUR-BU-DANSE !

31

Turbulences sous le soleil ?

29

Se dorader la pilule au soleil

24

Le THéâTRe aMOk au festival Turbulences

17

Féminin égale masculin, masculin égale féminin

17

Entrez dans la danse

17

« Doreen » au lieu unique : histoire d'un dernier soir

17

Une nuit blanche au nom de la Science

10

Kery James, vainqueur par KO

10

Gaël Faye, abyssal

10
Chill Bump @ Barakason de Rezé

Énergie 100% hip-hop

10

"Lucia di Lammermoor" à Tours : la folie en partage

09

Internet n'oublie jamais

03
Simpsons complot

Infos et usages d'infaux

03
Répétitions ensemble LINKS au CCNN 02

À la Folle Journée, dansez comme vous êtes !

03

Le cinéma russe dans l’objectif d'Artem Temnikov

02
édito journée femme

8 mars : 100 ans de luttes féministes, finalement ce n’est pas si loin… de nous !

février
24

Clément Pascaud et l'entre-deux mondes

24

Le hip-hop est vivant !

24

Pumpkin et Vin’S da Cuero prennent de la hauteur

24

Delphine Vaute, l'illustration pas très sage

10
Affiche chronographe

Le Chronographe : la machine à rattraper le temps

10

"Derrière la porte" : un récit interactif pour dénoncer les violences conjugales

10
Featured Image Placeholder

Hé Ho, du bateau !

10

« L'Opéra de quat'sous est d'une actualité effrayante »

janvier
27

Un Nid branché

27

Musique au cinéma : l'accord est presque parfait

27

Rangez ce zizi que je ne saurais voir

2016
décembre
23

Pour retrouver le jeu À la nantaise !

23

Est-ce que tu Baez ?

23
Les Sales Gosses

Nantes : portraits de bars

23
Featured Image Placeholder

Un vœu pour Noël

16
alep-yassine latrache

Alep : un silence assourdissant

16

The Rusty Bells : rencontre sur la planète rouge

16

Métissage en images

16
trans-2016-une

Fragil en Trans

16

Talitres is 15

09

JP Supermanova

09

Hip Hop, une histoire française : enfin un livre de référence !

09
seaofminds

Sea of Minds et Bar-bars : la partie émergente

09

Saïd Bouftass : de l’esthétisme au combat sociétal

08

Tous métissés !

08

Festival culture Bar-bars : le live réinvestit la ville !

02

Hindi Zahra, terre de contrastes

02
René Magritte, La trahison des images, 1929, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

Magritte, la philosophie de l’invisible réalité

02

Inrocks Festival 2016 : Incubateur de talents

02
conf-gest

Je lutte donc je suis

02

Wax Tailor : Worldwide music

02

Photos de concert : le gavage

novembre
25
erik-lhomme

Au fond du roman, la magie – Entretien avec Erik L’Homme

25
redouanneharjane

Redouanne Harjane, poète d’une époque inepte

25

De Nantes à Bordeaux : une ode à Talitres

25
Featured Image Placeholder

Less is (Gil)more

25
christophe

Christophe, électrolibre

18
Affiche des Utopiales déssinée par Denis Bajram

Rafik Djoumi, héraut des geeks

18
Cate Le Bon

Cate Le Bon : héroïne malgré elle

18

Je suis passé chez Soy

18
yaltaclub

Artistes émergents au MaMa Festival : off the record

18
éditospaceoddity-AurélieClément

Space oddity : vers l'infini et l'au-delà

11
loupdessteppes-16

Il faut encore porter le chaos en soi pour donner naissance à une étoile dansante

11

Suuns : rock band pointu

11
Swans de gauche à droite : Christoph Hahn, Paul Wallfisch, Phil Puleo, Christopher Pravdica, Norman Westberg et Michael Gira

Swans : incantations et bouchons d’oreilles

11
édito-aurélieclement

La France sauvée grâce à la retraite musicale de Maître Gims ?

04

Premier organe auditif, le cœur - Rencontre avec Sean Bouchard

04
sonor#9-AC

Festival [Sonor] : l'humanité sur écoute

04
interviewtanguymalikbordage

Projet Loup des Steppes : l'équilibre à mi-chemin entre deux extrêmes

04

Leïla Slimani, derrière le symbole

04
Ideas box

Ideas Box : à portée de livre

octobre
28
Featured Image Placeholder

Le monde barjot d'Adam Green

28
Le festival Sonor à Trempolino

[SONOR]#9 - Sauvons la création radiophonique

28

Corrina Repp : la condition artistique humaine

28
Librairie Echos

Echos-graphie du Proche-Orient : l’imagerie d’un monde pluriel et culturel

27

Médias : un catalogue de formations inédit à Nantes

26

Avec Fête le mur, Fragil chausse les baskets

21
ohn Singer Sargent (1856-1925), Ellen Terry en Lady Macbeth, 1889. Tate Britain, Londres. © Tate, London 2016

« Tout art est parfaitement inutile »

21
L'enfant et les sortileges

Ravel à la Scala de Milan : Revanche poétique de l'ordre des choses

21
René Magritte, Décalcomanie, 1966, © Photothèque R. Magritte / Banque d'Images, Adagp, Paris, 2016

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Arts visuels

21
2016-10-08_chantsbatons_j-ronnet-nicolle

Climate Chance : l'allégorie de La Poule aux oeufs d'or

14
Featured Image Placeholder

Zodiac : Fincher vs. Graysmith

14

The Bad Plus : trois mecs simples à la recherche de la beauté

14

Scopitone donne sa grand-messe électronique sous les Nefs

14
La création de Julien Grosvalet La Première Vague, présentée lors du spectacle Plateau H à Onyx.

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Spectacles

14
La façade du Mékano à Rezé

Le Mékano joue sa mécanique affable by Eskat & Korsé

09

Expressions et médias : les étudiants prennent la parole

07
L'homme de théâtre Jorge Lavelli.

Événement : Jorge Lavelli retrouve Copi à l'Opéra de Rennes

07
La danseuse Elena Annovi lors de la soirée d'ouverture du festival Scopitone

Et la lumière fut : ouverture du festival Scopitone

07

La folle rentrée 2016 : coups de cœur de la rédaction / Musique

07
Katherine Wolkoff - Deer beds (exposition à l'Atelier)

Le huitième art attend son heure

07

Ouvrir grand les portes

septembre
26
Fragil anime des cafés numériques jeunes à Dclic

Des goûters pour comprendre le numérique

16

Doom conquérant et Dark Fantasy : rencontre avec le groupe Conan

16
Traviata St Céré 2016

Rencontre : Burcu Uyar et Julien Dran jouent « Traviata » à Saint-Céré

16

Un « Jours de fête » musicalement explosif

02
Larry Garner

Les Rendez-vous de l'Erdre 2016 : 30 ans les pieds dans l'eau

août
26

Memorabilia

26
Agnostic Front Motocultor

Motocultor 2016 : le metal résonne en terre bretonne

26

« Roméo et Juliette » à la Comédie-Française : précipice amoureux

26
Hilldale

Hilldale, retour vers le futur de l'indie-pop

12

Plus vite, plus haut, plus fort

12

Médias sans médaille

12

Derrière les JO, le Brésil implose

12

Rock in Loft en off des Francofolies de La Rochelle

05
Iggy Pop aux Escales 2016 à Saint-Nazaire

Musiques d'un monde

05
Iggy Pop Photo Patrice Molle

L'iguane en escale

05

Uplifting Vibrations

05

La terreur sans visage

juillet
29

Les Francofolies en mode électro swing

29

Ensemble

29

Hommage à la marge

29

Mon baptême Hellfest

22
Yas

Attentat de Nice : indécences et désintox

15
"Le numérique a vraiment aidé la pornographie, car ça l’a démocratisée et ça l’a rendue normale."

Le conseil aux clients, dernier rempart des sex-shops face au porno version numérique ?

15

Hellfest 2016 : coups de cœur x 3

15
Featured Image Placeholder

Partage et plaisir

15

Europ'Raid : trois bourlingueurs à travers l'Europe

08
Featured Image Placeholder

Exceptionnel mois de juin

08
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg

« Les maîtres chanteurs » à l’Opéra Bastille : « Comment donner une mesure à l’infini… »

08

Hellfest 2016 : douceurs obscures et accords ardents au royaume du metal

08
Jade Puiroux et Vincent Lhoste

Le numérique, espoir pour les personnes handicapées

juin
24
Pour les 30 ans de Jet FM, retour en 1986.

Jet FM : 30 ans de vol sur les ondes

24
Featured Image Placeholder

Ne pas se faire manger

24
Conscientes du retour en force du vinyle, les grandes maisons de disques décident de sortir de plus en plus de vinyles, en rééditant de grands classiques

Vinyle : l’objet d'art face au business

24
Happening anti corrida place Royale.

« Corrida : la honte ! »

23

Le jazz est encore possible !

20
map

Nuages de mots, alternatives et antipodes…

17
falstaff

« Le monde entier est une farce »

17
Le Truck System pour une ambiance sound-system bon enfant devant Trempolino.

Histoires de Dub

17
Le retour du vinyle

Vinyle : un retour en trompe-l’oeil

10
Meis en concert à La Roche-sur-Yon lors du festival Hip OPsession 2016.

Hip Hop got talent

09
L'équipe du Nelson Times

Un nouveau média lycéen à Nantes : le Nelson Times

08
Alice au pays d'Ancenis

Alice au pays des merveilles… d’Ancenis !

03

Au Hellfest, les 10 commandements tu respecteras

02
Fatma Ben Hamad auprès d'écoliers d'Ancenis

Fatma Ben Hamad : du pastel à gratter

mai
27

Doc Gynéco reprend les consultations

27
Photo Robin Santus

Robin Santus, l’argentique dans la peau

27
Ma vie de cannette

Ma vie de cannette

24
notre ordinateur laisse plein d’autres traces sur le web, qui sont autant de critères d’identification

Sur le web, sortez couverts !

20

Photo Saint-Pierre : la résistance argentique

13

La CGT n'aime pas la pluie

12
Featured Image Placeholder

Édito de la semaine

avril
29

Fête suspendue au dessus d'un gouffre

29

« Qu’avez-vous donc mis dans votre valise ? »

21

Visitez Nantes, son muscadet, ses émeutes…

21

Modigliani : un regard intime sur le monde

21
Nicola Beller Carbone dans le rôle de Médée.

Nicola Beller Carbone s’empare de Médée

16

Ibrahim Maalouf en rouge et noir

15

Gentlemen du dub (not) only

15

Rêve général

15

Louise contre-attaque

mars
11

Do you speak Irakien ?

05

Au cœur de l’Étau

février
19

Tafsut Imazighen : la concrétisation d’une lutte identitaire

05

Rétrospective au cœur de la bédé

2015
septembre
11

GO leaks : le Wikileaks du Grand Ouest

août
21

Khe0ps : "La protection des sources sur le web, c’est zéro"

juin
19

Médias : les entrepreneurs en mode start-up

mai
07

Les médiathèques tournent la page

avril
12

"Sous les pavés, la plage !"

2013
juin
21

La leçon de piano de Chilly Gonzales